Ulrich et Yumi

Imaginez vous-même l'évolution des relations entre les personnages ! Amour ? Amitié ? À vous de décider !

Stade de Lyokophilisation

Messages: 115

Inscription: 23 Mar 2018, 00:09

Message 30 Juin 2018, 05:28

Ulrich et Yumi

Voici une fanfiction plus ou moins réaliste de l'univers Code Lyoko et reprend immédiatement après l'épisode Souvenirs.

Jim : Je préfère ne pas en parler.
Le professeur s'éloigna des Lyoko-guerriers qui se séparèrent à leur tour. Ulrich et Yumi restèrent tous deux à la plaque d'égoût. Ils ont leurs mains dans le dos et rougissent. Ulrich prend la parole.
U : Yumi ?
Y : Oui ?
U : Pourra-t-on papoter seuls après les cours ?
Y : J'dis pas non.
U : OK. À ce soir.
Y : À ce soir.
Ils se dirigèrent au collège par différents chemins. Ulrich se pointa en EPS, Yumi en géographie.

Jim se bousille le dos et Odd lance une vanne.
O : GRS. Gymnastique pour ringuards super-maladroits.
Éclat de rire général.
Jim : Stern ! Della Robbia ! Chez le proviseur !
U : Quoi ?!? Mais je n'ai rien dit sur vous, monsieur !
Jim : Oh... euh... c'est vrai. Della Robbia ! Chez le proviseur !
O : J'y crois pas !
Le vantard quitte le cours avec une moue.
A : Ulrich, je pense que tu aurais dû rester muet, Odd en aurait été moins vexé.
U : Franchement ! M'accuser d'avoir insulté Jim avec Odd, c'est insensé !
Jim : Je vous entends, Stern.
U : Oh oh.
Jim : Mais vous avez raison. Vous n'aviez rien dit alors, pas de sanction pour vous. (Reprend son point de position.)
J : Je suis de l'avis d'Ulrich, Aelita. Mais j'vois pas de quoi en faire toute une histoire.
A : Quoi mais...
U : Affaire classée.
A agaçée : D'accord.
J : Tu serais pas amoureuse d'Odd ?
A : Quoi ??
Jim : Eh oh ! Belpois, Stones ! Taisez-vous sinon vous rejoindrez Della Robbia !
J et A : Compris.
Cette dispute ridicule prend donc fin.

Le cours de 2e prend fin et William prend Yumi à part.
W : Alors, je suppose qu'il est éteint ?
Y : Oui, William. On l'a éteint pour de bon.
W : Génial ! Au fait, si on célébrait ça ?
Y : Que veux-tu dire ?
W : Un cinéma, ça te dit ?
Y : Ben, je ne suis pas vraiment disponible, ce soir. Ulrich et moi irons prendre l'air au parc.
W : Quoi ? Tu préfères être avec ce minable ?
Y s'énerve : Hé ! Lui, il a voté pour que tu sois des nôtres. Moi, non ! T'étais trop énervant à force de me draguer. Dire que j'ai refusé tout amour d'Ulrich juste avant...
Elle se met à sangloter et s'éloigne alors du jeune homme.
W : Yumi, attends ! Je... (Yumi est trop éloignée.) (Soupir). Merde.

Odd se fait engueuler par Mr Delmas.
J-P : Ensuite, vous avez lancé Gymnastique pour ringuards maladroits à Jim, c'est cela ?
O : Super-maladroits. Sinon, ça fait GRM.
J-P : Peu importe ! Cette remarque n'était pas très drôle ! Ce sera 3 heures de colle !
O : J'y crois pas !

Jérémie et Aelita discutent de l'avenir de cette dernière.
A : D'abord, ma mère. Ensuite, mon père. J'suis orpheline. (Commence à pleurer.)
J : Aelita, ne pleure pas. Je suis là. Il y a aussi Ulrich, Odd et Yumi qui sont là pour toi. Sois forte.
A : Je... j'peux pas... c'est plus fort que moi... (Pleure.)
Jérémie la prend dans ses bras.
J : Tout ira bien, Aelita. Tout ira bien...
A : Sniff... je... je t'a...
J : Qu'essayes-tu de me dire ?
A : Je... je t'aime Jérémie... Je t'ai toujours aimé. Depuis que je t'ai vu...
Jérémie était figé. Depuis qu'elle l'avait embrassé en 4e, c'était le meilleur moment de sa vie. Il prit doucement le visage de la jeune fille aux cheveux roses et le rapprocha lentement du sien. Sissi arriva alors et fit interrompre leur presque baiser.
Sissi : Salut, les copains !
J et A contrariés d'être interrompus : Sissi !
Sissi : Quoi ? Qu'est-ce que je vous ai fait ?
J : T'as violé notre intimité ! Laisses-nous seuls, s.t.p. !
Sissi : Je voulais seulement savoir si, à l'avenir, je pourrais manger avec vous au réfectoire.
A : Oh. D'accord.
J : Mouais, ce ne serait pas nul.
Sissi : Chouette ! Merci, les copains !
L'ancienne peste enlace tendrement la jeune fille aux cheveux roses qui est éberluée. Elle reçoit aussi un baiser sur la joue.
Sissi : Pour m'excuser de t'avoir cassé les pieds. Je vous laisse. À bientôt.
J et A : À plus, Sissi.
Une fois leur nouvelle amie partie, Aelita se colle sur Jérémie qui lui caresse les cheveux.
J : Je t'aime aussi, Aelita. Depuis que je t'ai vu sur cet écran d'ordinateur. Je veux passer ma vie avec toi.
A : Merci, Jérémie.
Jérémie laisse Aelita s'étendre sur ses cuisses puis lui prend doucement le visage. Il approche ses lèvres des siennes et... ils s'embrassent amoureusement. Bien que cela ne dure que quelques secondes, ce baiser leur semble aussi long que leur combat contre XANA. En se détachant de leur étreinte, Jérémie verse une larme qui tombe... dans l'oeil d'Aelita. Il lui caresse la joue amoureusement et l'embrasse à nouveau.

Plus loin en Europe, deux agents hommes en noir discutent de la jeune femme qu'ils ont cryogénisée depuis déjà 10 ans. Leur agence surveille même l'usine dans laquelle Franz Hopper a disparu.
Homme 1 : Le supercalculateur est éteint, Franz Hopper est donc mort.
Supérieur : Bien. Décongelez Anthéa Schaeffer et tuez-la.
Homme 2 : À vos ordres.
Soudain, des gendarmes et des soldats débarquent dans la pièce. Désolé d'être trop rapide, mais lorsqu'Aelita a eu sa crise cardiaque en 4e, les médecins ont découvert sa véritable identité grâce aux prises de sang et donc, alerté les autorités. Ces derniers transmirent l'information à l'armée qui planifia donc de renverser les hommes en noir pour avoir détruit la famille d'Aelita. L'armée avait attendu que le supercalculateur de Boulogne-Billancourt soit éteint pour procéder aux manoeuvres officielles, étant aujourd'hui (dans l'histoire).
Gendarme 1 : Tout le monde à terre ! Couchez-vous tous !
Supérieur noir : Oh non ! Pas ça !
Soldat 1 : Vous êtes en état d'arrestation pour crimes contre l'humanité ! Décongelez Anthéa Schaeffer et remettez-la nous sans gestes brusques !
Homme 2 : Le code de décongelation est 1326. Pitié, on se rend.
Soldat 2 : Menottez-les.
Ainsi, les hommes en noir furent hors d'état de nuire. Les militaires sortirent donc Anthéa de sa léthargie glaciale et la confièrent à l'équipe médicale avec douceur. Et par la suite, il y a d'autres détails dignes d'un dénouement heureux bien que cette fic est loin d'être terminée. Mais je suis trop paresseux pour écrire ces mêmes détails et je préfère donc me concentrer sur la suite. Désolé.

Finalement, les Lyoko-guerriers décident de passer une nuit à l'Ermitage. Ulrich et Yumi se retrouvent et prennent le temps de papoter avant de se rendre à l'Ermitage.
U : Yumi ?
Y : Oui ?
U : J'ai remarqué que...
Y : Que... ?
U devient coquin : Que l'on voit ton nombril en permanence depuis notre rencontre. Sauf à la piscine.
Y fixe son t-shirt : Hein ??
Voyant effectivement son nombril, elle le couvre avec ses mains en gémissant de gêne, avec la tête de Leçon de Choses.

Image

U : C'était juste pour te taquiner un peu, Yumi. Y a pas de mal à montrer le nombril. Sissi le fait tout le temps, elle. Y a aussi Priscilla, Heidi et... plusieurs filles. Tamiya porte un pyjama qui expose son nombril et ça ne fait rien. Milly montre son bas-ventre depuis la moitié de l'année et on n'a pas dramatisé. C'est la mode d'aujourd'hui, Yumi.
Y sourit : Mmh... Merci, Ulrich. En plus, c'est assez spécial quand on y pense. Je suis la seule asiatique du groupe et je suis la seule à montrer le nombril.
U : C'est vrai qu'une japonaise qui montre son nombril, c'est assez particulier. Des fois, ton ventre semble mince. D'autres fois, il semble mou.
Yumi a une idée qui la fait rougir.
Y : Je te laisse le toucher.
U : Quoi ? (Rougit.) Tu veux que... que je touche... ton... ton...
Y : Allez...
U : Ton... ton ventre... ?
Y : Oui, s.t.p. Tu es le seul à mes yeux qui le mérite.
U : Je... je ne sais pas quoi penser de ça...
Y : Vas-y. Touche-le.
U : D'accord, j'y touche. Merci.
Y sourit : Non, merci à toi.
Le jeune samouraï relève lentement le t-shirt de sa meilleure amie et tremble alors de joie.
U excité : Wow ! Yumi !
Y toute heureuse : Oui ?
U : Voir ton nombril est agréable, mais voir ton ventre est bien mieux !
Y : Il ne te manque plus qu'à le toucher.
U : Vu.
Il pose lentement sa main sur le ventre pâle de la jeune fille qui n'attend plus que la sensation. Le contact a lieu et les deux pesilats tombent dans l'amour. Leurs sentiments d'avant-William sont revenus en force. Le jeune samouraï fixent les yeux de la japonaise et comprend alors qu'elle regrette d'avoir dit qu'ils sont copains et c'est tout.
U : Ton ventre est... parfait !
Y : Ulrich. Je voudrais te dire qqch.
U : Je t'écoute.
Yumi expose d'abord l'abdomen d'Ulrich et le caresse, tout en le laissant continuer la même chose sur elle, avant d'approcher son visage du sien.
Y : Je m'excuse de t'avoir brisé le coeur au début de l'année. William n'est pas du tout l'homme de mes rêves.
U : Qui est-ce, alors ?
Y : Si tu connais la réponse, pourquoi poses-tu la question ?
Ulrich lui sourit. Elle fait donc coller leurs nombrils ensemble et laisse le jeune homme répondre à la question qu'il lui a posé.
U : C'est moi, je suppose ?
Y dans sa plus grande joie : Oui, Ulrich. Je t'aime.
U au comble du bonheur : Je t'aime aussi, Yumi !
Il prit donc le joli visage de Yumi et l'embrassa passionément sur les lèvres. Ce baiser parut plus long que celui des deux génies, tant les sentiments d'Ulrich et Yumi pour l'autre étaient plus vastes que toute autre romance connue dans le cinéma et la fiction.
U : Je t'aime, Yumi. Je t'aimerai pour toute la vie. Je serai prêt à mourir pour toi.
Y : Et moi donc. Je te promets d'être ta petite amie jusqu'à la fin des temps. Pour toujours et à jamais.
U et Y : Je t'aime.
Un deuxième baiser sur les lèvres. Ulrich pose ensuite un genou à terre et embrasse le célèbre nombril de Yumi, qui lui flatte les cheveux, tout en lui caressant amoureusement les hanches. Les deux pesilats passent désormais de meilleurs amis à jeune couple. Ulrich se lève alors, pas sans lécher la ligne d'abdos de sa petite-amie, et l'accompagne à l'Ermitage main dans la main. Yumi pose sa tête sur l'épaule d'Ulrich et lui expose le nombril pour masser ses abdos.

À suivre...

Stade de Lyokophilisation

Messages: 115

Inscription: 23 Mar 2018, 00:09

Message 05 Juil 2018, 18:01

Re: Ulrich et Yumi

Voici la deuxième partie. Bonne lecture !

Le jeune couple aux nombrils arrive à l'Ermitage et aperçoit leur bande, dont Sissi, en compagnie de deux soldats, quatre gendarmes, trois hommes politiques et d'une femme aux cheveux roses à qui Aelita fait un calîn tout en sanglotant. Ils s'approchent de Jérémie.
U : Jérémie.
J : Ulrich ! Yumi ! Vous n'allez pas le croire !
Y : Ben on voit déjà qu'il y a des soldats et des gendarmes.
U : Que se passe-t-il ?
J : La femme qu'Aelita enlace, c'est sa mère !
U et Y : QUOI ?!?
Le trio d'hommes politiques s'approche d'eux. Il s'agit de Jacques Chirac (Président de la France), Nicolas Sarkozy (Président du conseil général de Hauts-de-Seine) et Jean-Pierre Raffarin (Premier ministre de la France).
Chirac : Mme Anthéa Schaeffer fut enlevé en 1985 puis cryogénisé en 1994 par une organisation top secrète d'hommes en noir aujourd'hui démantelée et arrêtée par les forces armées françaises pour crimes contre l'humanité.
Sarkozy : Mme Schaeffer vient tout juste d'être décongelée, réanimée et soignée par l'équipe médicale de l'armée et pourra donc reprendre sa vie normale avec sa fille Aelita Schaeffer.
Raffarin : Cependant, nous sommes au courant que vous aviez combattu un programme informatique pendant 2 ans dans le plus grand secret, mais nous avons préféré s'abstenir de toute intervention afin d'éviter de vous nuire. De toute façon, vous aviez les retours vers le passé pour réparer les dommages causés par votre ennemi.
J : Quoi ?!? Et pour Franz Hopper ??
Chirac : Nous savons qu'il était dans le supercalculateur, mais comme nous ne devions point intervenir, on ne pouvait pas savoir qu'il décèderait. Nous l'avons su lorsque notre équipe de scientifiques a détecté l'extinction du supercalculateur alors que Franz Hopper n'a pas resorti d'un scanner. Nous accordons donc nos plus sincères condoléances à Aelita et Anthéa pour sa disparition.
Jérémie réfléchit et accepte les dires des trois dirigeants français.
Sarkozy : Sur ce, nous ferons preuve de respect de la vie privée des familles d'ici en quittant ces lieux, dès que nos soldats auront fini de nettoyer l'Ermitage.

40 minutes plus tard, la troupe de... ben... de puissants quittent l'Ermitage, laissant les Lyoko-guerriers en compagnie d'Aelita et sa mère.
A pleure de joie : Je n'arrive toujours pas à croire que tu sois vivante, maman. Je suis si heureuse de te voir. Bouhouhou...
Anthéa pleure de joie aussi : Et moi donc... Je croyais ne plus jamais te revoir, Aelita. Tu as tant grandi, je t'aime tellement, ma petite rose. Sniff...
La jeune mère portait une chemise jaune à manches courtes et une mini-jupe mauve.
J : On ferait mieux de vous laisser seules. Nous allons rentrer au collège.
O et Sissi : Vu.
Tandis que les deux blonds et l'ancienne peste se dirigent vers le collège, Ulrich raccompagne Yumi chez elle. Cependant, William, qui avait assisté secrètement à leur baiser, sort des buissons et pointe un couteau suisse vers Ulrich.
W : Sale con ! Tu m'as volé Yumi !
Y : William ?!? T'as vu notre baiser ??
W : Oui et ce fut de loin la pire chose que j'ai vu de ma vie ! Mais ça aura été bref. Maintenant, Ulrich, tu vas gentillement déguerpir d'ici. Et toi, Yumi, tu vas avaler des pastilles à la menthe puis m'embrasser sur la bouche.
U et Y : VA TE FAIRE FOUTRE !
W : NON ! Vous, allez vous faire foutre ! Ulrich est une merde qui ne te métire pas ! Moi, je te mérite, Yumi !
Y : William ! Pose ce couteau ! De toute façon, ça n'aurait jamais marché entre nous !
W : Comment oses-tu ?
U : À ta place, William, je lâcherai ce couteau, parce qu'on vient juste de côtoyer l'armée française il y a déjà 5 minutes.
W tourne la tête : Quoi ? Où sont-ils ?
Ulrich profite de son détournement de regard pour lui prendre le couteau, mais le beau gosse est trop fort. Il inflige alors une violente coupure au ventre du samouraï qui tombe au sol avant de se prendre le pied de son agresseur au visage. Yumi saisit alors un rocher et l'utilise pour frapper son pot-de-colle à l'abdomen. Ce dernier lâche donc son couteau lorsque Yumi l'assomme pour de bon en lui envoyant le morceau de pierre au visage. La jeune geisha vient alors vérifier le ventre ensanglanté de son petit-ami.
Y horrifiée : Oh mon dieu ! Je ne sais même pas si c'est profond !
U sanglote : Yumi ! C'est trop douloureux pour moi... Ouhou...
Y paniquée : Reste avec moi, Ulrich ! Tout ira bien, tu verras ! (Couvre la plaie.) AU SECOURS !!! Venez m'aider, s.v.p. !!!! Mon amoureux est blessé !!! Son ventre perd du sang !!! À l'aide !!!
Leurs amis arrivent alors en compagnie d'Anthéa et Mr Delmas. Ce dernier appelle aussitôt le 911.

Ulrich est embarqué dans l'ambulance qui repart aussitôt. Yumi est à ses côtés et doit laisser les médecins s'occuper de son amoureux en pleurs.
U : Je ne veux pas mourir ! Je veux vivre, moi ! Avec Yumi !
La jeune concernée sanglote de peur et d'amour pour le jeune samouraï. L'ambulance arrive alors à l'hôpital et Ulrich est tout de suite pris en charge.
Docteur 1 : Qu'avons-nous là ?
Docteur 2 : Un garçon de 14 ans, entaille sérieuse à l'abdomen d'environ 20 à 28 cm de longueur, profondeur moyenne, les muscles abdominaux sont touchés...
Yumi, qui suivait Ulrich, doit le laisser aux mains des infirmiers qui doivent le sauver. Le jeune homme est rapidement endormi et déshabillié. L'un des chirurgiens désinfecte son abdomen pour procéder au recoudrement de la plaie.

Entre-temps, les parents d'Ulrich consultent le bulletin plutôt moyen de leur fils et sont très décus par les notes affichés. Le téléphone sonne alors.
Lilian prend le combiné et répond : Allô ?
J-P : Bonsoir, Mme Stern. Désolé de vous déranger à cette heure tardive, mais je demanderai à ce que vous et votre mari vous présentez à Kadic ce soir. Ça concerne votre fils.
Lilian : Ulrich ? Que s'est-il passé ?
J-P : Il serait préférable que vous soyez présents pour connaître son état.
Lilian : Quoi ? Pourquoi ?
J-P : Venez, c'est tout.
Walter : C'est le proviseur Delmas ? De quoi parle-t-il ?
Lilian : Il s'est passé qqch avec Ulrich, on doit se présenter à Kadic pour en savoir plus.
Walter prend son manteau : Dans ce cas, prépare-toi vite.
Lilian : (Soupir.) On arrive.
J-P : Bien. À tout à l'heure, madame.
Lilian : C'est ça, à plus. (Raccroche.) Tu vas encore gronder Ulrich ?? Faut dire qu'il avait raison à Noël de lancer son commentaire sarcastique à ton égard. Je regrette même de l'avoir grondé sur ça.
Walter : Mais non. S'il s'est passé qqch avec notre fils, ça ne peut pas concerner les notes. Enfin, je pense.
Lilian : Mmh...

À suivre...

Stade de Lyokophilisation

Messages: 115

Inscription: 23 Mar 2018, 00:09

Message 17 Juil 2018, 18:31

Re: Ulrich et Yumi

Voici la suite ! Bonne lecture !

Yumi voit Ulrich, toujours inanimé, sortir de la salle d'opération sur une civière. Un infirmier est pris à part par la jeune fille.
Y : Va-t-il s'en sortir, monsieur ?
Infirmier : J'ai le regret de vous annoncer... que celui qui a agressé ce jeune homme ne sortira pas gagnant de cette situation puisqu'Ulrich s'en sortira très bien.
Y : Oh mon dieu ! Pour de vrai ??
Infirmier : Oui. Nous avons réparé les fibres musculaires avec succès et refermé l'entaille sans problème. Il ne risque aucune complication et ne gardera qu'une légère cicatrice.
Y : Merci beaucoup, docteur.
Infirmier : Je vous en prie.

J-P au téléphone : Voilà de bonnes nouvelles, docteur. Vous m'informerez si Ulrich Stern pourra terminer l'année scolaire. Bonne soirée, monsieur. (Raccroche.)
Les parents d'Ulrich arrivent alors et toquent à la porte.
J-P : Entrez.
Walter : C'est nous, Mr Delmas.
J-P : Ah, Mr et Mme Stern. Asseyez-vous.
Ils s'assisent.
Lilian : Alors ? Que s'est-il arrivé avec notre fils ?
J-P : Et bien, ce qui s'est produit débute mal, mais s'achève bien.
Walter : On vous écoute.
J-P : Ce soir, votre fils Ulrich s'est fait agressé par un élève de 2e du nom de William Dunbar.
Lilian : Agressé ?? Comment ?
J-P : Il a subi une grande coupure au ventre, de son rein droit à son estomac. William avait utilisé un couteau de cuisine. Ulrich est présentement à l'hôpital.
Walter : QUOI ?!? Mon fils s'est fait éventré ?!?
J-P : Non, pas tant que ça. Ses organes sont intacts. L'entaille n'est profonde qu'à ses muscles.
Lilian : Alors, il va bien ?
J-P : L'hôpital vient de me rappeler et votre fils se porte à merveille.
Walter : YES !!! Mais ? Et William ? Est-ce qu'il s'est enfui ?
J-P : Non, au contraire. La petite amie de votre fils lui a infligé une correction de taille, mais il en est aussi à l'hôpital. Il s'est fait frappé au ventre 3 fois avec une pierre avant de la recevoir au visage pour l'assommer.
Lilian : Wô, c'est brutal.
J-P : Et comment ! Aucun dommage à la tête, mais son ventre est bourré d'ecchymoses ! J'ai appris qu'il faisait une hémoraggie intestinale !
Walter : Ben, il l'a mérité, ce petit connard.
Lilian : Franchement, Walter.
Walter : Mais enfin ! Il a essayé d'assassiner Ulrich !
J-P : Ne partez pas en rogne, je vous en prie.
Walter et Lilian : Désolé.
J-P : Donc, vous pouvez vous rendre à l'hôpital porter compagnie à la jeune Yumi Ishi...
Walter : Attendez. Il a vraiment une amoureuse ?
J-P : Évidemment, je vous dis même son nom.
Lilian toute heureuse : Notre fils est en amour, enfin.
Walter : Euh... j'sais pas trop quoi en penser... J'espère qu'il ne s'agit pas de la bonne à rien aux cheveux roses.
Lilian : Walter, c'est vraiment honteux, ce que tu dis !
J-P : Aelita Stones ? C'est une de nos meilleures élèves, au contraire.
Et continue ainsi leur discution qui fait perdre leur temps et le mien aussi.

En raison de sa longue cryogénisation, Anthéa devait endurer des crampes intestinales comme unique séquelle. C'était toutefois très douloureux. Elle gémissait faiblement, allongé dans son lit, en soutien-gorge et slip. Aelita était, quant à elle, dans la salle de bain en train de se déshabiller. Alors qu'elle est en débardeur de sous-vêtement et pantalon, elle a alors une petite révélation. Exhiber le nombril a été fait par presque toutes les filles du collège Kadic sans apporter le moindre problème à la société. Elle s'habille donc dans sa tenue de DJ qu'elle portait au concert des Subdigitals et se sent plus à l'aise qu'elle ne l'aurait cru. Elle va voir sa mère pour lui montrer son look.
A toque à la porte : Maman ? J'peux entrer ?
Anthéa : Oui, entre.
A entre : T'as vu mes fringues, m'man ?
Anthéa : Wow ! Tu es ravissante, ma chérie ! Mais mon mal de ventre limite mon enthousiasme.
A : Je pourrais dormir avec toi, au moins ?
Anthéa : Mais bien sûr. Viens t'étendre près de moi.
Aelita s'allonge sur le dos à la gauche de sa jeune mère qui pose alors sa main sur le ventre de sa fille.
Anthéa : Ça t'embête si je te flatte le ventre ?
A : Non, du tout. J'vais justement commencer à me vêtir de manière ombilicale, dès demain.
Anthéa sourit : Mmh... grande fille.
Elle relève alors le débardeur d'Aelita et lui caresse donc les abdos avec tendresse.
Anthéa : Ton ventre est très joli, Aelita. Quel âge as-tu, au fait ?
A : 13 ans. Et toi ?
Anthéa : 32 ans.
A : Quoi ? Tu es jeune, dis donc !
Anthéa : Avec ce corps, c'est sûr.
Éclat de rire général.
Anthéa : Mais je suis toujours une scientifique malgré ma beauté.
A : C'est vrai que tu es belle.
Anthéa : Tu l'es plus. (L'embrasse sur le front.)
Mère et fille se serrent dans leurs bras, collant leurs nombrils ensemble pour s'endormir ainsi.

Yumi était restée assise dans la salle d'attente lorsque Walter et Lilian arrivèrent. La jeune fille les a alors reconnu et s'est présentée à eux.
Y : Mr et Mme Stern. Je suis Yumi Ishiyama, l'amie d'Ulrich.
Walter : Enchanté, jeune fille. Je me nomme Walter, Thomas est mon deuxième prénom.
Lilian : Enchantée aussi, Yumi. Mon nom est Lilian et c'est mon seul prénom.
Yumi rit comme dans Oeil pour Oeil. Walter affiche un air « What the Fuck ? », mais se tait. Une chance que Yumi n'ait pas remarqué son visage.
Lilian : Le proviseur nous a dit qu'Ulrich se portait bien et que tu es son amoureuse. Celle d'Ulrich, pas du proviseur.
Y rie encore : Ha ha ! Effectivement, on est en couple depuis le crépuscule d'aujourd'hui. Et oui, il va très bien, ça me réjouit.
Walter : Ont-ils dit qu'on pourrait le voir ?
Y : En fait, il vient d'être opéré. Il est encore sous anesthésie. Mais son ventre est réparé comme neuf.
Walter : Dommage. Ça signifie qu'on doit attendre encore.
Lilian : On peut passer le temps. Faisons connaissance avec Yumi.
Walter sourit : J'dis pas non.
Yumi enlace alors Lilian.
Y : Désolée, mais j'avais besoin d'affection vu la situation.
Lilian : Ça va aller, Yumi. Tu es si belle. En plus, tu montres le nombril.
Y embarrassée : Euh... c'est mal de le montrer ?
Lilian : Pas du tout. Montrer le nombril, c'est cool.
Y sourit : C'est justement grâce à mon nombril qu'Ulrich et moi sommes amoureux.
Walter : Ah bon ?
Y : Oui. Allons nous assoir, je vais vous raconter ce qui nous a unis.
La jeune fille et les parents allèrent donc s'assoir pour une nuit blanche de discution.

Il est 7 heures du matin lorsque Yumi et les Stern se réveillent. Un médecin vient les informer qu'Ulrich peut recevoir de la visite. Ils se rendent donc à la chambre indiquée et entrent. Ulrich est alors réveillé et en pleine forme. L'infirmière aux cheveux noirs et lunettes passe alors une sonde à ultrasons sur le pansement d'Ulrich pour accélérer la guérison mais aussi éviter qu'une cicatrice prend place définitivement sinon son ventre sera amoché.
Y, Walter et Lilian : ULRICH !!!
U : YUMI ! PAPA ! MAMAN !
Yumi l'embrasse tandis que ses parents serrent chacune de ses mains dans les bras. Ils laissent ensuite l'infirmière achever le traitement qui en a pour 5 minutes seulement. Par la suite, Ulrich discute avec sa famille, dont Yumi. Lilian lui caresse les abdos.
Lilian : Ton ventre est si beau et musclé, Ulrich. Sinon, comment vas-tu ?
U : À l'exception de ma blessure qui brûle un peu mon ventre, je vais très bien. Alors, vous avez discuté avec Yumi ?
Walter : Ouaip. On a discuté ensemble, durant la nuit, pour faire connaissance. Elle est vraiment sympa.
Y : Merci, monsieur.
Walter : Par contre, la partie léchage de bide était trop bizarre.
U stresse : Hein ?
Walter : J'veux dire... je n'étais pas fâché du tout pour ça, mais ça semble trop dégoûtant de le faire.
U : Mmh...
Lilian : Et moi ? Si je fais ça ? (Elle embrasse le nombril d'Ulrich avec ses lèvres.) C'est dégueu ?
U : Euh... pourquoi tu m'as embrassé le nombril ? J'suis ton fils !
Walter : Ça veut dire oui. C'est pire entre mère et fils qu'entre amoureux.
Lilian : Mais merde.
Y : Moi, je trouve que c'était très gentil comme geste.
U : Que ma mère embrasse mon ventre ?
Y : Ben ouais. J'aimerais bien que ma mère me le fasse.
Walter : Euh... Peu importe. Sinon, traînez-vous encore avec cette tête rose ringuarde ?
U et Y devinent de qui il parle : QUOI ?!?
Lilian : Walter !
Walter : Mais elle est trop bizarre avec sa couleur rose ! J'ai vu ses sourcils, ils sont roses aussi !
U : Et alors ?
Walter : (Soupir désespéré.) C'est bon, j'arrête de critiquer la fille rose. Par contre, j'ai oublié son nom.
Lilian : Aelita. Aelita Stones.
L'infirmière revient alors avec une bouteille d'huile.
Infirmière : Vous pouvez lui masser le ventre si vous voulez. Et celui d'autres parmi vous. Évitez seulement de toucher à son pansement, il est neuf.
Lilian : Wow ! Merci, docteur. C'est combien ?
Infirmière : Oh, on vous le donne.
Walter : M'enfin, c'est trop. On ne peut pas accepter ça.
Infirmière : Mais si. On en a beaucoup.
Lilian : Voici tout de même 1 euro. Voilà.
Infirmière : J'ai déjà un très bon salaire.
Lilian : Dans ce cas, donnez cet euro à la charité.
Infirmière : D'accord, merci. Prenez l'huile.
Lilian : Merci.
Une fois l'infirmière partie, Lilian verse un peu d'huile dans sa main, la chauffe et l'étale sur le jeune ventre sexy d'Ulrich. Ce dernier regarde sa jeune mère avec des sourcils tristes et un sourire. Elle fait tourner deux doigts autour de son nombril dans le sens des aiguilles d'une montre.
Y : Avez-vous remarqué que son ventre brille avec l'huile ?
Lilian : Wow ! C'est plus joli comme ça.

Par chance, c'était samedi. Tandis qu'Ulrich allait bénificier de plus de temps pour guérir sans rater le moindre travail scolaire, Aelita pouvait passer autant de temps avec sa mère qui ressent de moins en moins de douleurs au ventre au fur et à mesure qu'elle reste calme avec son corps. La jeune fille était toujours vêtue de son ensemble de DJ et attendait sa mère qui s'habillait. Le gouvernement français leur ont fourni des allocations et une voiture pour leur assurer une qualité de vie favorable à leurs besoins. La voiture allait servir pour que les filles aillent acheter de nouveaux vêtements. Anthéa sortit alors, vêtue d'un débardeur bleu noué au diaphragme pour exhiber son ventre et de sa jupe. Aelita avait également noué son débardeur et se reposait, couchée sur le balcon, en attendant sa jeune mère. Cette dernière la taquine sur son nombril.
Anthéa coquine : Pourquoi cachais-tu ton joli bedon à Kadic ? Pourquoi cachais-tu ton nombril sexy ? Guili guili guili. (Lui chatouille le ventre.)
A : Ha ha ha ! Non, arrête ! Pas ça ! Non !!! À moi ! Ha ha ha !
Anthéa : OK, j'arrête. Voilà. Oufff... (L'allonge avec elle.) T'es vraiment une fille parfaite.
A : Que veux-tu dire ?
Anthéa : Tu as une très jolie voix, un très joli visage, un très joli ventre, un très joli nombril, de très jolies cuisses, de très jolis cheveux, de très jolis yeux, de très jolis bras, un très joli torse, de très jolis sourcils... Bref, tu es une très jolie fille ! Je t'aime tant, Aelita. (L'embrasse sur le front.)
A : Moi aussi. Beaucoup. (L'embrasse sur la joue.) Tu m'as vraiment manqué, m'man.
Anthéa : Je suis là, maintenant. Jamais je ne te quitterai. Enfin, je veux dire que je ne mourrais pas de sitôt. Je ne suis pas une mère poule, je te laisserai tes libertés, c'est sûr.
A ricane : Hé hé.
Anthéa : Ma belle rose. Allons acheter de nouveaux vêtements.
A : Et un nouveau maillot de bain. Celui que j'ai est un une-pièce. J'aimerais me baigner en bikini, maintenant. Comme Sissi et Heidi.
Anthéa : Moi aussi, j'veux porter un bikini. Allons-y.
A : Je te suis.
Mère et fille se dirigent main dans la main à leur voiture. Anthéa ouvre la portière de sa fille, la laisse s'assoir, lui attache sa ceinture et fait glisser sa main sur son jeune ventre sexy, ce qui la fait rougir et sourire. Anthéa prend sa place et laisse Aelita attacher sa ceinture et caresser son ventre tout aussi beau que le sien.
Anthéa : J'ai une idée.
A : Je t'écoute.
Anthéa : Je suis d'envie pour me faire faire un piercing au nombril. En veux-tu un, toi aussi ?
A : Moi ? Euh... j'sais pas quoi dire... j'ai 13 ans mais ça a l'air cool...
Anthéa : C'est toi qui décide. Je ne t'oblige pas, tu sais ?
A : Et bien... oui, j'veux un piercing au nombril !
Anthéa : Comme tu veux, ma belle ! En route !
Le duo en rose fonce à toute allure au centre commercial.

De retour à l'hôpital, Yumi commençait à ressentir d'étranges douleurs à l'intestin grêle. L'infirmière lui examina donc le ventre aux ultrasons.
Image
Lilian : Qu'est-ce qu'elle a ?
Infirmière : Euh... je n'ai pas encore d'idée exacte de son état. Faudra que je discute avec les autres médecins pour avoir un diagnostic officiel.
Cette dernière part donc avec l'enregistrement de l'examen. Lilian verse donc de l'huile sur le ventre pâle et moelleux de la jeune geisha pour le masser.
Y : Merci de me faire un massage.
Lilian : Y a pas de quoi, Yumi.
Y sourit : Mmh...
Akiko apparaît alors, vêtue de ses habits de la saison 4 (Chemise sexy et pantalon moulant).
Akiko : Salut, Yumi. Comment va Ulrich ?
U : Je vais très bien, Mme Ishiyama.
Y : Maman. Voici les parents d'Ulrich. Walter et Lilian.
Walter et Lilian : Enchantés, madame.
Akiko : Enchantée, monsieur et madame.
Lilian : Votre chemise est très séduisante, vous ressemblez à votre charmante fille.
Akiko ricane : Ha ha ! Merci beaucoup. Je prends ça comme un compliment vu que ça revient à dire que moi et ma fille Yumi sommes très belles.
Y sourit : Mmh...
Oh merde ! Je viens d'écrire la même ligne qu'avant les 12 précédentes ! FUCK ! (Oups...)

Aelita et Anthéa sont dans la rangée des maillots de bain pour femmes et cherchent des bikinis. La première était si heureuse d'avoir le ventre à l'air. Elle ne comprenait pas pourquoi était-elle timide à ce point-là.
A : Maman.
Anthéa : Oui ?
A : Je suis si fière d'exhiber mon ventre après toutes ces années de pudeur enfantine. C'est ma partie du corps favorite à présent.
Anthéa : Je suis contente que tu adores montrer ton ventre. C'est la mode de toutes les jeunes filles de ton âge, maintenant.
A : Ouais. C'est vraiment agréable, cette tendance.
Elle se caresse alors le ventre avec passion.

À suivre...

Stade de Lyokophilisation

Messages: 115

Inscription: 23 Mar 2018, 00:09

Message 02 Aoû 2018, 01:09

Re: Ulrich et Yumi

Au collège, tous les élèves présents furent convoqués dans la cour pour une annonce importante de la part du proviseur. Une fois tout le monde rassemblé, Jean-Pierre Delmas fit son annonce.
J-P : Mes chers élèves de Kadic. Cette année avec vous sera ma dernière en tant que proviseur, car je prendrais ma retraite dès cet été. Et ce, pour deux raisons. Premièrement, j'ai déjà 60 ans et je suis fatigué. Cela n'empêchera pas ma fille Élisabeth de poursuivre ses études ici-même. Deuxièmement, en raison de la tendance mode des jeunes filles d'aujourd'hui, le Ministère français de l'Éducation a voté pour choisir un collège qui représentera le visage de cette tendance et ont donc opté pour le collège Kadic. Par conséquent, nous ferons maison nette durant les vacances et la majorité du personnel deviendra féminin. La direction doit aussi être assurée par qqn de plus jeune. J'ai donc le privilège de céder le poste proviseur à ... (Ouvre une enveloppe pour l'effet.) Mme Yolande Perraudin.
Tous applaudissent fort. La jeune infirmière monte alors sur scène, en débardeur brun abdominal et jupe bleue, accueillie gracieusement par Mr Delmas qui lui accorde la parole.
Yolande : Merci, monsieur Delmas. (Racle la gorge.) Chers kadiciens. Vous avez les ventres et nombrils les plus sexy de tous les temps.
Ovation de 15 secondes.
Yolande : Certains garçons m'ont avoué qu'ils voulaient aussi exhiber leurs ventres, ne pas porter de hauts. Mathias Burel est un des ces jeunes hommes. Mathias. Quand tu veux.
Ce dernier se lève donc et retire sa chemise pour exposer son torse splendide malgré une légère cellulite abdominale. Tous les élèves l'ovationnent pour 30 secondes.
Yolande : J'autoriserai désormais toute abstenance à cacher le torse dans cette école. Les filles devront toutefois conserver leur soutien-gorge.
Filles : Ouaip !
Yolande : J'annonce également que l'infirmerie sera dotée dès l'an prochain d'un échographe. En effet, y a rien de mieux qu'une bonne échographie sur le ventre. Le gel sur la peau, la sonde qui bouge dessus...
Tous : Chouette !
Yolande : Vive les ventres !
Tous : Vive les ventres !
Yolande : Vive les abdos !
Tous : Vive les abdos !
Yolande : Vive les... NOMBRILS !!!
Tous : VIVE LES NOMBRILS !!!!!
Yolande lève les bras dans les airs en criant des « WOUHOU ! » haut et fort à pleine joie. La jeune femme est au comble de son bonheur.

Aelita et Anthéa se pointent au salon de tatouage pour recevoir leurs piercings ombilicaux. Aelita y va en premier et demande un barbell bleu.
Perceuse : Pas de problème. Laissez-moi juste désinfecter votre nombril et marquer les points.
La jeune fille aux cheveux roses retient donc son débardeur pour se faire nettoyer et encrer le nombril. Elle s'allonge ensuite et reçoit son piercing.

Akiko quitte l'hôpital pour le centre commercial. Yumi lui avait demandé si elle pouvait lui acheter un nouveau maillot de bain qui exhiberait son ventre, voir un bikini. La jeune mère a déjà un bikini, mais pour elle seulement. Elle accepta sans hésiter. Quant à sa jolie fille, elle resta avec Ulrich en attendant les résultats de l'échographie. Alors que les parents de ce dernier sont à la cantine, la jeune fille se remémore l'humiliation d'Ulrich à la piscine et avec le car.
Y : Ulrich.
U : Oui ?
Y : J'voudrais m'excuser pour t'avoir laissé être humilié par William et Jim à la piscine. J'étais vraiment conne de t'avoir dit que ton plongeon raté était seulement de ta faute. J'suis désolée... (Sanglote de honte.)
U : Yumi, ne pleure pas. Je te pardonne... à condition que tu subisses la même chose.
Y : Quoi ? Mais y a aussi pour l'incident des codes de la route que je veux m'excuser ! J'vais pas payer pour ça aussi ??
U : Ben, toi et William devrez payer pour ces deux choses.
Y : Oh bordel ! Mais de tout manière, William ne voudra jamais payer pour la poisse qu'il t'a apporté.
U : Après ce qu'il m'a fait, il sera obligé.
Walter et Lilian reviennent alors avec deux plateux chacun.
Lilian : Voici pour vous deux. Crêpes et yaourt au menu.
U et Y : Merci, m'man/Lilian.
L'infirmière revient alors avec les résultats de l'échographie de Yumi.
Infirmière : J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. Quelle nouvelle voulez-vous entendre d'abord ?
Y : Euh... la bonne.
Infirmière : La bonne nouvelle, c'est que vous avez encore de longues années de vie devant vous.
Y : Et la mauvaise ?
Infirmière : Ces mêmes années seront toutefois pénibles puisque vous souffrez de la maladie coeliaque.
Y : Hein ??
Lilian : C'est quoi, ça ?
Infirmière : Une atrophie villositaire. Autrement dit, destruction de la paroi de l'intestin grêle.
Walter : Et ?
Infirmière : Selon Wikipédia, cette maladie est une intolérance permanente à différentes fractions protéiques du gluten contenues dans différents types de céréales telles que le blé (froment), l'orge, ou le seigle. Il en résulte une malabsorption de certains nutriments (vitamines, fer, calcium…), donc des carences alimentaires. Les personnes atteintes doivent suivre un régime strict sans gluten à vie. Aujourd'hui, aucun traitement médicamenteux n’existe.
U : Quels sont les symptômes ?
Infirmière : Douleurs abdominales, crampes intestinales, diarrhée, manque de fer, etc.
Yumi pleure en gémissant.

Aelita et Anthéa rentrent à l'Ermitage avec le plein de vêtements... sexy. Jérémie avait appelé la première pour l'informer du maison nette de Kadic. Elle fut très contente qu'exhiber le ventre la passionne. Elle ne put s'empêcher de pleurer de joie.
Anthéa : Qui a-t-il, ma petite rose ?
A : Oh maman. Y a rien de plus unique et exceptionnel que d'avoir son ventre à l'air. J'veux un câlin !
Elle se serre fort contre le ventre de sa jeune mère qui lui flatte le dos.
Anthéa : Viens. J'ai qqch qui pourrait te plaire.
A : Je te laisse me montrer.
Le duo monte dans la chambre d'Anthéa et se couche. Cette dernière relève complètement le débardeur de sa fille et... lui lèche le ventre.
Anthéa : Bon. Je suis ta mère, ça ne se fait pas vraiment de te lécher les abdos. Je donnerai plutôt des baisers.
Elle se met alors à embrasser chaque parcelle du ventre très sexy de sa jeune et jolie fille. Elle n'oublie pas son nombril tout juste percé. Aelita est très comblée.
A : Merci, m'man. C'est très gentil de m'embrasser le ventre et le nombril.
Anthéa : Tout le plaisir est pour moi.

Pour revenir à William, il allait s'en tirer aussi, mais son ventre le fait encore souffrir, mais d'un niveau moindre que la veille. Ses parents lui tenaient* compagnie depuis son arrivée à l'hôpital. Le jeune homme reçut alors une échographie suivie de deux traitements efficaces : une injection d'un médicament spécial contre les lésions intestinales dans l'aorte abdominale et l'application d'un gel pour les douleurs musculaires. Ce matin même, un médecin vint examiner à nouveau le ventre de William aux ultrasons. Son intestin s'était tout juste refermé, mais ses abdos étaient très endommagés. Le médecin annonce qu'il doit subir une cellulite adipeuse artificielle pour protéger ses abdos le temps qu'il se réparent.
W : Quoi ? Mais j'aime mes abdos ! Je veux qu'on les voit !

À suivre...
Avatar de l’utilisateur

Initié

Messages: 281

Inscription: 16 Fév 2009, 19:41

Localisation: Dans une tour assis à côté d'Aelita.

Message 03 Aoû 2018, 23:24

Re: Ulrich et Yumi

Bonsoir à tous,

J'ai lu ta fic de A à Z et je trouve qu'on passe un bon moment.
En tout cas, j'ai pas pu me retenir de rire à propos des nombrils, tu penses qu'à ça ou quoi ? :lol:
Non je te taquine !
Belle histoire d'amour entre Yumi et Ulrich et Jérémy et Aelita. Manque plus que Sissi/William. :lol:
Et Odd reste toujours Odd !
Je suis content qu'Aelita retrouve sa mère ! :)
C'est vrai que dans la saison 2 il me semble, quand elle fait une série de crise cardiaque, on ne voit pas
dans l'épisode les prises de sang des docteurs fait sur Aelita, tu as eu une très bonne idée ! :thumbleft:

Continue à faire des fics.

Cordialement. :D
Image

Laura Forever.

Stade de Lyokophilisation

Messages: 115

Inscription: 23 Mar 2018, 00:09

Message 28 Sep 2018, 02:11

Re: Ulrich et Yumi

Ulrich est guéri et rentre avec ses parents. Ils passent alors à un salon de tatouage.
U : Que fait-on ici ?
Lilian : On aura tous les trois le nombril percé.
U : Quoi ? Papa aussi ?
Walter : Évidemment.
U : Cool !
...
Walter voit son nombril être désinfecté. On pince sa berge et la perce. Un barbell brun est placé.
Walter : Merci, madame.
Tatoueuse : De rien.
...
Lilian laisse la jeune artiste nettoyer et percer son nombril.
Lilian : Aïe.
Tatoueuse : Ça va ?
Lilian : Oui. Ça brûle un peu, mais c'est pas une torture.
...
Ulrich s'allonge et relève son t-shirt. Son nombril plaît à ses parents.
U : Merci.
Walter et Lilian : On t'aime.
L'artiste saisit sa berge et la perce. Ulrich gémit un peu. Un barbell vert est placé dans son nombril.
...
Walter porte désormais des pulls très moulants.

Ulrich regarde le ventre de son jeune père.
U : Ton ventre est assez spécial pour un homme adulte.
Walter : Merci.

Yumi et Akiko se font percer le nombril.

Retourner vers Romance

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités

Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by STSoftware.
Traduction par phpBB-fr.com