Souvenirs, Souvenirs…

Pour les fanfics inclassables.

Lyokophile à vie

Messages: 245

Inscription: 23 Fév 2006, 08:12

Localisation: Territoire banquise

Message 07 Déc 2006, 15:35

Souvenirs, Souvenirs…

Voici ma nouvelle fan fiction ... A savoir qu'elle suit la première !

Je n'en dirai pas plus et dirai simplement : BONNE LECTURE !

_______________________________________________________________

Souvenirs, Souvenirs…

(Décor : Collège Kadic, noir d’encre, il est plus de 22h)

Une ombre se profil dans le sillage des bâtiments du collège Kadic… Elle se déplace sans un bruit, même les quelques feuilles mortes qui traînent à terre ne font aucun bruit sous ses pieds. Elle se dirige en direction de l’infirmerie… Sous un faible faisceau de lumière on peut voir qu’il s’agit de… William ! Il lève le bras pour frapper à la porte mais se retient… Il lui semble entendre rire derrière la porte. Il reprend son mouvement et frappe trois fois à la porte de l’infirmerie.

Il entend une chaise raclée le sol, puis après une petite minute de patience, la porte s’ouvre, Yolande est surprise de le voir à cette heure-ci, alors que tout le monde devrait être dans son dortoir…

Y : Que faîtes-vous là Monsieur William ?
W : Je viens voir Sissi Mademoiselle Yolande…
Y : Impossible ! Si Jim ou une autre personne devrait vous surprendre ici, vous et moi aurions
des problèmes ! Retournez dans votre dortoir !

Elle tenta de refermer la porte, mais William bloqua la porte.

Y : Monsieur William ! Je vous préviens que…
W : Ecoutez Mademoiselle Yolande ! Je dois lui parler ! C’est urgent ! Je vous en prie ! Cinq
minutes pas plus !

Yolande sembla hésiter puis elle dit :

Y : Attendez-moi ici ! Je reviens !
W : Merci Mademoiselle !
Y : Ne me remercier pas Monsieur William… Pas encore du moins !

Elle referma la porte. William se tenait toujours derrière, il lui sembla qu’on discutait, mais une discussion unique, à un seul sens… A qui parlait-elle donc ? Après un petit moment qui lui sembla une éternité, la porte se rouvrit enfin.

Y : Entrez Monsieur William, Jim doit être parti dans le bâtiment des sciences, vous devez
avoir à peu près une dizaine de minutes… Cela doit être suffisant je pense ?
W : Merci beaucoup Mademoiselle Yolande !

Et il pénétra dans l’infirmerie, Yolande lui désigna le lit de droite ou les tentures étaient tirées. Il se dirigea dans se sens. Il la voyait, elle était couchée mais elle ne semblait pas dormir… Il frappa sur une des barres en métal qui soutenait les tentures. A son étonnement, elle ne sursauta pas. Après un petit moment, elle lui dit :

S : Qu’est-ce que tu fais là toi ?
W : Je suis venu te voir tiens ! Que pensais-tu que je puisse bien venir faire ?
S : Venir me narguer après avoir posé tes affiches un peu partout… C’était pour m’humilier
n’est-ce pas ?

W : Non pas du tout ! C’est fait avec tout mon cœur et ce n’est pas un canular ou autre chose
de ce genre…
S : Arrête de te moquer de moi ! Après ce qu’Ulrich m’a fait ! Je n’avais pas besoin de cela !

En effet, depuis quelques jours maintenant, tout le collège savait que Yumi et Ulrich sortaient ensemble, Ulrich laissant Sissi en second plan et Yumi pour sa part laissait William sur la touche amitié…

W : Je ne comprends pas… Dit William.
S : Tu ne comprends pas quoi ? Répondit Sissi rageuse.
W : Pourquoi tu t’intéresse tant à Stern… ?
S : Parce que…

Les mots manquaient à Sissi, un souvenir lui revint en mémoire.

(Flash back)
Sissi a à peu près huit ans. Elle sort du collège tout seul pour rejoindre sa mère qui l’attend à l’angle de la rue. Une bande de jeunes l’attend juste à l’entrée. Un grand brun s’avance :

Le grand : Tu es Elisabeth Delmas non ?
S : Et toi qui es-tu ?
Le grand : Réponds-moi !
S : Oui c’est moi et toi qui es-tu ?
Le grand : T’occupe !

Et il l’empoigne par le col et l’amène jusqu’à son visage.

Le grand : Ecoute-moi bien ! Ton père va se montrer plus sympa avec moi et le reste de ma
classe ! Sinon sa petite fille chérie risque d’voir très mal ! Compris ?
Inconnu : Et vous autre ! Laissez-la tranquille !

Cette voix est celle d’un petit brun, avec le visage dur et sûr de lui. Il se met face au grand qui le dépasse de deux têtes au moins. Il se met dans une position bizarre. Mais les plus grands semblent effrayer et amuser. L’un d’eux s’avança pour prendre le petit par l’épaule et lui dire de se mêler de ses affaires, mais en un seul geste le plus petit parvient à faire voler le grand par-dessus son épaule. Les autres ne rigolent plus et s’enfuient. Le jeune se retourne vers la fille qui a atterrie sur ses fesses. Il semble content de lui.

Inconnu : Tu vas bien ?
S : Oui merci, quand mon père l’apprendra il leur mettra une de ses baffes !
Inconnu : Oh ! Tu es Elisabeth Delmas ? La fille du proviseur ?
S : SISSI ! Je m’appelle SISSI ! C’est clair !
Inconnu : O...ou…oui ! Pas besoin de t’énerver ! Bon je te laisse ! Je dois aller au dortoir !
S : Attend !
Inconnu : Quoi ?
S : Qui es-tu ?
Inconnu : Stern… Ulrich Stern, je suis dans la même classe que toi…
S : Ah oui c’est vrai. Je te remercie…

Et ils se quittèrent, Sissi ignorait quel était ce sentiment nouvellement acquis… Il lui fallut du temps pour comprendre qu’elle était amoureuse de ce joli garçon.
(Fin du flash back)


W : Eh ! Tu es toujours là ? Ouh ouh !
S : (Sortant de ses pensées) Hein ? Ah oui… Et bien sache juste que ça me regarde ! Tu n’as
rien avoir là-dedans !
W : J’entends bien… Mais qu’elle est ton plan pour le récupérer ?
S : Récupérer qui ? Quoi ?
W : Ma pauvre Sissi ! Tes idées sont aussi distendues que solitaire… Comment vas-tu séduire
ce cher Stern ?
S : Cela ne te regarde absolument pas !
W : Autrement dis, tu n’en sais rien pas vrai ?
S : Euh… oui… (Elle rougit)
W : Je vois. Je pourrai t’aider si tu veux ? Car moi c’est…
S : Yumi que tu veux… Je sais ! Explique-toi vite fait !
W : Rendons-les jaloux tout les deux ! Sortons ensemble et montrons leur qu’on est mieux
sans eux !
S : Mais tu me prend pour qui ? Non mais !
W : Ola ! Doucement Je tente juste de t’aider un peu !
S : Eh bien garde tes solutions pour bébé pour toi ! Et sors d’ici !
W : Très bien ! Tu sais où me trouver en attendant si tu changes d’avis…

Et il s’en alla. Sissi regardait dans le vague, perdue une fois de plus dans ses pensées. Une fois que William fut sorti, Yolande revînt au chevet de Sissi pour les dernières vérifications avant la nuit, elle lui annonça qu’elle pourrait sortir demain.

La nuit fut longue et mouvementée pour Sissi qui ne rêva que d’Ulrich et de Yumi cherchant mille ruses pour l’évincer : passant par l’accident accidentelle en allant par la petite indigestion jusqu’à pensé à la frapper et montrer ainsi sa valeur à elle et à rabaisser celle de Yumi.

Elle se réveilla en sursaut. La sueur lui dégoulinait du visage et inondait ses vêtements… Il lui sembla qu’elle allait étouffer. Elle vit une ombre se glisser du radiateur en face d’elle à celui du fond de la pièce… Elle ne distingua pas nettement la forme mais petit à petit elle finissait par la reconnaître : silhouette mince, un gilet laissant le dessus du ventre à l’air, des cheveux couper à la nuque et plutôt carré…

S : Yu…YU…YUMI ?

Pas de réponse, pourtant elle n’en démord pas ! Elle a reconnue l’ombre de la petite japonaise et ne doute pas que c’est de Yumi qu’il s’agit !

S : Yumi ! Arrête je t’en prie ! Je … J’étouffe !

Toujours rien… Cherchant la télécommande près de son lit pour appeler à l’aide Yolande, elle gardait un œil sur la silhouette et tentait tant bien que mal de garder le peu de lucidité qu’elle avait encore… Enfin ! Du métal avec des boutons ! Vite ! Elle appuie sur le seul bouton et une lumière rouge éclaire la salle…

Plus de doute ! C’est bien Yumi ! Mais pourquoi est-ce qu’elle clignote ? Non c’est impossible ! C’est un effet de lumière. Cela ne peut pas être réel ! Sissi n’en peut plus, la chaleur l’étouffe ! Elle suffoque… Rassemblant ses dernières forces elle se met à crier :

S : YOLANDE ! YOLANDE J’ETOUFFE !

Un bruit se fait entendre, mais il ne vient pas de la pièce d’à côté. Il provient de la pièce où Sissi se trouve… Yumi est toujours là, elle semble se diriger vers le lit de Sissi… Elle est épuisée, ses dernières forces la quittent… Voici qu’un voila noir ce place devant ses yeux elle sent sa fin arriver… Voilà… Elle ferme les yeux…

Lyokophile à vie

Messages: 245

Inscription: 23 Fév 2006, 08:12

Localisation: Territoire banquise

Message 16 Jan 2009, 15:43

Salut a tous et toutes.

J'ai du m'absenter un long moment pour causes personnelles..

J'aimerais savoir si une suite a ce début de fan fiction vous plairait.

Je tiens a préciser qu'il s'agira d'une vision personnelle de ce qu'aurait pu être la série (selon et entièrement selon moi).

Donnez moi votre/vos avis.
Avatar de l’utilisateur

Destructeur de Gardiens

Messages: 994

Inscription: 01 Avr 2008, 00:09

Localisation: les pieds sur terre la tête dans les nuages

Message 16 Jan 2009, 18:02

tente ta chance, il est tres ouvert ce forum, et je suis curieux de connaitre la suite....
- C'est agréable de rêver...
- Les blessures du corp ne durent qu'une vie ,celle de l'âme sont éternelles.
- La vengeance est un plat qui se mange froid et quand on est dévoré par la haine le temps ne compte plus.
- Quand l'amour tourne à l'obsession celui-ci devient destruction.
- Née pour aimer ou programmer pour haïr ? ( code tanit chapitre 47)



en se monent ma fic : mais qui a tuer Xana
prochainement ma fic : ???
pour passer le temps regardez les vidé'odds
futur carton planetaire ma fan movie : code ryoko
http://www.dailymotion.com/video/x5mpow_baryoko01_fun

Tueur de Blocks

Messages: 447

Inscription: 23 Aoû 2008, 08:18

Message 24 Jan 2009, 07:25

Oh dites moi qu'elle ne vas pas mourir! La suite, la suite!
Arma virumque cano, Je chante les armes et les héros, (Virgile, Eneide)

Retourner vers Divers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités

Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by STSoftware.
Traduction par phpBB-fr.com