Abdominaux post-apocalyptiques (Plus de 11 ans)

Pour goûter au plaisir d'écrire à plusieurs, c'est par là !

Futur Lyokophile

Messages: 89

Inscription: 23 Mar 2018, 00:09

Message 20 Avr 2018, 02:22

Abdominaux post-apocalyptiques (Plus de 11 ans)

Bonne lecture.

Pour une raison inconnue, presque tous les humains se sont mis à décéder. Ne restait plus que les élèves de Kadic et Yolande l'infirmière. Ils refirent leur vie en une sorte de tribu dans une fôret du Québec, entre la Nicolet-Yamaska et l’Arthabaska (Rechercher sur Google ou Wikipédia). Voici la liste des élèves survivants :
-William Dunbar
-Sissi Delmas
-Milly Solovieff
-Tamiya Diop
-Nicolas Poliakoff
-Mathias Burel
-Emmanuel Maillard
-Samantha Knight
-Anaïs Fiquet
-Priscilla Blaise
-Heïdi Klinger
-Julien Xao
-Noémie N’Guyen
-Bastien Roux
-Émilie Leduc
-Etc…
Trois années après la fin du génocide, les élèves constatèrent en eux-mêmes aucun vieillissement. Les seules traces de vieillesse décelés* furent abdominales : vergetures, rides, poils (filles aussi), grains de beauté, taches brunes, etc. La plupart subit un engraissement automatique mais limité du ventre. Entre 0,5 et 2,9 cm de graisse sur leurs abdomens. Seuls William, Sissi, Milly, Hervé, Emmanuel, Priscilla, Heïdi et Bastien restèrent minces. Leur unique solution était une exhibition permanente du torse à vie (Soutien-gorge permis aux filles), qu’importe la température. En effet, l’hiver est accompagné de neige au Québec.

2 ans plus tard…
Yolande peinturait le ventre mou de Mathias en bleu argenté, en prévision de l'hiver. Anaïs Fiquet arriva en trombe.
Anaïs : Madame !
Yolande : Mathias se porte bien, Anaïs. Son ventre est splendide.
Anaïs : Non, je veux dire... On a trouvé des survivants qui ne sont pas des nôtres.
Yolande : Quoi ?

Un peu plus tôt...
Cinq adolescents, très affaiblis et torturés chacun par une douleur abdominale inexplicable, entrent dans la fôret. Leurs vêtements se déchiraient d'usage (Usé). Leur chef essayait de retenir une étrange et lourde graisse stockée sur son midriff musclé. Sa petite amie était affamée et fatiguée. Les trois autres suivaient au même rythme que leurs chefs. À quelques dizaines de mètres d'eux, Emmanuel, Anaïs et Julien les remarquèrent, alors qu'ils chassaient pour l'hiver. Les adolescents aux torses orange argenté (Pour l'automne) vinrent leur porter secours à toute vitesse.
Emmanuel au chef : M'entendez-vous ?
Chef faiblement : Oui.
Emmanuel : Quel est votre nom ?
Chef toujours faible : Ulrich... Stern... (S'évanouit)
Emmanuel : Monsieur ?
Il pose ses deux doigts sur son aorte abdominale. Son pouls ralentit.
Emmanuel : Retirez leurs hauts !!! Vite !!!
Ils déchirent tous les chandails des Lyoko-guerriers (Car oui, c'est eux) rapidement. Emmanuel revérifie le pouls d'Ulrich sur son ventre. Le coeur reprend son rythme normal mais ne réveille pas le jeune samouraï.
Emmanuel : Il est sauvé. Et les autres ?
Anaïs et Julien : Oui.
Anaïs : Je crois que ce sont Odd et Aelita, entre autres.
Julien : Et lui, c'est Jérémie. Mais elle (désignant Yumi), je la connais pas trop.
Emmanuel : C'est Yumi. On était ses camarades, moi et Anaïs.
Julien : Les ramène-t-on au campement ? Ils ne peuvent tout de même pas rester seuls sans personne.
Anaïs : Évidemment qu'on les emmène avec nous. Ils ont besoin de vivre.

Retour au présent...
Ulrich se réveille sur une bâche dans une cabane inachevée (4 poutres de bois, 1 mur de bois). Il fut surpris d'être torse nu tout comme ses amis qui dormaient encore et d'avoir perdu une grande partie de sa graisse. Il aperçut à quelques mètres de là, une Yolande en soutien-gorge rouge foncé et short de toile vert-gris et peinturant Emmanuel au ventre, en bleu argenté. La jeune femme se retourna et vit Ulrich réveillé.
Yolande à Emmanuel : Je reviens quand c'est sec.
Emmanuel : OK.
Elle saisit un pot de talc et se dirige vers Ulrich.
Yolande : Ulrich. On est tous heureux que toi et tes amis soyez en vie.
U : Yolande ? Où sommes-nous ? Pourquoi moi et mes potes avons le torse nu ?
Yolande : Une chose en son temps. Oui, c'est bien moi. Il y a plusieurs élèves de Kadic qui sont encore vivants et vivent ici. Cette forêt est notre demeure permatente. Toi et tes amis êtes dans la cabane médicale. Vous êtes torses nus parce que c'est LA règle # 1. Et elle est obligatoire.
U : Pourquoi ?
Yolande : Nous avons découvert que l'exposition de nos cellules dermiques abdominales à l'atmosphère nous épargne un vieillisement épidermale du ventre à tous et nous maintient à notre âge d'au moment du génocide mystère. On peut au moins peinturer nos torses à chaque saison de l'année. Bleu pour hiver, vert pour printemps, jaune et/ou or pour été et orange pour automne. Toutes les couleurs sont argentés. C'est plus sexy comme ça.
Ulrich réfléchit un moment, puis sourit.
U : Je trouve votre fétichisme du ventre vraiment agréable et plaisant. Peut-on être de votre tribu ?
Yolande : Absolument. Vous êtes tous les bienvenus parmi nous.
U : Merci.
Yolande : Et si on t'initiait avec un massage vraiment chic sur ton ventre charmant ?
U : Oh oui, j'adorerais ça !
Yolande : Alors, reste étendu et sois heureux.
U : Chouette.
Yolande recouvre le jeune ventre d'Ulrich avec le talc et le fait dissiper sur sa peau abdominale.

Le lendemain midi...
Odd et Mathias discutent ensemble. Le deuxième a donné sa permission à Odd d’échographier son ventre moelleux.
O : Ce ventre est sexy. Respect, vieux.
Mathias : Je te remercie. Mais rassure-toi, je ne suis pas gay. On tient tous aux ventres énormément ici.
O : Ça me va à merveille. Et je ne suis pas gay non plus. Au fait, que te fait ressentir le truc ?
Mathias : Seulement de la joie et des frissons. Ça chatouille un peu.
O : Moi, quand est-ce que j'aurais mon ventre peinturé ?
Mathias : Aujourd'hui. C'est moi justement qui est chargé de te le faire.
O : Wow, c'est cool. Allons-y.
Odd s'étend sur le dos et laisse Mathias recouvrir ses abdos et ses hanches de peinture brillante aux couleurs du ciel.
Mathias : En fait, Yolande m'a confié la responsabilité d'être ton « abdologue » personnel.
O : Abdologue ?
Mathias : En gros, je m'occupe de ton ventre et... ton torse, quoi.
O : C'est OK pour moi.
Mathias : Bon. Je laisse sécher le bleu et ensuite, j'ajoute des flocons blancs sur le ventre.
O : Cool. Des flocons sur mes abdos.
Mathias : En attendant, je voudrais te montrer un truc spécial sur mon ventre.
O : C'est quoi ?
Mathias met un stéthoscope dans les oreilles d’Odd et pose le rond sur son ventre. Ses gargouillis étaient les plus paisibles qui soit.
O : Oula !
Mathias : Et maintenant, flatte mon ventre jusqu’à ce que tu t’en lasses.
Odd pose sa main gauche sur le ventre de Mathias. C’était extrêmement soyeux et adorablement moelleux.

Pendant ce temps…
Ulrich s’est vu confié Emmanuel comme abdologue. Ce dernier étale de la crème adoucissante, très lentement, sur le ventre, surtout les abdos, du jeune samouraï.
Emmanuel : Je tiens à te dire que tu es plus suseptible* de séduire une ou plusieurs filles que les autres garçons, même moi. J’ai un contour de nombril vraiment mou et toi, aucun gras.
U : Et bien, merci. J’aimerais toutefois retourner voir Yumi.
Emmanuel : Mais d’abord, je dois peinturer ton ventre. Il est obligé d’être coloré, comme tout le monde.
U : Je ne vois pas de problème. Ça me plaît assez d’être peinturé au ventre. Mais je suis hétéro, rassure-toi.
Emmanuel : Je suis hétéro aussi. Toute la tribu est hétéro. Enfin, sauf Tamiya et Sam.
U : Comment ça ?
Emmanuel : Elles sont bis. Mais ça ne dérange personne. Elles ne font que s’embrasser en dormant. Tamiya montre toutefois sa poitrine, durant les nuits aussi.
U : Je vois.
L’élève de 2e recouvre la peau beige d’Ulrich et rend son ventre bleu.

Le soir venu...
Bien que le monde a presque trépacé, la technologie et le style des années 2000 est demeuré. Les anciens Kadiciens dormaient dans des cabanes ultra-modernes de 4 à 5 places chacune. Les lyoko-guerriers s'installent donc avec leurs abdologues. Odd fut surpris que Mathias soit l'amoureux d'Émilie, surtout qu'ils ont tous deux des lunettes.
Mathias à Odd : Avec ces lits superposés, tu peux voir mon ventre et celui d'Émilie, le temps de t'endormir. Les flocons sont fluorescents.
En effet, les lits supérieurs comportaient des fenêtres de plastiques translucides positionnées au niveau du torse.
O : À quelle heure doit-on se coucher ?
Mathias : On n’a pas le droit de dormir avant minuit. Nous nous voulons actifs après le déjeuner uniquement.
O : Oula, il est seulement 17h45. Je vais m’ennuyer.
Mathias : Non, pas du tout. Je vais t’offrir un massage hyper sexy, mais non officiel.
O : Non officiel ?
Mathias : C’est le seul dont il est impossible d’interpréter les gestes avec le talc. Il faut un produit aqueux, tel que la crème hydratante ou le gel à l’aloès.
O : C’est ça, le problème ?
Mathias : Je n’ai jamais dit que c’était un problème. Il vient tout juste d’être redécouvert du passé, c’est tout.
O : C’est quel type de massage ?
Mathias : Un drainage lymphatique de l’abdomen. Une détox abdominal, quoi.
O : C’est charmant ?
Mathias : Et plus encore.
Le massage est donc entamé. Odd voit son ventre être ramoli par le gel, mais il adore ça.
O : C'est une sensation magnifique. Je te vénère.
Mathias : Il ne faut pas exsagérer.
Le massage s'achève au bout de 5 minutes. Odd reçoit l'appréciation éprouvé par Mathias envers son jeune ventre. Le même scénario arrive à Mathias. Ce dernier prend la main d'Odd et la pose sur son ventre, la paume recouvrant le nombril.
O : Euh... je croyais que t'étais pas gay.
Mathias lâchant la main d'Odd : OUPS ! Quel idiot, je suis ! Excuse-moi, mon pote.
O : C'est pas grave, vieux. Tu la dis toi-même. Vous tenez tous aux abdominaux et puis tu sais par ici. Je n'éprouve que du bonheur en ceci. C'est une attention corporelle hyper acceptable. Impossible à détester.
Mathias : C'est très bien de ta part de dire ça. Je vais toutefois y aller. Émilie m'attend. Voici comment on dit au revoir.
Il flatte ses abdos avec douceur.
O : Merci, c'est gentil.
Mathias : C'est un peu bizarre de le dire, mais de rien. Bonne soirée.
O : Ok, à plus !

Ulrich était encore allongé, Emmanuel toujours assis à son côté.
Emmanuel ausculant le torse d’Ulrich : Tu dis quoi ?
U appliquant du gel à l’aloès sur le nombril d’Emmanuel : On est passés par un village désert mais bien fourni.
Emmanuel : Et les maisons ?
U : Toutes brûlées. Il n'y a que les magasins qui sont en bon état.
Emmanuel : J'irais informer Yolande après avoir peinturé les flocons... sur ton VENTRE !
U : Pourquoi tu le dis fort ?
Emmanuel : Chais pas, je voulais dire ce mot, c'est tout. Désolé.
U : C'est pas la fin du monde.

Durant la nuit...
Mathias : Odd ?
O : Oui ?
Mathias : Emmanuel m'a dit qu'Ulrich et vous tous avez passé dans un village dont les magasins sont intacts. Est-ce vrai ?
O : Oui, mais j'avais très mal au ventre.
Mathias : J'ai vu ça, mec. Au moins, il est beau maintenant.
O : J'en ai un beau ? Merci, mon pote. T'es trop sympa ! Dis ça à Émilie aussi.
Mathias : Et moi ? J'ai un beau ventre !
O : Irrésistible. C'est ça qui a fait craquer Émilie pour toi, j'en suis sûr !
Mathias : Eh oui ! Merci aussi. Mais demeurons hétéro. Même si on naît avec une orientation sexuelle déjà établie. Tu vois ce que je veux dire.
O : Évidemment, bien sûr. Ce que l'on dit, ce n'est que l'admiration et de l'appréciation. Avec de l'envie bien encrée.
Émilie : Odd, Mathias. Excusez-moi, mais je n'arrive pas à dormir à cause de votre discussion.
Mathias : Je m'excuse, ma belle. Odd et moi reprendrons notre conversation demain. Ça te va, Odd ?
O : Ouais. Je suis fatigué aussi.
Mathias : D'accord.
O : Bonne nuit, les deux bourrelets craquants.
Mathias et Émilie : Hahaha ! Bonne nuit, ventre mou.
O : Héhé ! Hilarant.
Ils s'endorment tous.

Entre-temps…
Samantha caressait la poitrine peu développée de Tamiya. La petite africaine avait un nombril pileux : des poils y étaient développés mais rasés aux 3 jours. La grande africaine, quant à elle, devait s’habituer à des vergetures plûtot tolérables, au moins. Au matelas supérieur se trouvait Julien et Heidi, leurs abdologues.

Le lendemain...
Émilie applique de la crème adoucissante sur les cuisses de Mathias avant d'embrasser et caresser son ventre.
Émilie : Tu es trop sexy, Mathias. Cette graisse est d'une quantité raisonnable et est ce qui te procure ta beauté abdominale.
Mathias : Merci, ma chérie. Ton ventre est très beau aussi.
Émilie : Pourrais-tu l'embrasser, s.t.p. ?
Mathias : J'en serai très ravi.
Il se penche et embrasse le nombril d'Émilie avec amour et tendresse.
Émilie : Ton slip de bain est le plus beau du monde. Je t'en donne ma parole, mon amour.
Mathias : Vraiment ? Merci beaucoup.
Émilie est ensuite bercée par les gargouillis doux et agréables du jeune homme physiquement stable du torse.

Ulrich et Yumi étaient foutrement surpris qu'une relation amoureuse se soit forgée entre William et Sissi.
William : Ulrich. Emmanuel est indisponible en ce moment. Il est parti chasser avec Mathias. Je suis donc chargé de masser ton ventre.
U : Je l'approuve.
William le massa à la technique aller-retour des abdos. Ces derniers étaient effectivement de retour, vu la perte de poids absolue d'Ulrich. Le jeune samouraï remarqua cependant que William affichait une expression abattue.
U : Dis, ça va pas, mon vieux ?
William : C'est juste que je m'en veux de t'avoir emmerdé, Ulrich. À cause de moi, Yumi ne t'aime plus. Enfin, je crois. Mais ça me fait sentir mal.
U : Tout va bien, maintenant, c'est réglé entre Yumi et moi. Nos douleurs abdominales nous ont rapproché. On croyait être en train de mourir. Et toi, je suis surpris de te voir en couple avec Sissi.
William : Ça te dérange ?
U : Mais non ! Je n'ai jamais été amoureux d'elle. C'est juste très surprenant vu qu'elle courait toujours après moi comme tu courais toujours après Yumi.
William : C'est vrai, je dois l'admettre.

À suivre...

Futur Lyokophile

Messages: 89

Inscription: 23 Mar 2018, 00:09

Message 24 Mai 2018, 22:34

Re: Abdominaux post-apocalyptiques (Plus de 11 ans)

La première neige tomba le 15 décembre. Tout le monde sortit les tenues hivernales. Il s’agissait de t-shirts noirs moulants à manches longues, coupées au midriff pour maintenir la règle, et de shorts, pour les garçons, et jupes, pour les filles, bleus élastiques. Jérémie et Aelita en ressentaient de l’appréhension. Leurs abdologues, William et Sissi, les rassurèrent.
Sissi à Aelita : Tu redoutes une moquerie de ma part ? Je n’en ferai aucune. Plus maintenant.
A : OK.
W : Jérémie. T’as pas à être gêné. Tous les garçons exhibent leurs ventres.
J : Je ressemble pourtant à Mathias.
W : Un peu, mais tu sembles plus mince et musclé que lui.
J : Vraiment ?
W : Qu’est-ce qui a pu séduire Aelita, d’après toi ?
A : Sa gentillesse et son amour envers moi.
W : Oh, je vois.
J : De toute façon, je me rappelle que c’est obligatoire de montrer le ventre.

Le lendemain soir…
Odd, Priscilla et Nicolas reviennent de la chasse. La température glaciale a causé des démengaisons aux abdos d’Odd. Mathias gratte donc son ventre.
Mathias : Alors, mon pote. Comment fut la chasse ?
O : Exténuante. C’est hyper dur de marcher dans la neige.
Mathias : Ton ventre est vraiment froid. Il faut de l’eau chaude.
Il sort une gourde d’eau chaude et la verse lentement sur le torse du jeune vantard.

À suivre...

Retourner vers Histoires collectives

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by STSoftware.
Traduction par phpBB-fr.com