Hors du temps

Répondre


Cette question est un moyen d’empêcher des soumissions automatisées de formulaires par des robots.
Smileys
:D :) :P :? 8) :roll: :oops: ;) :lol: :twisted: :| :arrow: :?: :cry: :shock: :o :x :!: :evil: :pale: :silent: :scratch: :sm6: :thumbleft: :sm27:
Voir plus de smileys
Les BBCodes sont activés
[img] est activé
[flash] est désactivé
[url] est activé
Les smileys sont activés
Revue du sujet
   

Étendre la vue Revue du sujet: Hors du temps

Message par toon » 29 Sep 2014, 18:58

Re: Hors du temps

J'ai pas tout capté :scratch: ....Une seconde*parti chercher de l'aspirine*

Donc on a une organisation temporelle, des clones, Franz toujours vivant...Oh et puis flute: j'ai mal au crane...C'est pénible sur le coup, j'ai du TOUT relire... :sm27:

Moi allez dodo et attendre suite...

Sérieux, ton histoire, tellement c'est compliqué, à la fin, je vais finir comme ça:

Image

Message par XANA's heir » 27 Sep 2014, 19:05

Re: Hors du temps

Chapitre 8 : Intervention céleste

Aelita ouvrit les yeux en pensant qu'elle était morte. Pourtant, le coup de feu résonnait encore dans ses oreilles et la douleur à son épaule ne s'était toujours pas apaisée. Un peu sonnée, elle cligna des yeux plusieurs fois et sa vision redevint nette, pour la laisser voir Céleste qui lui parlait sans qu'elle n'entende quoi que ce soit et Loup qui tordait le poignet de son agresseur pour faire tomber son arme. Après quelques secondes de combat à mains nues, il s'écarta et... un deuxième Loup envoya un rayon lumineux dans la poitrine de l'homme qui s'écroula – la faisant croire qu'elle était devenue folle.
En tournant la tête, elle vit aussi une deuxième Céleste et Jérémie, torse nu, toujours ébahi devant la scène. Peu à peu, son ouïe redevint correcte et elle put entendre Céleste.
-Hé, oh !, fit celle-ci en la secouant. Aelita, tu vas bien ?!
-Ne la secoue pas !, intervint "le premier" Loup en la repoussant. Je m'occupe d'elle, prépare la translation.
"La première" Céleste posa un étrange appareil au sol : une sorte de boule opaque flottant dans une petite cage en métal. Après quelques manipulations, elle émit une lumière intense.
-Qu'est-ce qui se passe ici ?
C'était la voix d'Odd, accompagné d'Ulrich qui soutenait Yumi.
-Pas le temps de vous expliquer, l'arrêta Loup. Mettez-vous à côté de Céleste. Et vous aussi, ajouta-t-il en désignant leurs clones.
Son ton autoritaire ne leur laissa pas vraiment le choix. Ils se décidèrent à obéir lorsque le béton éclata près d'eux.
-Je m'en occupe !, assura "la seconde" Céleste avant de saisir son pendentif et d'envoyer un autre rayon.
Elle poussa Jérémie dans le cercle lumineux formé par la boule et avant qu'il n'ait le temps de réagir, il perdit connaissance.

.:.


-Comment ?!
-Je... j'ai dis que|
-COMMENT ?!? Comment avez-vous pu laissé s'échapper des GAMINS ?! Quatre de mes meilleurs hommes ont été massacrés par une demi-douzaine d'enfants ?!, brailla le capitaine.
-Capitaine, ils nous ont attaqué avec les modificateurs, aligna d'une traite le soldat dans la radio.
Sitôt après, il l'éteignit, de peur d'entendre le long cri de rage du capitaine.

.:.


-Je suis impressionné par vous deux, franchement !, admit Jack. Je croyais que vous alliez encore tout faire capoter, mais vous avez ramené tout le monde ici en un temps record.
-C'était un peu un coup de chance, vous savez..., tempéra Céleste. Ils étaient tous là au bon moment et en même temps, et puis on a été aid|
-Mais tais-toi, il est en train de nous complimenter !, reprocha Loup en lui plaquant la main sur la bouche, lui valant un léger rougissement et une claque sèche.
-Bon, est-ce qu'on peut avoir des explications, maintenant ?, demanda sans transition Céleste en désignant leurs "clones grande taille".
-Je vais peut-être vous choquer, mais|
-Oh, nous choquer..., se moqua Loup d'une voix exagérément doucereuse. C'est bien gentil, mais on vient de nous annoncer que nous travaillions pour une organisation intertemporelle, que Waldo Schaeffer était vivant, que|
Un coup des plus violents mit un terme à son énumération.
-Donc, comme j'allais le dire..., commença Jack avant d'inspirer longuement,... vous êtes des clones des véritables Loup et Céleste, qui se tiennent devant vous.
Céleste ouvrit la bouche dans un "o" parfait.
-Hmmm... elle m'a l'air choquée, blagua Loup avec un ton de détective peu crédible. Hé oh ! Céleste ! Ton nom n'est pas une excuse pour rester dans les nuages !
-Si tu refais une vanne sur mon prénom, t'es mort !, menaça-t-elle avec un regard noir.
-Tu m'as dit ça 151 fois, et j'ai fait 150 vannes sur ton prénom, rigola-t-il.
-Rien d'autre ?, questionna-t-elle en se tournant vers Jack.
-C'est tout ce que je sais. Loup et Céleste vous ont ramené ici après que nos ennemis vous aient envoyés pour tuer vos originaux, et on a improvisé une histoire, car apparemment vos créateurs vous ont effacé la mémoire avant que vous n'arriviez ici.
-Mais... et nos souvenirs ?, trembla Céleste.
-On ne sait pas qui vous a créés ni de quelle manière, mais apparemment, il vous a implanté des souvenirs, intervint le Loup original.
-Je vois pas l'intérêt..., maugréa son modèle réduit.
-Ce n'est pas l'organisation qui nous a créés ?
-Si, mais pas notre branche, conclut Jack. Ce qui ne nous explique pas pourquoi.
-Bon, maintenant qu'on va travailler ensemble, que diriez-vous de vous appeler... Louis et Célia, tiens ?, proposa Céleste en pouffant.
-Hé ! C'est complètement arbitraire ! Je veux choisir mon prénom de façon à ce que Loup|
-Louis, corrigea Céleste, toujours en riant.
-Louis... ne puisse pas faire de blague avec.
-Mais que deviendrais-je sans mes blagues ?, implora Lou...is avec une main au coeur et un air dramatique.
-Ce que tu aurais du rester : rien !
-Aouch, ça fait mal, ça !
-En tout cas, depuis que vous êtes ici, vous vous chamaillez comme un vieux couple, ça n'a pas changé, taquina Jack.
-Hé !!, protestèrent en coeur les concernés.
-Vieux peut-être, mais pas en couple !, renchérit Louis.
-M'en fous, je m'appellerais Célène, voilà.
-Ah m*rde, faut qu'je trouv une vanne, faut qu'je trouve une vanne, chercha Louis en se grattant le crâne, faisant sourire Célène.
-En attendant, la tienne est déjà trouvée, il suffit que tu t'endormes... ou alors que tu aies 16 ans, à choisir.
-Quoi ?... Oh non... Faut qu'je re-change !... Lucas !
-C'est toujours le nom d'un animal, t'as juste changé de langue...
-T'as qu'à m'en trouver un, si t'es si maligne.
-Ben..., fit-elle semblant d'hésiter en le contemplant. Pourquoi pas Loser ?
-Très drôle, vraiment, je suis hilare...
Les trois autres observaient leur dispute avec amusement. Mais Jack frappa ses mains, y mettant fin.
-Bon, c'est pas tout ça, mais on a des invités à accueillir ! Je ne suis pas sûr qu'ils voient d'un très bon oeil le fait d'être victimes d'une tentative d'assassinat puis d'un enlèvement.

.:.


Yumi ouvrit les yeux la première, dans une salle entièrement blanche qui l'aveugla un peu. Elle se redressa mais le coup qu'elle avait reçu l'en empêcha et elle retomba en grimaçant. Imaginant toutes sortes de scénarios négatifs d'enlèvements et de cobayes, elle vit son portable sur le meuble à côté d'elle, dissipant toutes ses inquiétudes. La première chose qu'elle fit fut regarder l'heure : 8h15. Elle n'avait donc dormi que très peu de temps, environ 30 minutes, et se sentait en pleine forme, ce qui excluait l'hypothèse que ses ravisseurs l'aient endormie.
-Hé, Yumi, appela une voix qu'elle reconnut tout de suite.
-Ulrich... qu'est-ce qu'on fait là ?
-Je sais pas trop. On est arrivés avec Odd, Loup nous a dit d'aller dans un cercle lumineux et on s'est retrouvés là, expliqua-t-il.
-Ulrich, soit sincère avec moi..., commença-t-elle en le regardant dans les yeux, est-ce que tu te drogues ?
Il afficha une mine boudeuse en marmonnant un "c'est pas drôle", la faisant rire.
-Tu peux te lever ?
-Non... un type de deux mètres vingt m'a balancée contre un mur.
Ulrich grimaça de douleur pour elle. Puis ils entendirent des gémissements.
-Non... pas les croissants...
-Haaa..., soupira Ulrich. Odd, Sissi t'a fait une demande en mariage.
-Hein... ? Gu'est-ze gui... ? QUOI ?! Sissi ?! Où ça, où|
-C'est une blague, récita Ulrich.
-C'est pas drôle, j'aurais pu dormir encore quelques minutes.
-Moi pareil, renchérit la voix de Jérémie.
-Salut, Einstein ! Ça va comment ?
-J'ai plus de bras, mais sinon ça devrait aller... ah, non, mon coeur s'est arrêté, aussi... Euh... Où est Aelita ?-Odd la ferme !, enchaîna-t-il en prévision de ses taquineries.
Une sonnerie retentit. Yumi décrocha et tous entendirent la voix paniquée de William.
-Yumi ! Où vous êtes ?! Y a des tarés qui me poursuivent pour me tuer, je leur échapperais pas longtemps !
-Oh non... où t'es ?
-Je me cache à l'usine, mais je crois que ce sont les potes de ceux qu'ont découvert le labo, ils la connaissent aussi bien que nous !
-Il faut qu|
Une porte s'ouvrit à ce moment. Avant même que les quatre amis ouvrent la bouche, Jack leva leva une main pour leur intimer le silence.
-On va tout vous expliquer, annonça-t-il. Pas besoin de se presser.
-Si, justement !, répliqua Yumi. William est dans l'usine avec les tueurs à ses trousses !
-William ?
-Un de leurs amis, expliqua Lucas en arrivant derrière Jack.
-OK. Le plus urgent est de le ramener ici. Lucas, Célène, vous partez. Je ne suis pas sûr que votre présence nos aiderait beaucoup ici.
-Sympa..., maugréa Lucas avant qu'on ne le tire par la manche.
-Shaw, le translateur, s'il-te-plaît, imposa Célène.
Il s'exécuta et ferma les yeux lorsque les deux adolescents furent envoyés dans l'usine dans un éclair.

-Alors, ces explications ?, s'impatienta Ulrich.
-J'y viens. Vous risquez de ne pas me croire...
-On a vu des trucs que vous ne pouvez même pas imaginer.
-Des trucs comme... un Supercalculateur ? Ou bien un monde virtuel ? Ou peut-être un virus capable d'agir dans le monde réel.
Ulrich écarquilla les yeux.
-Comment vous savez ?
-C'est très simple. En fait, nous faisons partie de l'organisation top secrète qui a créé XANA.
-Pardon ? Mais, c'est|
-"Waldo Schaeffer qui l'a créé." C'est bien cela. Il est d'ailleurs à la tête de cette organisation.
-Franz Hopper est vivant ?!, s'exclama Jérémie.
-Je sais, c'est dur à croire... Enfin, venez, fit Jack en sortant de la pièce. Il vaut mieux que vous le constatiez vous-même.

.:.


Célène plaqua sa main sur la bouche de Lucas.
-Ne dis pas "aïe", ordonna-t-elle tout bas avant qu'il ait le temps de se défendre.
À la suite de quoi elle se glissa entre les machines de l'usine dans laquelle ils avaient atterri et l'invita à la suivre. Au bout d'un certain temps de marche, ils entendirent des pas résonner sur le métal et elle lui fit un signe de tête. Obéissant, il mit la main sur son pendentif qui s'illumina.
Trois secondes plus tard, il pointa du doigt un couloir et ils s'y engagèrent sans le moindre bruit, en communicant par signes, le pendentif de Lucas éclairant devant lui. Il lui montra quatre doigts et elle acquiesça. "Trois tueurs plus William", pensa Célène en établissant mentalement un plan d'attaque. Soudain, Lucas se jeta sur elle et l'entraîna dans une salle annexe alors qu'un des tueurs passait dans le couloir. Attiré par le bruit, il bifurqua vers leur cachette.
La concentration se dessina sur le front de Lucas avant qu'il ne disparaisse dans un éclair, se téléportant dans le dos de son adversaire, pied en avant. Le coup ne produisit pas beaucoup d'effet.
-Céleste, vas-y !, cria-t-il tandis que l'homme se retournait, arme au poing.
Un rayon le frappa dans le dos et Lucas frappa le crâne de l'homme avec un morceau de métal pour s'assurer qu'il était hors-combat.
-C'est Célène, maintenant, rappela celle-ci. Imprime ça sur tes deux neurones.
Mais il ne releva pas, à nouveau concentré sur le repérage des deux autres criminels. Une balle ricocha près d'eux alors que le deuxième courait dans leur direction.
-Tu peux pas t'empêcher de crier !, reprocha Célène à Lucas en lui balayant les jambes.
Elle se jeta au sol à son tour, juste à temps pour éviter la seconde balle. Se relevant, elle ferma les yeux et son pendentif projeta une lumière intense qui désagrégea les tirs suivants. À nouveau, le tueur fut vaincu par un rayon. Sans leur laisser de répit, un cri traversa l'usine et ils se précipitèrent là où se trouvait William, acculé contre un mur et menacé par le dernier homme.
Lucas lança son pendentif vers eux et un éclair aveugla William. Lorsqu'il rouvrit les yeux, son agresseur était à terre.
-Céleste, Loup ?, s'étonna-t-il. Vous...
-Pas le temps, l'interrompit Célène. Viens là.
Elle le tira par la manche jusqu'à l'appareil que venait de poser Lucas par terre. Il ressentit un profond vertige et s'écrasa contre un sol métallique.

-Aooow..., gémit William, couché par terre mais conscient.
-T'as tenu le coup durant ta première translation ? T'es une vraie masse, toi !, s'exclama Lucas.
-Mission complete !, lança Shaw à leur intention, souriant. Vous vous améliorez, I see.

.:.


-Bonjour, salua la voix imposante de Waldo Schaeffer.
Seul Jérémie le regarda, tandis que les autres contemplaient la salle dans laquelle ils venaient d'arriver, impressionante même comparée au laboratoire de l'usine. Jérémie voulut dire cent cinquante choses en même temps, mais « Tout est de votre faute. » fut la seule phrase qui sortit de sa bouche.
-En effet, admit l'accusé, captant l'attention des quatre adolescents. C'est ma faute si vous avez dû combattre XANA, mais si je ne l'avait pas recréé, nous ne serions peut-être plus là pour en parler.
-Vous avez dit "recréé" ?, releva Yumi.
Il prit une grande inspiration avant de les inviter à le suivre d'un signe de la main.
-Nous avons beaucoup de choses à nous dire, commença-t-il alors que les quatre amis lui emboîtaient le pas.

.:.


-Waldo... vous voulez dire Franz Hopper ?!
-Non, William, son vrai nom est Waldo Schaeffer. Tu devrais d'aileurs le rejoindre, il est entrain de tout expliquer à tes amis. C'est par là, proposa Jack avant de l'emmener.
Un long silence s'en suivit.
-Bon. Et nous, qu'est-ce qu'on fait ?, s'enquit Lucas.
-Vous repartez dans une heure, annonça Shaw en levant la main pour couper court à leurs protestations. Commencez à vous préparer.
-Vous inquiétez pas, on vient avec vous !, s'enthousiasma Céleste.
-Euh... c'est bien ça qui m'inquiète..., répliqua son clone.
-Au boulot !, les rappela à l'ordre Loup.

Waldo fixa les cinq adolescents – William avait rejoint le groupe entre temps – qui gardaient la bouche ouverte et un air ébahi.
-Bon... admettons, concéda difficilement Jérémie. Pourquoi nous avoir raconté tout ça ?
-Parce que l'organisation a besoin de vous, maintenant. Nos ennemis se renforcent et nous ne sommes plus assez pour lutter. Et vous savez vous battre, résuma Waldo.
-Qu'est-ce qu'on y gagne ?
-... La vie. Soit vous nous aidez, soit vous retournez à Kadic. Je ne pense pas que les tueurs renonceront après leur échec, et ils doivent passer tout Paris au peigne fin, maintenant.
-Ils sont si nombreux ?, s'inquiéta Odd.
-Plus que nous, affirma Waldo en étendant les bras pour désigner la grande salle où ils se trouvaient et où s'affairaient plusieurs dizaines d'homme en blouse blanche ou en combinaison de camouflage. Et encore, ceci n'est qu'une de nos nombreuses bases.
-Moi, ce qui m'étonne, c'est qu'on ait jamais entendu parler de vous. Et puis, vu le niveau technologique que vous avez atteint, vous n'auriez pas dû pouvoir localiser Aelita avec un satellite ou je ne sais quoi d'autre ?, soupçonna Ulrich.
-C'est compliqué, Ulrich. Si je t'expliquais tout maintenant, tu ne me croirais pas. Je vous montrerais cela en temps voulu. Pour l'instant|
-Attendez ! Je veux bien qu'on soit en danger à Kadic, mais nos familles ? Ils risquent sûrement de se faire tuer, eux aussi !, s'énerva Yumi.
-Nous assurerons leur protection, et puis ce n'est que temporaire. Quand les choses se seront calmées, nous vous renverront chez vous. En attendant, nous allons créer des clones de vous afin que votre disparition ne s'aperçoive pas.
-J'espère seulement que ceux-là seront plus performants que ceux du Supercalculateur, maugréa tout bas Jérémie en sortant de la salle avec les autres, guidé par Jack.



Voilà, j'espère seulement que le changement de prénom ne dérangera pas trop, mais bon... de toute façon, c'est les mêmes :roll: , Lucas et Célène ont juste une tête de moins.

Message par toon » 11 Sep 2014, 21:54

Re: Hors du temps

XANA's heir
Ben... j'ai repris le lycée donc ce sera un peu aléatoire, ça dépendra de mes profs... ça pourra mettre un mois comme deux jours

Oh flute...j'espère que t'auras de la chance: mon petit frère est tombé sur le même sadique que l'année dernière(tu sais, le genre 100 ligne si t'écris en noir plutôt qu'en bleu)

Et pour le film, je sais pas, mais il y a deux semaines, j'ai emprunté un livre à mon frère : Time riders.

C'est pas ça...c'était peut-être pas un film mais plutôt une serie...Je me rappelle plus du tout mais je suis sur que ça me dit quelque chose...Si je trouve pas je vais devenir fou :sm27:

Comme quoi, on n'est pas les seuls à écrire des trucs aussi tordus qu'Hors du temps... :sm27:

"C'est les plus tordus qui ont souvent les meilleurs idées"...Bon c'est vrai, c'est pas vraiment une phrase à moi, ça vient de la philo mais je me souviens pas de la phrase exact ni de l'andouille qui l'a dit...et si je dit andouille, c'est parce que je déteste la philo. En fait quand j'avais cette matière, soit je séchais(c'est meme la seule matière dont j'ai osé faire ça) , soit j'y allais pour dormir...Pourtant c'est en philo que j'avais la meilleure moyenne...si quelqu'un résout cette division par zero, je le félicite...

Jérémy qui utilise son T-shirt pour panser la blessure d'Aelita...que c'est mignon...Oui je fais semblant...

Ah, au fait, toon, la référence au tequila t'était dédiée... ;)

Oh c'est gentil...Non cette fois on s'en bat pas les steaks...Oh merci...Oui je suis d'une mauvaise foi complete...si t'as d'autres compliment comme ça, t'arrêtes pas :P

Message par XANA's heir » 11 Sep 2014, 21:13

Re: Hors du temps

Ben... j'ai repris le lycée donc ce sera un peu aléatoire, ça dépendra de mes profs... ça pourra mettre un mois comme deux jours, mais j'ai de l'inspi : pour preuve, j'ai gratté 2000 mots ce matin pour (tenter) de rattraper mon retard. Ah, au fait, toon, la référence au tequila t'était dédiée... ;)

Et pour le film, je sais pas, mais il y a deux semaines, j'ai emprunté un livre à mon frère : Time riders. Et je me suis rendu compte que c'était quasiment la même trame. Comme quoi, on n'est pas les seuls à écrire des trucs aussi tordus qu'Hors du temps... :sm27:

Message par toon » 11 Sep 2014, 20:46

Re: Hors du temps

Enfin, la suite...J'en pouvais plus d'attendre. Ton histoire me rappelle un film mais j'arrive pas à mettre le doigt dessus...ça reste génial.

XANA's heir a dit:
j'ai peur que toon ait triangulé ma position et pointe un sniper sur moi en ce moment même


Pas la peine de se fatiguer: il suffit de pirater un satellite militaire comme dans l'épisode "Satellite" pour te tuer :P

Ah et sans vouloir passer pour un vantard: j'avais raison depuis le début, c'est bien des problèmes temporels...certes j'avais tort pour la faille spatio-temporelle mais j'étais pas loin...T'as choper l'idée comment? En rêvant? Moi ça m'arrive...C'est quand la suite? Oui, je pose la question alors que tu viens de revenir...histoire de te rendre...Nerveux :twisted:

Message par XANA's heir » 11 Sep 2014, 18:09

Re: Hors du temps

Bonjour et désoé de vous avoir fait attendre mais c'était parce que j'avais des problèmes d'ordinateur et que... :oops:
Pourquoi je parle tout bas ? C'est très simple, j'ai peur que toon ait triangulé ma position et pointe un sniper sur moi en ce moment même. :silent:
Plus sérieusement... mon disque dur a cramé (ah non ça c'était la dernière fois :scratch: ) ordinateur a (encore) eu un problème... mais bon, maintenant, d'après le mécano, il ne devrait plus y en avoir (quoique c'est p'têtre ce qu'il avait dit la dernière fois aussi...), de toute façon, s'il y en a encore, je rachèterais mes parents rachèteront 8) un ordinateur et voilà. Donc, désolé de mon absence, merci de m'avoir harcelé au cas où je me serais connecté et... en fait je vais vous donner le chapitre 7 direct sinon je vais vraiment me prendre un chargeur dans la tempe. :pale:
Bonne lecture ! (non non posez cet aspirine vous n'en aurez pas besoin, à ce stade je vous conseille de vous munir d'une douzaine de bouteilles de tequila)


Chapitre 7 : "Bright Shadow"

Le mur s'ouvrit sur une salle largement plus grande que le laboratoire auquel ils étaient habitués. Jack les poussa dedans et la porte se referma.
-Jack ? On est où, là ?
-Shaw vous expliquera mieux que moi, éluda-t-il.
-Ecoutez sans m'interrompre, dit ce dernier sur un ton sans appel, alors que la partie du sol où ils se tenaient se détacha du reste et commença à descendre. Je dois d'abord m'excuser de vous avoir menti en vous disant que la Bright Shadow était chargée d'arrêter des criminels qui avaient tué Waldo Schaeffer.
Loup et Céleste froncèrent les sourcils mais ne dirent rien. Quand Shaw ne prononçait pas un mot d'anglais, c'est qu'il était sérieux.
-Notre travail ne se limite pas à la chasse aux bandits, sinon, il suffirait de faire appel aux services secrets. Nous avons beaucoup plus d'ampleur. C'est difficile à avaler, je le sais, mais... Bright Shadow est chargée de réguler le cours de l'Histoire.
Il s'arrêta pour laisser le temps à ses deux interlocuteurs d'assimiler ses paroles, tandis que l'ascenceur s'ouvrait sur un immense complexe informatique où s'affairaient des dizaines de scientifiques. Les lumières multicolores des voyants donnaient l'impression qu'elle était constamment en état d'alerte générale.
-... Pardon ?, parvint enfin à demander Céleste, complètement perdue.
-Nous avons été créés à l'issue de la première guerre mondiale, continua Shaw, imperturbable. Nous devions protéger le monde de catastrophes comme celle qui venait de se produire. Sans nous, le monde pourrait être dominé par les nazis, à l'heure actuelle ; ou alors, les Etats-Unis et l'URSS auraient pu être rayés de la carte en se bombardant mutuellement pendant la guerre froide.
-Comment est-ce que vous auriez pu empêcher ça ?, s'étonna Céleste.
-Oh, c'est très simple... et très compliqué à la fois. Mais si on voulait le résumer en un seul mot, ce serait... XANA.
-C'est pas un mot, fit justement remarquer Loup. Et ça ne nous explique rien du tout.
-Chaque chose en son temps. Je dois vous présenter quelqu'un.

William ferma son livre, la tête trop pleine de questions pour réviser efficacement, et se coucha. il sentit quelque chose de dur sous l'oreiller et le souleva en étouffant un cri de surprise.
-Hé, je croyais que...

-Je vous présente Waldo Schaeffer, dit Shaw.
-Attendez... je suis sûr qu'il y a un truc qui cloche, fit semblant d'oublier Loup. Ah oui ! Sans vouloir vous offenser, vous êtes mort, non ?, demanda-t-il à l'homme qui se tenait devant lui.
Céleste soupira, renonçant à lui donner un autre coup de coude.
-C'est ce que j'ai fait croire pour éviter que mes ennemis continuent de me rechercher, expliqua Waldo.
-Si c'est pas trop vous demander..., commença Céleste.
-Des explications ?, devina Waldo. Comme vous voudrez. Je suppose que Shaw vous a expliqué dans quel but notre organisation a été créée ?
Ils acquiescèrent.
-Donc, je reprends. A la création de Bright Shadow, les scientifiques qui la composaient mirent au point un programme appelé XANA, capable de manipuler l'électricité, donc les réseaux électriques, les champs magnétiques... et caetera. Mais au début de la seconde guerre mondiale, une partie de la Bright Shadow se sépara de l'organisation pour mettre XANA à son propre compte. Ainsi, une véritable "guerre informatique" a eu lieu en même temps, sur un monde numérique qui permettait à XANA d'agir, nommé Lyoko. Mais les pays de l'Axe finirent par vaincre les Alliés|
-Je comprends que vous ayez pu oublier vos leçons d'histoire, depuis le temps, M.Schaeffer, mais je dois vous rappeler que ce sont les Alliés qui ont gagné, corrigea Loup.
-Je sais, j'y viens, assura Waldo alors qu'un coude faisait taire Loup. Voyant le tournant qu'avait pris la guerre, la partie non corrompue mit au point le retour vers le passé, qui permettait - en version simple - de remonter le temps. Elle l'utilisa pour revenir en 1938 et, sachant comment la guerre allait se dérouler, empêcha l'Axe de gagner grâce à XANA. Et depuis, le retour vers le passé a permis de "corriger" le cours du temps à maintes reprises. La partie corrompue de Bright Shadow, qui ne connaissait pas le retour vers le passé, ne comprenait pas comment nous arrivions à prévoir ce qu'ils allaient faire. C'est pourquoi ils ont disparu petit à petit.
-Pourtant, c'est eux que vous nous avez envoyé arrêter !, protesta Céleste.
-Parce qu'il y a une quinzaine d'années, un scientifique a volé les formules du retour vers la passé et les plans de construction des "sources", comme vous les appelez, ou "supercalculateurs", et les a vendus à la partie corrompue qui n'avait pas totalement disparu. Nous avons alors dû repartir de rien pour reconstruire de quoi combattre cette organisation qui montait en puissance tandis que nous n'avions plus accès au retour vers le passé.
-Et c'est vous qui l'avez redécouvert ?
-Oui. Mais la partie corrompue m'avait retrouvé, et je fus obligé de me cacher, avec ma fille, sur Lyoko. Mais avant cela, j'ai réussi à piéger nos ennemis : j'ai reprogrammé XANA, et y voyant un danger, ils ont envoyé "leur" XANA dans mon supercalculateur pour détruire le mien. Je l'ai alors enfermé dedans, et implanté les clés nécessaires à sa libération dans le code génétique de ma fille et le mien. Depuis, XANA s'est libéré de lui-même, mais il a été détruit. Le problème, c'est qu'il en reste des résidus, et c'est pourquoi nos ennemis veulent mettre la main sur ma fille. C'est aussi la véritable raison pour laquelle nous vous avons envoyé à Paris : nous voulions que vous protégiez ma fille.
-Et pourquoi ne nous avoir pas dit ça avant ?
-Parce que, comme vous l'avez constaté, intervint Shaw, vous avez déjà causé pas mal de dégâts, même sans le savoir. Si nous vous avions tout expliqué, vous auriez foncé tête baissée et essayé de démanteler la partie corrompue de Bright Shadow à vous tout seuls.
-Pas faux, concéda Loup.
-Mais ça ne nous dit pas pourquoi nous sommes ici en double, rappela Céleste.
-J'y viendrais plus tard, éluda Waldo, mais pour l'instant, il faut que vos retourniez à Paris. Nos ennemis pourraient décider de se venger de la capture de leurs deux agents.
-On peut pas avoir un indice ? Ou même un rébu, pour deviner ?, supplia Loup.
Céleste le tira par la manche pour mettre fin à ses âneries, suivie par Shaw et Jack qui se refusaient obstinément à leur expliquer quoi que ce soit d'autre prétextant que c'était mieux pour eux.

-T'as retenu quelque chose, toi ?, demanda Loup à Céleste. Pire qu'un cours d'histoire...
-Pas vraiment, admit-elle.
-Pas besoin, assura Jack. Tout ce que vous avez besoin de savoir, pour l'instant, c'est que nos ennemis veulent capturer la fille de Waldo pour reprendre le contrôle de XANA. Nous avons retiré la batterie du supercalculateur, mais ça ne les ralentira pas longtemps. Elle devait se trouver sur Lyoko, mais elle a été libérée par d'autres adolescents il y a un peu plus de deux ans, et nous avons perdu sa trace, faute d'agents. Elle s'appelle Aelita.
Loup et Céleste échangèrent un regard consterné.
-Ca explique pas mal de choses, souffla-t-elle.
-Shaw, il faut qu'on te dise|
-Pas le temps, coupa celui-ci. Plus vite vous serez à Paris, moins Aelita courra de danger.
Pour confirmer ses dires, le sol s'illumina sous les deux adolescents.
-Et nos... doubles ?
-Ils ont d'autres priorité pour l'instant, répondit Jack. Shaw ?
-Here we go !
-Votre mission, si vous l'acceptez..., commença Loup alors que la lumière emplissait le labo.
Sa phrase se termina à Paris.

.:.


-Jérèm' !!, cria William en déboulant dans sa chambre.
L'interpellé tomba de son siège sous le coup de l'étonnement.
-Hein... que... quoi ?, bégaya-t-il en ajustant ses lunettes.
-Regarde ça !
Il lui montra l'appareil.
-Tu m'avais pas dit qu'il avait disparu ?
-J'avais complètement oublié que je l'avais caché.
Il l'alluma et l'écran laissa apparaître la dernière image visionnée : le plan du supercalculateur.
-Loup avait ça ?!
-Je sais pas, je ne l'ai trouvé qu'avant "l'attaque des hommes en noir".
-C'est bizarre..., s'intrigua Jérémie en tapotant l'appareil, on ne peut accéder à rien d'autre.
-Il y a peut-être un mot de passe, suggéra William.
Jérémie actionna accidentellement une commande au dos de l'appareil, et l'écran devint vert électronique. Au bout d'un moment, "ACCES REFUSE" s'afficha.
-Une reconnaissance rétinienne, devina immédiatement Jérémie. On ne pourra pas l'utiliser sans les yeux de Loup.
-Qui a disparu, rappela William.
Jérémie lâcha un soupir exaspéré.

.:.


-On a perdu la trace des deux hommes qu'on avait envoyé chez Waldo, on pense qu'ils ont été capturés..., annonça une radio.
Un homme en tenue militaire se tenait assis devant, l'air las.
-D'autres bonnes nouvelles ?, grinça-t-il.
Son interlocuteur se tut un instant, cherchant sûrement soigneusement ses mots.
-Ils ont été interceptés par un groupe d'adolescents, capitaine.
-Pardon ?!, tonna-t-il.
-C'est... c'était... hum... Je vais vous envoyer les images que nous avons récupérées.
Avant que le “capitaine” ne puisse dire ce qu'il pensait, une dizaine de photographies s'afficha sur l'écran à sa gauche. Il s'étrangla en les voyant. Puis il appela un de ses subordonnés d'une voix forte.
-Oui, capitaine ?, demanda-t-il anxieusement, connaissant son caractère.
-Ce sont bien eux qui sont venu nous espionner, je ne me trompe pas ?, dit-il en pointant du doigt quatre photos.
-... Oui, capitaine, confirma l'autre après réflexion. Mais... ce ne sont pas les mêmes...
-Comment ça ?
-Regardez... Ces deux-là sont plus petits que les deux autres.
Le capitaine, interloqué, se pencha sur les images en question, et d'un oeil suspicieux, zooma sur les deux que le scientifique lui avait désignées, plus précisément sur un éclat de lumière sur leur poitrine. Pour la seconde fois en cinq minutes, il s'étrangla.
-Mais... ce sont nos prototypes !!, tonitrua-t-il, terrorisant le scientifique. Où sont ces gamins ?!
-Capitaine, confirmez-vous que la troisième image représente Aelita Schaeffer ?, plomba la voix dans la radio.
Une armée d'anges passa alors que le capitaine se retournait trèèèèès lentement. Pressentant ce qui allait suivre, le scientifique recula de quelques pas et se boucha les oreilles.
-QUOIIIIIII ?!?! hurla le capitaine.
Puis, il constata que c'était vrai et donna un coup de pied dans sa chaise, l'envoyant s'exploser contre le mur.
-Toute la base en action !, meugla-t-il dans un micro. Mobilisation générale ! Je veux tous les hommes disponibles au garde-à-vous devant moi dans deux minutes ! Préparez les translateurs !

.:.


-Aow..., gémit Loup. Pourquoi est-ce qu'on peut tout simplement PAS être téléporté au sol ?...
Céleste ne répondit pas, mais sa grimace était éloquente. Une fois remis de leur atterrissage, ils jetèrent un oeil à l'endroit où ils se trouvaient et l'identifièrent comme étant le parc du collège Kadic.
-Il faudrait vraiment qu'ils|
-Arrête de te plaindre, coupa Céleste, on dirait un gamin ! Il faut retrouver Aelita.
-Tu crois vraiment que ça va être aussi simple ? Je te signale que je me suis téléporté devant eux, ils ne risquent pas de l'oublier.
-Bon. Je vais les retrouver avec mon pendentif.
-Pas besoin, l'interrompit Loup en lui montrant l'écran de son portable. Alors, c'est qui le pro ?
Sur l'écran s'affichaient une carte des alentours avec, au centre, un point vert surmonté de "Aelita".
-Même pas la peine d'espérer un compliment, Loup.
-Je peux le faire moi-même, répliqua-t-il en commençant à fanfaronner un peu à la manière d'Odd.
-Vantard...
-Merci pour le compliment !
Céleste soupira, exaspérée, et partit en direction du collège.

.:.


Pendant que le reste de la base se mettait en branle, le capitaine replongea dans les dix images qu'on lui avait envoyées. Cinq d'entre elles n'évoquaient aucun de ses souvenirs, deux représentaient les espions qui s'étaient infiltrés chez eux, deux autres ces mêmes espions, mais de taille moindre, et portant à leur cou leurs deux prototypes de modificateurs quantiques. Et enfin, le dernière représentait la personne qu'ils cherchaient depuis plus de 20 ans, qui avait en elle les clés de leur pouvoir absolu. Un éclair le tira de ses pensées : le premier groupe d'agents venait d'être envoyé vers le Supercalculateur de Waldo. Quelques secondes plus tard, sa radio crachota.
-Ils ont retiré la batterie du Supercalculateur.
-Trouvez une solution ! Nous DEVONS retrouver XANA !
Les agents, de crainte d'énerver encore plus leur capitaine, coupèrent la communication. Un second éclair accompagna la translation du deuxième groupe à Kadic.

.:.


On toqua à la porte. Aelita alla ouvrir.
-Salut Jérémie, sourit-elle.
-Salut Aelita. Je peux te parler ?
Son sourire s'élargit jusqu'à ses oreilles...
-Regarde, montra Jérémie. William a trouvé ça dans sa chambre.
... et s'effaça aussi vite.
-Ah..., fit-elle, déçue.
On re-toqua à la porte. Dans un grand soupir, Aelita retourna ouvrir et vit un homme en noir d'au moins deux mètres qui portait des lunettes de soleil. Se rappelant en un instant de tous ses cauchemars, elle lui claqua la porte sur le nez alors qu'il avançait et tourna fébrilement la clé.
-Aelita, ça va ?
Elle se retourna en affichant une mine terrifiée et ne parvint même pas à balbutier.
-Ouvrez cette porte !, cria l'homme dehors.
-A... Aelita... qui c'est ?
-Leshommesennoir !! hurla-t-elle d'une traite avant de courir vers le fond de sa chambre.
Jérémie s'approcha d'elle pour la rassurer mais l'homme donna un coup de pied dans la porte, faisant craquer les gonds. Pris par l'adrénaline, Jérémie tira Aelita jusqu'à sa fenêtre.
-Jé... Jérémie, mais qu'est-ce que tu fait ?, s'étonna-t-elle.
-Il faut qu'on aille sur le toit ! Je l'ai déjà fait !
Il se rendit alors compte qu'il ne pouvait pas accéder au toit depuis la chambre d'Aelita. Un second coup de pied éclaboussa la chambre d'échardes.
-J'ai dit "ouvrez" !!
Aelita ouvrit son armoire et balança par terre tous ses draps et autres taies d'oreiller.
-Aelita, c'est pas le moment de déménager !
-Lance mon matelas par le fenêtre !, ordonna-t-elle en reprenant un semblant de courage.
-Tu veux sauter d'ici ?!, s'écria Jérémie.
-On n'a pas le choix.
Ne trouvant rien à redire, Jérémie s'exécuta. Peu après un immense tas de tissu s'était amoncelé en contrebas. Il mit un pied au-dehors et fut immédiatement prit de vertige en considérant la dizaine de mètres qui le séparaient du sol.
-Dépêche !!
Un coup de feu le fit sursauter et il bascula en hurlant. La poignée sauta et éclata par terre tandis que la porte s'ouvrait. L'homme tira alors qu'Aelita se laissait tomber, sans savoir si Jérémie avait eu le temps de se dégager.

Il avait mal partout, mais, par miracle, il parvenait à bouger correctement. Il se laissa rouler à côté des couettes en entendant le cri d'Aelita au-dessus de lui. Il parvint à se mettre debout sans trop de mal, ce qui était un bon signe. Un bruit mat retentit à côté. Aussitôt, une tache rouge se répandit sur les couvertures et Jérémie s'affola.
-Aelita !!, cria-t-il en s'approchant. Tu vas bien ?!
Elle répondit par un gémissement et se tourna vers lui, dévoilant un orifice rouge-noir dans son épaule. Un autre coup de feu le décida à la faire descendre. Il la soutint tant bien que mal et entra dans le bâtiment alors que le béton éclatait à côté d'eux. Aussitôt, des pas résonnèrent dans l'escalier.

-Mais, qu'est-ce que... ?!, bégaya Jim en voyant un homme armé dévaler les marches.
Ni une ni deux, il tenta de le frapper, mais son adversaire esquiva avec facilité et lui assena un coup derrière la nuque, suffisant à la mettre K.O. Jérémie avait eu le temps d'emmener Aelita hors du bâtiment. Il la traîna vers le portail et hésita un moment avant de se rappeler des récits de guerre dont Jim avait préféré ne pas parler pendant leur stage commando (mais avait parlé tout de même), de retirer son T-shirt et de lui nouer autour de l'épaule aussi serré que possible.
Soudain, un deuxième homme en noir accourut vers eux alors que le premier sortait des dortoirs. Il pointa son arme vers eux, mais Yumi, qui arrivait, hurla un "YAAAAH" qui lui fit tourner la tête. L'homme attrapa son pied et la lança contre le portail, tandis que Jérémie et Aelita allaient vers le réfectoire. Le voyant s'approcher, Jérémie se jeta sur lui. L'homme le saisit par les bras et essaya de les casser, mais à nouveau, une jeune fille se jeta sur lui en hurlant. Il ne cilla même pas, semblant ne pas sentir le coup de Céleste. Il se retourna seulement pour la viser mais un rayon lumineux le frappa en pleine poitrine, l'envoyant valdinguer plus loin. Le même rayon assoma le deuxième, qui courait vers eux. Loup et elle s'approchèrent de Jérémie.
-Ça va ?, s'enquirent-ils.
Ils récoltèrent une paire d'yeux écarquillés. Loup, entendant des pas, regarda vers Aelita qui tenait son épaule en grimaçant. Un troisième homme se préparait à la tuer. L'expression d'Aelita passa de la douleur à l'horreur.
-NOOOOOOOOOON !!!, s'égosillèrent simultanément Loup, Jérémie et Céleste.
Un flash illumina la cour, accompagnant le bruit de la détonation.


Bon. Voilà, vous avez une grande partie des explications, même si c'est p'têt confus, mais j'ai fait de mon mieux. J'ai pensé qu'un Supercalculateur quantique, ça pourrait avoir bien plus d'ampleur qu'une "petite querelle de scientifiques" :lol:

Message par toon » 08 Sep 2014, 18:22

Re: Hors du temps

On te voit plus des masses ces jours ci...Me dit pas que tu compte arrêter ta fic, elle est intéressante et vaut le coup d'œil...et surtout, JE PERD PATIENCE! :evil:
LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE!LA SUITE! Euh...c'est quoi le mot pour décrire la partie qui vient après un premier bout? :scratch: Ah oui c'est vrai...LA SUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIITE!!!!!!!

Message par Jules » 19 Juil 2014, 18:46

Re: Hors du temps

Comment dit-on, déjà, dans ces cas-là ? "Plus qu'à attendre..." ? :mrgreen:

Bon séjour en camp. ;)

Message par XANA's heir » 19 Juil 2014, 18:36

Re: Hors du temps

salut, je poste pour dire que, manque de temps et d'inspi, j'ai pas tenu le délai d'une semaine :? et le problème c'est que je pars en camp demain pour deux semaines, donc le prochain chapitre ne verra le jour que début août... :cry:

Message par Thor94 » 04 Juil 2014, 00:12

Re: Hors du temps

loup et celeste ont des pouvoirs ou c'est juste grace aux pendentifs qu'ils deviennent invisibles?
ils les ont construit eux meme ou quelqu'un les leurs a donnés?

Message par toon » 03 Juil 2014, 20:28

Re: Hors du temps

Bon ben y aura pas eu besoin d'attendre longtemps pour la suite...Par contre je vais devoir chercher les morceaux de ma pauvre tête qui a explosé...

C'est quoi ça? L'English crée des clones pour résoudre des problèmes temporelles comme le retour vers le passé ou quoi? :scratch:

alors dans ce cas c'est une fanfiction écrite par un tordu, je ne vois que ça.


Je vois que il n'y a pas que dans ma fic qu'on brise le 4eme mur :thumbleft:

Message par XANA's heir » 03 Juil 2014, 15:13

Re: Hors du temps

J'ai pas mis trop longtemps ? (sans compter mon mois d'absence forcée :cry: ) Voilà le dernier chapitre "incompréhensible", les explications dans le prochain ou, au pire, dans le huitième. Si vous arrivez à vous y retrouver avec Loup, Céleste, Loup et Céleste j'applaudis :hello1: . Et sinon... bah c'est fait exprès ! Au fait, j'ai plus OpenOffice, donc je ne suis pas sûr que la longueur de ce chapitre égale celle des autres, m'enfin... je fais sans :




Chapitre 6 : L'homme invisible


Loup s'arrêta soudain dans sa course. Le reste de la bande se tenait devant lui, et Aelita arrivait de l'autre côté.
-Bon, tu comptes nous expliquer, maintenant ?
-... Désolé, j'ai pas le temps, répondit-il.
En priant pour qu'il lui reste assez d'énergie, il posa la main sur son pendentif et un flash éblouit tous les membres du groupe. Lorsqu'ils rouvrirent les yeux, il avait disparu.
-Au moins, on est fixés. Il n'est pas normal.
-Il s'est téléporté ?, s'étonna Aelita.
-Apparemment.
-Alors il a forcément un rapport avec tous ces retours bizarres.
-Ouais, approuva Jérémie, mais on ne sait plus où le chercher maintenant.
-Hôpital ?, proposa Odd.
-Peut-être à l'Ermitage ?, suggéra Aelita.
-On va encore se séparer, donc ?, soupira Yumi.
-On n'a pas le choix. Je retourne à l'usine, annonça Jérémie. C'est ce qu'il y a de mieux à faire.
-Je vais voir au collège, décida William après un regard entendu à l'adresse de Jérémie.

-Où est-ce que je suis tombé encore ?, se plaignit Loup.
Il se réveilla dans ce qui ressemblait à un cube métallique et se leva en se tenant la tête et en marmonnant quand il entendit des voix et se tut immédiatement.
-C'est bon ?, demanda une voix à travers la paroi.
-C'est bizarre, répondit une seconde, on dirait qu'elle a été utilisée il n'y a pas longtemps...
Loup reconnut instantanément les deux hommes de l'Ermitage.
-Peut-être Waldo Schaeffer ?
-Je sais pas, mais ça nous fait une bonne raison de ne pas traîner ici. Va le brancher à la source.
-OK.
Il entendit des pas se rapprocher de lui, et recula.
-Prend l'échelle, on sait jamais, recommanda un des deux hommes.
Le deuxième grogna et descendit pendant que Loup soupirait de soulagement. Il remarqua alors un interrupteur à côté de lui et appuya par curiosité. Le monte-charge s'ouvrit. Loup eut à peine le temps de regarder le labo que l'homme assis au poste de commande bondit de son siège et fonça sur lui.
-Eh merde, souffla Loup en prenant une position de combat.

Jérémie sortit des égouts sur le pont de l'usine quand son ordinateur sonna. Il vit stupéfait que le Supercalculateur avait détecté quelqu'un dans le labo. Il jeta un oeil aux caméras mais constata que toutes les salles du labo étaient vides. Un détail attirant quand même son attention, il zooma dessus et distingua un silhouette qui s'avançait vers le Supercalculateur. Elle se précisa un court instant et Jérémie put voir l'homme entièrement habillé en noir alors que la machine sortait du sol dans un nuage de vapeur. Il disparut à nouveau. Affolé, Jérémie composa le numéro d'Aelita.
-Allo ?
-Aelita, on change de plan, il y a quelqu'un à l'usine ! Demande aux autres de venir !
Il raccrocha sans lui donner plus d'explications et prit son courage à deux mains pour s'engager dans l'usine.

William écarquilla les yeux. Il avait trouvé un petit appareil dans sa chambre, et, étant parvenu à l'allumer, venait de découvrir - à première vue - un plan du Supercalculateur. Son téléphone sonna.
-William ?, appela Ulrich.
-C'est|
-Problème à l'usine, amène-toi et vite !
-Mais|
Ulrich avait déjà raccroché. "Jérèm' m'avait promis d'arranger le coup avec lui, pourtant", maugréa William dans sa tête. Hésitant quelques secondes, il cacha l'appareil dans sa taie d'oreiller et partit en courant.

Loup se retrouva rapidement à terre. Son adversaire était bien plus fort et expérimenté que lui, et il avait trop utilisé son pendentif aujourd'hui pour tenter quelque chose sans provoquer des conséquences titanesques. Alors qu'il reculait devant son adversaire, il aperçut Céleste, ligotée et évanouie, à l'autre bout de la salle. Soudain, le monte-charge s'ouvrit, et Jérémie en sortit prudemment, armé d'une barre de fer. Il balaya la pièce du regard mais ne sembla pas les voir et alla s'asseoir au poste de commande. Son agresseur se retourna. Loup, profitant de cette inattention, crocheta ses jambes et le poussa de toutes ses forces dans le monte-charge.
-Bon voyage !, souffla-t-il en refermant les portes alors que l'homme se relevait.
Il se précipita vers Céleste et la détacha, puis, ne connaissant d'autre méthode, lui envoya une gifle en criant son nom... ce qui eut pour seul effet de lui faire mal à la main.
-C'est du délire puissance 10 !!, s'écria Jérémie en sautant de son siège.
Il observa nerveusement le labo, puis, reprenant sa barre de fer, se dirigea vers lui et Céleste. Loup se protégea et reçut un coup dans le bras. Jérémie afficha un air ébahi mais recommença. Loup s'écarta juste à temps, et l'arme frappa le sol.

Ulrich appuya pour appeler le monte-charge. Lorsqu'il s'ouvrit, il fut projeté en arrière par une force invisible. Se mettant immédiatement en position de combat, il ne vit pas ce qui l'avait frappé et se détendit. Un nouveau coup venu de nulle part l'envoya bouler contre un poteau.
-Yaaaaaaaaaaah !!!, hurla une voix à sa gauche.
Odd, qui venait d'arriver, et voyant son ami frappé par... rien, se jeta dans le vide sans réfléchir et en tapant au hasard. Son poing rencontra quelque chose et du sang apparut sur le sol. Il n'eut pas le temps de s'en rendre compte qu'il fut assommé.
-Odd !
Ulrich vit l'air se troubler devant lui et ferma les yeux par réflexe.

-Bon, on se sépare, décida Loup.
-Attend, ne dis rien ! Tu fonce dans le tas et je retrouve le pendentif de... moi-même ?, devina Céleste.
-Exactement !
Sur ces mots, Loup s'empara de la corde et se jeta sur l'homme qui se tenait devant Ulrich. Lorsque ce dernier rouvrit les yeux, il était indemne. Aelita atterrit près d'eux.
-Ulrich ?! Qu'est-ce qui s'est passé ?, s'inquiéta-t-elle.
-Je sais pas, mais Jérémie est peut-être en danger ! Je vais voir, reste près d'Odd !, dit-il en se relevant.

Céleste débarqua dans le labo et... se retrouva face-à-face avec elle-même et Loup. Ce dernier regarda sans comprendre les deux Céleste(s) qui se trouvaient dans la pièce quand William déboula dans le labo.
-William ?, s'étonna Jérémie.
-Le monte-charge ne marchait plus, alors je suis passé par la salle des machines, expliqua-t-il.
Lui non plus ne semblait pas avoir vu Céleste, Céleste et Loup. Celle qui se tenait devant le monte-charge s'accroupit. Un homme arriva par l'échelle, et elle l'assomma sur le coup. Elle prit le pendentif dans sa main et l'envoya à Loup puis disparut. Il s'empressa de remettre le pendentif autour du cou de la Céleste encore évanouie. Elle se réveilla à l'instant, en papillonnant des yeux.
-On est où, là ?, demanda-t-elle pertinemment. Et pourquoi|
-Après, les questions, stoppa Loup, pour l'instant|
-Céleste, Loup ?, s'étonna Jérémie, qui, comme William, venait de les remarquer.

Alors qu'Ulrich s'apprêtait à descendre, un flash l'aveugla et il vit clairement Loup devant un homme à terre.
-Loup ?!
Le concerné fronça les sourcils. Yumi arriva à ce moment, devant Odd évanoui près d'Aelita, Ulrich, Loup et une homme en noir dans les pommes. Elle écarquilla les yeux.
-C'est une réunion mondaine ?
Loup disparut après avoir touché son pendentif. Les trois amis eurent juste le temps d'échanger un regard d'incompréhension avant d'être englobé par une lumière bien connue.

-On a pas mal de questions à vous poser, dit Jérémie sur un ton impératif.
-Euh... attends, Jérémie, c'est pas ce que tu crois... d'ailleurs c'est pas ce que je croyais non plus, à bien y réfléchir, s'embrouilla Loup, mais...
Il termina sa phrase dans un éclat de lumière blanche.

Juste avant, sur le pont, Loup apparaissait à côté de Céleste.
-C'est qui, les gamins ?
-Je sais pas, mais ils m'ont vu, avoua Loup.
-Ouais, et moi, c'est mon clone qui m'a vu.
-Tu lui as rendu ?
-Ouais, mais vaut mieux leur faire oublier, ainsi qu'aux deux types qu'on a mis K.O. Et emmener nos clones, j'ai l'impression qu'ils se sont attiré pas mal d'ennuis.
-OK, approuva Loup avant de poser la main sur son pendentif. "Retour vers le passé", comme dirait ce cher Waldo.

.:.


Aussitôt qu'ils se réveillèrent, les six héros se précipitèrent hors de leur chambre. Après deux ou trois rencontres avec les portes ou avec les autres, ils se réunirent dans la chambre de Jérémie qui affichait une mine grave.
-Pour résumer ce qui vient de se passer..., commença-t-il en prenant une très grande inspiration, Loup et Céleste ne sont pas normaux et ont des pouvoirs étranges, d'ailleurs, ils ont disparu, ou du moins ne sont pas dans leur chambre, ensuite nous les avons vus à deux endroits différents en même temps, en plus, nous ne sommes visiblement pas les seuls à avoir connaissance du Supercalculateur, nous sommes confrontés à des ennemis invisibles et pour finir, nous sommes victimes de retours vers le passé qui ne proviennent pas du Supercalculateur.
-Pour résumer, hein ?, railla Ulrich.
-Je crois que je vais m'évanouir, gémit Odd en se tenant la tête.
-Tu oublies les plans du Supercalculateur qui ne sont plus là où je les avais mis, intervint William.
-On ferait peut-être mieux d'aller d'abord à l'usine pour voir si les hommes en noir sont toujours là.
-Mais ils sont invisibles !... Enfin, la plupart du temps, rectifia Odd.
-Au moins, on pourra inspecter l'usine. Si c'était vraiment un retour vers le passé, il devrait avoir effacé toutes les traces de ce qui s'est passé, appuya Jérémie.

.:.


-Rien ici !, affirma Odd.
-R.A.S de ce côté !, confirma Ulrich.
-Et le sang a disparu...
-Donc c'était bien un retour vers le passé...
-C'est pas ça qui va nous aider.
-Allons voir en bas, Jérémie aura peut-être trouvé quelque chose.
En arrivant au labo, ils découvrirent Jérémie en train de courir à droite à gauche en rebranchant des câbles, alors que tous les écrans étaient éteints.
-Euh... Einstein ? Je sais que toute cette histoire t'énerve, mais de là à détruire le labo...
-C'est pas ça ! Le Supercalculateur ne marche plus !
-Hein ?! Comment c'est possible ? Même XANA n'avait pas réussi à en venir à bout avec les pouvoirs d'un spectre, alors c'est pas deux criminels qui auraient pu le détruire.
-Peut-être qu'il n'a plus de pile, suggéra Odd, ça nous est déjà arrivé.
-Impossible !, contredit Jérémie, la pile précédente a tenu plus de dix ans, celle-là ne va pas nous lâcher en moins de deux ans !
-Ben... On a peut-être trop utilisé Lyoko.
-Vérifie, au moins.
-Mouais...

Jérémie enfila la combinaison anti-radiations, et descendit dans la salle où tout était aussi éteint. Il ouvrit le compartiment destiné à la pile nucléaire et faillit la laisser tomber en la retirant. Mais la couleur sombre ne laissait aucun doute : elle était déchargée. Il la replaça dans la machine faute de mieux et remonta dans le labo.
-Alors ?
-... Je comprends pas..., murmura-t-il, incrédule. Elle est déchargée, mais pourtant, tout marchait parfaitement la dernière fois qu'on l'a utilisé.
-Et maintenant, on n'a plus XANA pour en remettre une...
-Mais pourquoi c'est si grave ?, raisonna Yumi. On n'en a plus besoin, de toute façon. Et si les criminels reviennent, ça leur fera de belles jambes. Et les caméras marchent toujours, après tout, non ?
-Grâce au générateur de l'usine, oui, mais... avec la disparition de Loup et Céleste, on vient de perdre notre dernière chance de savoir ce qui s'est passé depuis le retour vers le passé d'hier.
-On n'a qu'à retourner fouiller dans les affaires de Loup, proposa Odd.
-Non. Il a vraiment disparu. Et tout ce qu'il avait avec, affirma William.
-Pareil pour Céleste, c'est comme s'ils n'avaient jamais existé, ajouta Aelita.
-Attendez deux secondes...
Jérémie prit son ordinateur dans son sac et ouvrit de grands yeux.
-T'as raison ! La modélisation et les codes ont disparu aussi !
Un silence accablant s'ensuivit. Odd bailla un grand coup.
-'Vais me coucher, moi. Une hallu continue pendant plus d'une semaine, ça vous épuise un homme, je vous assure !
-Arrête. Comment veux-tu qu'on ait tous eu la même hallucination depuis l'arrivée de Loup et Céleste ?
-Cherche pas à comprendre, sinon tu deviendras comme lui, conseilla William en désignant Odd, dans une pâle tentative d'humour.
-Hé !, fut tout ce que le concerné trouva à répondre avant de leur faire signe de venir. Bon, vous venez ? C'est pas parce que le Supercalculateur s'arrête de tourner que le monde en fait autant.
-M*rde ! Il a raison, on a cours dans moins de cinq minutes !
Ils se précipitèrent dans le monte-charge.

.:.


Loup et Céleste ouvrirent les yeux à peu près en même temps. Ils se relevèrent dans une salle similaire à celle qu'ils venaient de quitter - c'est-à-dire digne d'un film de science-fiction - mais qu'ils connaissaient bien.
-Shaw ?, reconnut Loup. Qu'est-ce qu'on fait là ? Pourquoi tu nous as ramenés ?
Le scientifique se retourna, avec une mine sérieuse qui ne lui correspondait pas du tout.
-Vous avez mis un joyeux mess, vous savez ?, dit-il en retrouvant le sourire. Summarize ! Vous avez failli perdre le pendentif de Céleste au profit de ceux que vous étiez censés empêcher de nuire, et Céleste avec. De plus, vous avez conduit six adolescents à la source|
-Attend ! On n'y est pour rien ! Je me suis téléporté avec mon pendentif déchargé et je suis arrivé par hasard dans ce labo. Jérémie et les autres n'ont pas pu savoir où j'allais.
-Peut-être qu'ils t'avaient mis un mouchard ? I don't know qui sont ces gamins, mais j'ai aussi appris qu'ils t'avaient volé tes codes ADN.
Loup serra les dents.
-Don't worry ! Nous avons tout effacé, et capturé les deux agents de la BS qui se trouvaient dans le labo de Waldo Schaeffer.
-Waldo Schaeffer ? C'est lui qui|
-Yes, aquiesça Shaw, nous allons mener notre enquête sur ce que vous avez... accidentally découvert. Mais en attendant|
-On a quelqu'un à vous présenter, annonça Jack qui venait d'arriver.
-Jack !, s'étonnèrent en coeur Loup et Céleste.
-Après, les effusions ! Les retrouvailles ne sont pas terminées !, les calma-t-il.
Les deux adolescents affichèrent une incompréhension totale.
-Mes très chers agents, je vous présente... vous !, s'exclama Jack avec excentricité.
La porte qu'il désignait s'ouvrit. Deux jeunes personnes en sortirent, la première tendit la main et se présenta.
-Céleste... première du nom, crut-elle bon d'ajouter avec un clin d'oeil.
Loup recula.
-Oulala... Je sais pas ce qui est le plus inquiétant, entre me retrouver face à moi et voir Céleste faire un clin d'oeil, soupira Loup en s'attirant une remarque de son amie. Deux secondes, dit-il avant de se frapper la tête contre la paroi, faisant raisonner tout le laboratoire. Non, c'est pas un rêve... alors dans ce cas c'est une fanfiction écrite par un tordu, je ne vois que ça.
-Arrête tes idioties, ordonna Céleste avec une expression totalement opposée à celle qui se trouvait devant eux, qui suffit à faire obéir Loup.
-On a beaucoup de choses à vous expliquer..., commença Jack.
-... pas mal de points à clarifier..., ajouta Loup «premier du nom».
-... et énormément à vous show, termina Shaw en se dirigeant vers le fond du labo. Come on !

Message par toon » 02 Juil 2014, 15:08

Re: Hors du temps

Oh nan....Il va encore falloir attendre...Je veux connaître la suite :cry: :cry: :cry:

J'espère que a vaudra le coup cette attente...Déjà que rien que les chapitres déjà posté vaille le coup...vivement la suite!

Message par Jules » 30 Juin 2014, 21:50

Re: Hors du temps

Je commençais à désespérer... :mrgreen:

J'attends ton chapitre.

Message par XANA's heir » 30 Juin 2014, 14:02

Re: Hors du temps

Bonjour après un mois et quelques d'absence et désolé aussi :? , mais mon disque dur avait cramé et mon ordi n'a été réparé qu'hier. Donc je reprends du service, même si je n'ai plus "Hors du temps" (ce qui n'est pas un problème, puisque les anciens chapitres sont ici et qu'un mois, ça permet de trouver des idées) seulement je dois recommencer l'écriture du chap.6 qui arrivera au plus tard dans une semaine (voire beaucoup moins parce que je suis en vacances maintenant 8) ).

Message par Ann O'Neemm » 19 Mai 2014, 22:41

Re: Hors du temps

Salut,

Comme l'ont déjà dit toon et Thor94, l'histoire devient un peu compliqué à suivre. Cependant, je suis d'avis que si ça l'avait été moins, l'histoire aurait été beaucoup moins intéressante. En plus, c'est bien écrit donc agréable à lire. Alors, moi, ça me va parfaitement.

toon a écrit:O.K. je suis sur: fissure de l'espace-temps...
Perso, je pencherais plutôt pour une/plusieurs bourde(s) de "voyageur(s) du temps" que Loup et Céleste sont censées corriger mais qu'ils n'y parviennent (pas pour le moment).

Enfin, on verra bien ce qui se passe dans la suite que j'attends avec impatience.

Message par XANA's heir » 19 Mai 2014, 18:51

Re: Hors du temps

ouais mais comme je l'ai (sûrement ?_?) dit avant, c'était (peut-être ?_?) le dernier chapitre avec des trucs non-sens, après ce sera toujours (un peu ?_?) wtf mais compréhensible :sm6:

Message par toon » 19 Mai 2014, 09:21

Re: Hors du temps

O.K. je suis sur: fissure de l'espace-temps....Je sais, je suis pénible mais là j'en suis sur... :P

L'histoire est pleine d'intrigue, ça vaut le coup. Pas de faute d'orthographe(d'un coté, je remarque pas trop)...mais faut avouer que ces problèmes spatio-temporelle rende l'intrigue un peu compliqué et pratiquement...comment dire sans être vulgaire? What the....!? :?:
franchement j'ai qu'une envie: la suite...

Message par XANA's heir » 18 Mai 2014, 22:53

Re: Hors du temps

Pas grand chose dans le sens "le texte est pas clair" :scratch: ou pas grand chose dans le sens "je ne sais pas ce qui va se passer" :?: parce que dans le premier cas faudrait que je corrige, et dans le deuxième je peux pas faire plus :?

Message par Thor94 » 18 Mai 2014, 16:12

Re: Hors du temps

Je comprend pas grand chose c'est la bordel.
Loup serait un projet génétique?

Message par XANA's heir » 17 Mai 2014, 15:46

Re: Hors du temps

Bon, cette fois j'ai mis deux semaines parce que c'est plus les vac'. Les passages en anglais (très courts) sont en italique - pourquoi parle-t-il anglais ? parce que c'est comique, voyons ! Enfin... dans ce chapitre, il y a les dernières "bizarreries" un peu dures à comprendre à la première lecture (j'allais pas en mettre tout le long de la fic', non plus !).



Chapitre 5 : Limite floue

À l'écran s'affichait la silhouette de Loup.
-Jérémie... t'es sûr que ton truc marche ?, s'enquit William.
Il ne répondit pas, Aelita s'en chargea pour lui avec un regard réprobateur qui voulait clairement dire "comment veux-tu qu'il se soit trompé ?!".
-Tu peux nous expliquer ce qu'il y a de si choquant dans le fait de voir Loup, demanda Odd qui, comme les autres, n'était pas au courant.
-En simple, je suppose ?, soupira Jérémie en reprenant contenance.
-Ouais.
-... Loup n'est pas humain, révéla-t-il.
-Quoi ?!?, s'écrièrent-ils tous.
-Selon ces analyses, il devrait être mort depuis belle lurette.
-Personnellement, je le trouve énergique pour un revenant...
-Odd, on n'est pas dans "Horreur aux urgences" !
-Mais... qui c'est, alors ?, s'inquiéta Yumi. Une créature de XANA ?
-Impossible ! Ça fait six mois que je ratisse le réseau en permanence sans trouver trace de la moindre anomalie ! En plus, lorsqu'on l'a détruit, il n'avait même pas récupéré toute sa puissance...
-Un robot ?, tenta Odd.
-Un robot doté d'un code génétique, ça s'appelle un être vivant, se désespéra Aelita. Tu suis, parfois, en SVT ?
-À mes heures perdues...
-En même temps, c'est soit l'une des deux propositions, soit je me suis trompé et on est bien dans "Horreur aux urgences", trancha Ulrich.
-Bon. On mettra ça au clair quand on l'aura en face de nous.
-Et le retour vers le passé ? On était là pour ça, au départ.
-J'ai rien trouvé, se désola Jérémie. Le dernier retour enregistré dans le Supercalculateur date d'il y a cinq mois, c'est tout.
-Donc, ça vient forcément d'un autre Supercalculateur.
-On peut peut-être réduire les recherches aux anciens collègues de mon père..., proposa Aelita.
-Pourquoi ça ?
-Ben, si on garde des souvenirs après ce retour, ça peut vouloir dire qu'il est configuré de la même façon que sur ce Supercalculateur-là.
-T'as pas tort. Mais ça ne nous avance pas à grand chose non plus, sachant que la seule personne qui semblait connaître ton père et avait un Supercalculateur similaire au nôtre, c'est Tyron. Et lui non plus n'a pas laissé la moindre trace sur le réseau.
-Donc finalement, on a aucun moyen de résoudre ce mystère, conclut William.
-Non... concentrons-nous sur ceux qu'on peut élucider d'abord. Loup doit être à l'hôpital en ce moment.
-On a le temps ?
-Ouais, il est que cinq heures.
Ils remontèrent donc dans le monte-charge et sortirent de l'usine. À ce moment, ils furent tous aveuglés par le soleil, un peu trop pour plusieurs. Ils rouvrirent les yeux devant le collège.
-Hein... que ?!, s'affola Jérémie.
-C'était encore un retour vers le passé ?
-Ben... non. Il est toujours cinq heures..., vérifia William.
-C'est trop gros pour être une hallucination, là.
-Ma résistance aux phénomènes paranormaux s'était renforcé avec XANA, mais là, je veux même plus chercher à comprendre, abandonna Odd.
Jérémie réfléchit quelques instants.
-Bon, encore une anomalie sur la liste.
-Une de plus, une de moins, au point où on en est...
-On change rien, allons déjà voir à l'hôpital. Au moins, on aura gagné du temps.

.:.


Ils arrivèrent à l'hôpital, et demandèrent à l'accueil la chambre de leur amie. Mais apparemment, elle n'était pas dans l'hôpital. Ils cherchèrent un moment mais ne trouvèrent pas Loup. William remarqua alors une des horloges.
-Euh..., pourquoi cette horloge indique huit heures ?
-Elle est cassée, c'est tout.
-Mais... mon portable affiche pareil, affirma Odd.
-Moi aussi, ajouta Yumi.
-Je sens que ça va vite m'énerver, ces c*nneries !
-Calme-toi, Jérémie...
-Que je me calme ?! L'heure et l'endroit où on se trouvent changent toutes les cinq minutes, et vous voulez que je me calme ?, s'empourpra-t-il.
-On ne crie pas !, leur reprocha une infirmière.
Jérémie se retourna pour lui dire le fond de sa pensée, mais il ne vit que le mur du labo. Il retira ses lunettes et les nettoya avant de les remettre et de cligner des yeux de surprise. Il se retourna à nouveau. Aelita et Yumi étaient avec lui, mais l'infirmière, l'hôpital, Ulrich, Odd et William avaient disparu. Il ne prit même pas la peine de s'énerver, cette fois, et soupira juste.
-Qu'est-ce qui|
-J'en sais rien, coupa Jérémie.
-Où sont les|
-J'en sais rien !, s'exaspéra-t-il.
-Jérémie !
Il s'assit au poste de commande sans répliquer et commença à taper frénétiquement sur son clavier.
-Qu'est-ce que tu fais ?
-J'en ai marre de tous ces problèmes louches, je vais passer le réseau au peigne fin jusqu'à ce que je repère le signal d'un Supercalculateur !
-Mais tu ne sais même pas quel signal chercher ! Un Supercalculateur qui peut nous faire changer d'endroit et nous séparer des autres ne sera forcément pas de la même conception que celui-là, le raisonna Aelita.
Il soupira une nouvelle fois.
-Déjà, on a retrouvé la bonne heure, il est cinq heures deux, tenta de rassurer Yumi.
-OK. Qu'est-ce qu'on fait, du coup ?
-Moi, je vais rester ici pour chercher ce qui cloche. Aelita, prend mon ordinateur et va montrer la modélisation à Loup pour tirer ça au clair. Yumi, va trouver les autres.
-Et pourquoi on ferait comme ça ?
-Si t'es pas contente, t'avais qu'à être là au lieu de nous lâcher, Yumi !
-Jérémie !, protesta Aelita.
-Ben quoi ? C'est la vérité, nan ?
Elle ne trouva rien à redire, et regarda juste Yumi en s'excusant tout bas de son comportement. Yumi esquissa un sourire à l'attention d'Aelita puis partit.
-... Désolé, Aelita, lâcha Jérémie après un long silence. Je sais que j'aurais pas dû m'énerver comme ça.
-Tu aurais pu garder ça pour toi, reprocha-t-elle. Ce n'est pas à moi que tu dois des excuses, en plus, Yumi s'en veut déjà beaucoup depuis qu'elle est revenue vers nous, alors évite d'enfoncer le clou.
Elle prit l'ordinateur et quitta la pièce, laissant seul un Jérémie penaud.

Pendant un moment, William, Odd et Ulrich, qui étaient étalés par terre, cherchèrent sans bouger un sens à ce qui venait de se passer. Ulrich s'était payé un objet non-identifié, William avait trébuché sur... quelque chose et Odd sur lui. En ouvrant les yeux, ils découvrirent que les objets en question étaient des branches et qu'ils n'étaient pas couché dans le couloir de l'hôpital, mais dans le parc. Odd brisa le silence.
-Euh...
Pas très pertinemment.
-T'avais raison, Odd. Vaut mieux pas chercher à comprendre, se résigna Ulrich.
-Bon, résumons, il est huit heures du mat', on|
-Objection. On est repassé à cinq heures, rectifia William.
Odd se frappa le front.
-Bon, on va pas poireauter longtemps ici. S'il est à nouveau cinq heures, Loup doit être à l'hôpital, donc allons le chercher avant que ça dérape complètement.
-On devrait retrouver les autres d'abord. C'est pas parce qu'on verra Loup que ces bizarreries s'arrêteront.
-Si t'es pas content, t'as qu'à partir tout seul, William, fit Ulrich en insistant bien sur l'avant-dernier mot. Ça nous fera des vacances.
-Tu crois vraiment que c'est le moment de se disputer, là ?
-Qu'est-ce que tu vas faire ? Me frapper ? C'est vrai que t'as l'habi|
-Suffit !, s'exclama Odd avec un sérieux qui ne lui seyait pas du tout. William a raison.
-Tu prends sa défense, maintenant ?
Odd saisit Ulrich par le bras et le tira en faisant signe à William de le suivre.
-Un de ces jours, faudra qu'on parle, tous les trois, mais là, c'est pas le plus urgent !
Son ton autoritaire mit fin à la discussion et ils se dirigèrent vers l'usine.

.:.


-Allo ?
-Qui c'est ?
-Loup.
-Ah, content de t'entendre, ça fait longtemps qu'on a pas eu de tes nouvelles !
-Je suis pas là pour parler chiffons, on a un problème.
-C'est bizarre, mais cette phrase est très récurrente avec toi et Céleste.
-Plus tard, les reproches. Céleste a|
-Je m'en suis rendu compte. Nan mais vous êtes pas bien ?!
-J'ai dit "plus tard", grimaça Loup en écartant son oreille du téléphone. C'est pas le plus grave. Céleste est évanouie et mon pendentif est déchargé.
-Mon petit doigt me dit que ça non plus, c'était pas le plus grave.
-... Elle n'a plus le sien depuis le retour. Et je sais pas où elle est depuis le retour qu'il vient d'y avoir.
-Je me disais aussi... c'est bizarre de se téléporter et de traverser le temps aléatoirement.
-Je ne vois pas qui aurait pu lui voler à part...
-N'en dit pas plus. Je vais essayer de t'envoyer des renforts, arrange-toi pour limiter les dégâts.
-Je pense savoir où ils sont. Je te recontacte dès que j'ai du nouveau, termina Loup.
-Mais... reste prudent, recommanda son interlocuteur.
Mais Loup avait déjà raccroché.

-Yumi ?
-Oh, vous êtes là ! Vous allez bien ?
-... Attend voir. Deux bras, deux jambes, et la têt|
-Tu l'as déjà faite, celle-là, Odd, soupira Ulrich.
-Où sont Jérémie et Aelita ?
-Aelita est allée chercher Loup et Céleste et Jérémie... est au labo.
-Qu'est-ce qu'on fait du coup ?
-Il vaudrait mieux qu'on évite de se séparer encore, allons retrouver Jérémie.
-Euh... sans façon. Je vais aller aider Aelita, refusa Yumi en s'éclipsant.
-Qu'est-ce qu'elle a ?, s'étonna Ulrich.
Odd ouvrit la bouche mais n'eut pas le temps de formuler sa pensée.
-Si t'as quelque chose à dire, c'est le moment de te taire, Odd, devança Ulrich. Bon, vous venez ?

.:.


-Hello, Jack ! Du nouveau ?
-On a quelques problèmes.
-On a toujours des problèmes, le real problème, c'est de savoir combien on en a.
Le dénommé Jack soupira. Ça n'allait pas être facile.
-Bon. Loup|
-Which one ?
-D'après toi ? Comment voudrais-tu que je sache où est l'autre ?
Son vis-à-vis ne répondit pas et attendit la suite.
-Loup n'a plus d'énergie, le pendentif de Céleste a été volé et je ne la localise plus.
-Well. Tu t'es mis dans de beaux draps, Jack.
-Et je crois que Loup va se jeter dans la gueule du loup...
-Il y a lot of wolves dans ton problème. Et on a personne, il va devoir se débrouiller seul.
Une lumière jaillit subitement du centre de la salle. Deux silhouettes se redressèrent sous les yeux des deux hommes.
-On balance, j'ai du renfort. Un problème en moins.
-Ou en plus, marmonna Jack en s'approchant des deux personnes en mauvaise état, puis, plus haut : Loup, Céleste, ça va ?
-Plus ou moins, répondit la jeune fille.
-Alors ?!, s'empressa l'autre scientifique. Informations ?
-Ouais, jette un oeil à ça, Shaw, dit le garçon en tendant un petit appareil que Shaw alluma.
-Oh... c'est..., balbutia-t-il.
-Incredible, isn't it ?, se moqua le garçon que Jack avait appelé Loup en imitant l'accent anglais de l'informaticien.
-Tu m'ôtes les mots de la bouche, Loup.

Loup atteignit la grande demeure abandonnée. Il observa son pendentif qu'une vague de lumière traversa et reporta son regard sur l'Ermitage. Il poussa le portail le plus lentement possible et pénétra dans la maison. Il se plaqua contre le mur dès qu'il perçut des voix à l'étage. S'approchant prudemment, il parvint à comprendre la conversation.
-Qu'est-ce qu'on va en faire ?, demanda la première voix.
-Il est très instable, remarqua l'autre.
C'étaient deux hommes, à en juger par le timbre. Restait à savoir qui ils étaient. Il se pencha pour guetter la pièce, mais le mur lui cachait les deux individus.
-On pourrait s'en servir pour repartir.
-Tu vas bien ?! Ce truc a déclenché un retour de plus de neuf heures, et tu voudrais l'utiliser ?!
Donc, ils parlaient bien du pendentif de Céleste.
-Alors, on pourrait les menacer avec ?
-... Pas mal. Mais il faut déjà une source pour le contrôler.
-Eh bien, on n'a plus qu'à|
Ils furent coupés par le bruit de la porte qui s'ouvrait. Loup reconnut Aelita. "Elle a dû me voir dans le parc." songea Loup en redescendant lentement les escaliers.
Il capta quelques bribes de conversations, puis la fenêtre qui s'ouvrit. Affolé, il dévala les marches qui restaient et passa en trombe devant Aelita qui n'eut même pas le temps de l'interpeller. Il déboula dans le jardin et ne vit personne, trop étonné pour entendre se fermer la porte qui menait vers les égouts. "Une source ? Il y a une source dans les environs ? Où veulent-ils en trouver une ?" Mais il eut beau tourner et retourner le question, il ne savait pas où elle pouvait se situer. Aelita surgit derrière lui.
-Qu'est-ce que tu faisais ici ?, interrogea-t-elle avec une lourde suspicion dans la voix.
-Oh, rien du tout, je... je me suis perdu et... j'ai vu le bâtiment alors..., bégaya-t-il maladroitement.
Aelita jaugea son excuse pendant quelques secondes puis sortit l'ordinateur de son sac.
-Peu importe. Est-ce que tu peux expliquer ça ?!, continua-t-elle en brandissant la modélisation devant ses yeux. Toi qui es si doué pour les excuses bidon.
-Euh... je..., fit-il paralysé.
"Comment a-t-elle su ça ? Comment a-t-elle obtenu les codes ? ... Comment me sortir de là ? Réfléchis... Réfléchis. Réfléchis !" se stimula Loup.
-Jérémie ?!, lâcha-t-il en regardant derrière Aelita.
Celle-ci se retourna par réflexe, et Loup avait déjà passé le portail. Elle se frappa mentalement puis composa le numéro de Jérémie tout en se mettant à courir. Mais, bien que les années de combat contre XANA l'aient entraînée, elle ne parvint pas à rattraper Loup.
-Allo ? Jérémie ?
-Ouais, Aelita ? Où t'es ?
-Vers l'Ermitage, j'ai trouvé Loup, il dit s'être perdu, mais je commence à l'habituer à ses explications foireuses.
-Faut dire qu'en traînant avec Odd..., se moqua Jérémie, attirant une remarque du concerné à l'autre bout du fil.
-Il s'est barré quand je lui ai montré l'analyse.
-OK, on arrive. Avec de la chance, on tombera sur lui.
-À tout de suite, termina Aelita.

.:.


-Vous allez mieux ?, s'enquit Jack.
-Ouais, on est des durs, assura celle qu'il appelait Céleste.
-Parle pour toi !, répliqua son compagnon.
-Alors vous allez pouvoir repartir to take away the problems !, annonça Shaw.
-C'est bizarre, Shaw, mais quand tu parles de problèmes au pluriel, j'ai toujours le sentiment que mon miroir va devenir obsolète.
-Bien deviné.
-Donc, où est-ce qu'on va ?
-Chez ce cher Waldo. Loup a perdu Céleste et son énergie. D'ailleurs, il ne sait même pas qu'il y a une source pas loin de lui.
-Je pensais qu'on pourrait les laisser se débrouiller un peu plus longtemps, ça va leur faire un choc.
-Oui, enfin, pour ça, il faudrait déjà que tu retrouves Céleste, Céleste.
-Oh, je sens venir la migraine, avec tous ces names, se plaignit Shaw.
-OK, envoie-nous là-bas, on avisera.
-Sir, yes sir !, acquiesça l'informaticien. But... si vous pouviez éviter de vous "voir dans le miroir", leur recommanda-t-il en promenant frénétiquement ses doigts sur son clavier.
À nouveau, la salle s'illumina et Loup et Céleste «bis» disparurent sous l'œil anxieux de Jack et Shaw.

Message par Thor94 » 04 Mai 2014, 18:05

Re: Hors du temps

Donc loup et céleste n'ont pas de pouvoir mais une sorte de mini RVLP portable. Ou l'ont ils trouvé? Si tu me sort que 2 gamins ont pu le construire eux meme je te croirais pas.
En tout cas, les 2 sont mal barré, yumi ayant vu loup, elle pourra raconter qui a fait le coup.

Message par XANA's heir » 04 Mai 2014, 14:16

Re: Hors du temps

Chapitre 4 : Déjà-vu

-Si ça ne vous dérange pas, je préférerais rester un peu seule à l'hôpital.
-Tu es sûre ?, insista Ulrich.
-Laisse tomber, vieux. Allez, viens.
-Ne rentre pas trop tard...
-Oui, sourit Yumi.
Il était déjà 18 heures. La journée était passée vite. Son regard se perdit dans la foule qui s'amenuisait peu à peu, au fur et à mesure que l'heure tournait et que les gens partaient. Ne resta finalement que les passages des médecins dans la salle d'attente et les rares appels de patients provenant de l'accueil. Hiroki dormait sur un siège, épuisé par la journée.

-Yumi, l'interpella une voix féminine.
-... Céleste ?, reconnut-elle. Qu'est-ce que tu fais là ?
-Ben... je suis une amie, moi aussi, non ? Je m'inquiète pour toi.
-Merci. C'est sympa de ta part.
-Ça va ?
-Plus ou moins. C'est bizarre, maintenant, ça me fait l'effet d'un rêve, ce qui arrive. J'ai vraiment l'impression que c'est irréaliste.
-Irréaliste, oui..., murmura Céleste pour elle-même.
-Je croyais que c'était terminé, tous ces problèmes, et pourtant..., soupira Yumi.
-Tous ces problèmes ? De quoi tu parles ?
-Oh... je..., bégaya Yumi en se rendant compte qu'elle avait fait une bourde, c'est rien, c'est... du passé.
-Vous dites tous que "c'est du passé", et pourtant Aelita m'a dit que c'est grâce au passé que vous vous entendez si bien, s'intéressa Céleste. Qu'est-ce qui s'est passé à la fin ?
-Désolée... je peux pas t'en parler sans l'accord des autres, Céleste.
-Bon. Comme tu voudras.
-C'est étrange, quand même, ce rapport.
-Le rapport de la police ?
-Oui. Ils n'ont pas retrouvé les voitures.
-Oui, c'est vrai que c'est louche !, s'étonna Céleste... Attend..., où s'est déroulé l'accident ?!
-Sur l'A86, juste au Sud... il doit encore y avoir des équipes, ça ne fait pas si longtemps... Mais, pourquoi tu veux sav|
Son interlocutrice était déjà partie.

-Allo ? Allo ?
-Quoi ? Qui est|
-Loup, j'ai besoin de toi, vers l'A86, il s'est passé un truc louche !
-Louche ?
-Très louche !! Ramène-toi en vitesse ou tu le regretteras !
-OK-OK-pas-de-prob'-j'arrive *clic*.
Céleste soupira un grand coup puis se remit à courir. "Pitié, mon Dieu, faites qu'il apprenne la discrétion en arrivant !"

Jérémie se torturait les méninges depuis plus d'une heure sans succès. Pas de télomères. Aucun organisme normal ne pouvait vivre sans télomères...
William entra.
-Du nouveau ?
-Dans à peu près 15 heures, estima Jérémie.
-Et pour le rapport ? T'as trouvé quelque chose sur les voitures disparues ?
-Rien. C'est un mystère de plus, grogna Jérémie alors que la petite voix aux intonations d'ange revenait dans sa tête. Je crois que j'ai manqué un truc.
-Et ?
-Je veux dire... j'ai l'impression qu'il y a un lien entre tout ça.
-Encore ta paranoïa, Einstein, le prévint William. Aelita a fini par te convaincre.
-Ben, pour la calmer, tu voudrais pas me trouver autre chose sur l'ordi de Loup ?
-Pourquoi moi ?!
-Parce que tu es le seul colocataire de Loup disponible... Ah, non, le seul tout court, en fait, fit semblant d'oublier Jérémie.
-C'est bon, j'y vais...

.:.


William inséra une nouvelle fois sa clé dans l'ordinateur de Loup. Jérémie lui avait prêté un logiciel de craquage qui marchait à merveille. Il ne mit pas plus de cinq secondes à trouver le mot de passe. Il ouvrit ensuite les documents et s'étira un grand coup avant de se lancer : il allait devoir ouvrir tous les fichiers en moins d'une heure, et Loup semblait avoir la même fâcheuse habitude que Jérémie... Conserver tous ses fichiers, même obsolètes. William hésita un moment, puis fit craquer ses doigts « comme dans les films » pour reprendre contenance avant de se mettre au travail.

.:.


Elle atteignit épuisée le lieu de l'accident et se cacha pour éviter d'être repérée. Comme l'avait prévu Yumi, des équipes étaient encore là. Céleste constata qu'un périmètre de sécurité avait été établi autour de... de rien, en fait.
Bon. La voiture était-elle encore là ? "Pour ça, pas le choix...", se dit-elle en fermant les yeux. Elle se concentra du mieux qu'elle put mais sans succès et s'écroula par terre à cause de son effort inutile. Rien à faire. Loup était meilleur qu'elle pour ça. "Pfff... Tout ça à cause de la Br|"
Elle interrompit ses pensées en le voyant arriver et constatant que sa prière n'avait pas été exaucée. "Je savais que j'aurais dû croire en Dieu. Mais là, vu l'ampleur des dégâts, Il aurait pu réagir un peu. Enfin, c'est Loup, même Lui ne peut rien faire pour lui..."
Loup arriva en courant comme un dératé sans remarquer qu'il se trouvait exactement sur la déviation causée par l'accident. Une voiture lui fonça dessus. Céleste pria une nouvelle fois pour que les policiers ne remarquent pas ce qu'il comptait faire... ni le conducteur, d'ailleurs. Il traversa la voiture et réapparut près d'elle, en amont de la route.
-T'aurais pu faire attention, chuchota-t-elle sur un ton de réprimande.
-J'ai fait aussi vite que j'ai pu.
-"Vite" n'est pas antonyme de "discret", répliqua-t-elle exaspérée.
-Bon, où on en est ?... Attend, ne dis rien ! T'as pas réussi, c'est ça ?
-Arrête tes sarcasmes et dépêche !
-Oh, si on peut même plus rigoler...
Loup plissa le front et ferma les yeux. Son pendentif si mit à luir. Au bout de quelques secondes, il les rouvrit lumineux et scruta la zone.
-Alors ?, s'enquit Céleste.
-Apparemment, ce n'était qu'un accident : elles sont toujours là.
-Qu'est-ce qu'on fait ?
-Je sais pas. Je vois pas vraiment ce que ça peut faire...
-Ce que ça peut faire, moi non plus, mais ce que ça veut dire, c'est très clair, affirma-t-elle.
-S'ils sont là, on va devoir se dépêcher.
-Je te le fais pas dire... Bon, on peut déjà gagner du temps, je vais m'arranger pour faire disparaître tout ça.
-Mais ...?! Ça date d'il y a plus de 10 heures ! Tu vas|
-On n'a pas le choix. De toute façon, plus on attend, plus ce sera dur...
Elle réfléchit un moment puis tendit la main.
-Ton pendentif, demanda-t-elle finalement. J'en aurais besoin. Occupe-toi de Yumi.
-Il est déjà déchargé.
-Si tu ne t'étais pas jeté sur la route, aussi..., rappela-t-elle.
-'Toute façon, j'en aurais besoin pour Yumi, même s'il ne reste presque plus d'énergie.
Sans commentaire, Céleste se leva. Loup lui lança un regard entendu puis se remit à courir en direction de l'hôpital.

.:.


-Yumi ? Ça va ?
-Oh, Loup. Oui, oui, plus ou moins.
-Céleste m'a raconté pour l'accident. C'est vraiment bizarre, non ?
-Ouais...
-Comment ça s'est passé ?
Il s'imagina Céleste lui hurler "tact" dans les oreilles comme vingt fois par jour.
-Ben, j'étais pas là... Il n'y avait personne, donc pas de témoin non plus, et d'après l'autre conducteur, sobre, la voiture est apparue devant lui soudainement, narra Yumi.
-Mais... ça ne tient pas debout ?!
-Je sais, mais bon... pas de témoin, pas de témoignage..., se lamenta-t-elle.
Loup se tut un instant. "Faites que ça marche !"
-Tu sais, il n'y a peut-être même pas eu d'"accident".
-Hein ?
-Ben... moi je trouve ça bizarre.
-Pardon ?
"Allez, invente une histoire !" se commanda Loup pour stimuler son cerveau."Mon pendentif est à sec cette fois, alors va falloir m'améliorer."
-Peut-être que c'est un complot visant tes parents.
-Mais qu'est-ce que tu me racontes, là ?, s'étonna Yumi.
"Bon. C'est pas gagné." se découragea Loup. La sonnerie de son téléphone retentit.
-Allo ? Céleste ?
-C'est bon ?
-Je vais faire de mieux que je peux...
-C'est-à-dire moins bien que moi, rappela-t-elle.
-Haaa... T'occupe. Je vais me débrouiller. Dépêche-toi plutôt, j'ai pas envie de me retrouver seul pour la suite.
Elle raccrocha sans répondre. Loup se rassit doucement et attendit, inquiet. Ses cheveux voletèrent. "Bon. J'ai plus le temps pour les demi-mesures foireuses." se convainquit-il.
-Yumi ?
-Quoi ?
Il se concentra et le collier émit une faible lumière. Il inspira un grand coup.
-C'est un rêve, dit-il en insistant sur chaque syllabe.
-Hein ?
La lumière augmenta en intensité.
-Il n'y a pas eu d'accident, appuya-t-il très lentement.
Yumi ne répondit pas, et il se rassit avec soulagement et inquiétude à la fois. Quelques instants plus tard, sa veste flotta et la lumière s'intensifia dans la salle d'attente. Loup reçut un message à ce moment : "Dans ma chambre." Il se crispa soudainement. La lumière devint alors aveuglante et empli la salle.

.:.


Loup entrouvrit les yeux mais fut ébloui par l'afflu de lumière. Peu à peu, il s'habitua à la clarté ambiante et se rendit compte qu'il était sur son lit. Il mit dix secondes à se rappeler les évènements, puis sauta littéralement de son lit et se jeta hors de la chambre. Il dévala les escaliers quatre à quatre et déboula dans la chambre d'Aelita et Céleste. La réalité le frappa de plein fouet : il était à l'étage des filles, commetant une effraction doublée d'une scène très embarrassante, d'autant plus qu'il était en pyjama. Il détala encore plus vite qu'il était arrivé pour aller s'habiller et se doucher en se disant qu'Aelita saurait gérer ça toute seule... pour l'instant. Il fit donc tout son possible pour rester calme et descendit déjeuner avec William qui, heureusement, n'avait pas remarqué son manège.
Il jeta ensuite un oeil à son collier, devenu presque noir. "Sans énergie ni Céleste, je ne vois pas comment je me débrouillerais si je dois intervenir..." s'inquiéta-t-il.

.:.


-Salut !
Mais Loup fut le seul à les saluer. Et personne ne lui répondit.
-Ben, qu'est-ce qui se passe ?
Pas de réaction. Soudain, Aelita débarqua dans le self affolée.
-Les gars... Céleste est évanouie.
-Hein ?
-J'arrive pas à la réveiller, elle respire presque plus !
-... Bon, on va d'abord régler ça, proposa Jérémie.
-OK.

Après avoir essayé sans succès de réveiller Céleste, ils la transportèrent à l'infirmerie. Mais Yolande s'avéra incapable de la tirer de son coma et appela l'hôpital. Loup, inquiet au plus haut point, décida de l'accompagner. Les autres restèrent dans la cour.
-Bon, maintenant que Loup est parti..., qui a déclenché le retour vers le passé ?, aborda Jérémie.
-C'est pas toi ?
-Non.
Jérémie ouvrit son ordinateur et tenta plusieurs fois de détecter une activité du Supercalculateur.
-C'est... c'est du délire puissance dix !!
-Quoi, Jérémie ?
-Le dernier retour vers le passé date d'il y a cinq mois !
-Attend... Mais, c'était quand Sissi avait tout découvert, ça ?
-Oui... mais du coup, c'était quoi, ça ? Vous avez tous vu la lumière, je ne suis pas fou ?!
-Oui, Jérémie, on sait tous que... Oh mince !, s'exclama Ulrich. Les parents de Yumi !
Ils décidèrent de remettre cette énigme à plus tard et appelèrent Yumi.
-Allo ?! Yumi ?
-Jérémie ? Qu'est-ce qui s'est passé ? Pourquoi est-ce|
-Tes parents vont bien ?, intervint Ulrich à l'autre bout du fil.
-Oui. C'est vous qui avez...
-Non, justement ! On n'y avait même pas pensé.
-Mais...
-Yumi, le Supercalculateur n'a lancé aucun retour vers le passé depuis la dernière fois, affirma Jérémie.
-Vous croyez que c'est Tyron ? Ou quelqu'un d'autre ?
-On a détruit le Supercalculateur de Tyron... et quelqu'un d'autre, ça je ne sais pas, mais qui d'autre aurait découvert le retour vers le passé ?
-... Je vous rejoins, on élucidera ça plus tard.
-OK, mais rejoins-nous à l'usine *clic*.
-Pourquoi l'usine ?, s'étonna Odd.
-J'ai un truc à vérifier, éluda Jérémie en regardant William.
Ils se dirigèrent donc vers le parc. En marchant, Ulrich sentit des courants d'air passer près de lui. Il se tourna pour scruter la forêt mais ne vit rien, à part Odd qui s'agitait lui aussi. Soudain, il trébucha et tomba au sol.
-Ulrich, qu'est-ce que tu fais ?! Le chemin est là !
Il ouvrit de grands yeux. Il venait de trébucher sur une racine alors qu'il s'était éloigné du groupe qu'il croyait suivre. Il revint vers la bande sous les moqueries d'Odd, qui avançait que ce n'était pas lui le plus mal réveillé, finalement. Sans réagir, il enfonça ses mains dans ses poches et continua d'avancer quand Jérémie se baissa inexpliquablement pour ramasser une pierre plate par terre. Aelita le rappela à l'ordre alors qu'Odd se marrait toujours plus.
"Mais...? C'est bien la plaque d'égoûts, pourtant, non ?" songea-t-il. Il cligna des yeux et les rouvrit sur un galet au milieu du chemin.
-Mon pauvre Jérémie, je t'avais bien dit que les nuits sur ton ordi, c'était pas bon pour les neurones !, se moqua Odd.
Il se releva en se grattant la tête pensif, puis reprit la marche. Quelques secondes plus tard, Odd, toujours les larmes aux yeux, se paya une branche bien visible et s'étala par terre.
-Tu veux mes lunettes, Odd le Magnifique ?, se vengea Jérémie.
Odd afficha une tête d'ahuri qui fit pouffer tous les autres.
-Qu'est-ce qui vous arrive, aujourd'hui, les gars ?
Les concernés se regardèrent sans comprendre ce qui se passait. Soudain, Aelita tomba en criant.
-Aelita, ça va ?!, s'inquiéta Jérémie.
-Oui, c'est...
Elle se rendit compte qu'elle était tombée dans le passage vers l'usine, alors que William venait d'ouvrir la plaque.
Après l'incident, l'avalanche de commentaires d'Odd et la cascade de répliques d'Ulrich et Aelita, ils parvinrent sans plus de désagrément – à part William qui essaya de faire du skate avec une branche morte trouvée près de sa planche – à l'usine, où Yumi les attendait depuis un moment.
Ils descendirent et Jérémie alluma le moniteur central. Il perdit l'équilibre en voyant le résultat de la modélisation.



Encore assez court, mais il faut préserver le suspens après tout :sm6:

Message par XANA's heir » 30 Avr 2014, 02:34

Re: Hors du temps

Ben... pour le mystère, tu y es presque Ann O'Neemm :sm6: , et pour les couples... ben j'y avais pas pensé mais au vu de ce que j'ai prévu pour la suite, ça m'étonnerait que les couples que tu as mentionné apparaissent :scratch:

Et désolé pour les descriptions des effets secondaires de substances illicites anomalies mais c'est dur de décrire de façon compréhensible une situation censée n'avoir aucun sens :?

Message par Ann O'Neemm » 30 Avr 2014, 00:59

Re: Hors du temps

Hmmm... C'est bien mystérieux, tout ça.

Le passage avec William dans sa chambre est tellement rapide (dans le sens où l'action se déroule très vite) que j'ai dû le relire plusieurs fois pour bien le comprendre.

Céleste et Loup sont de plus en plus louches. J'aimerais bien savoir ce qu'ils cachent. M'avancerais-je un peu trop en disant qu'au moins l"un des deux a la capacité de manipuler l'espace à sa guise et que l'autre, au vu du titre de la fic, est capable de manipuler le temps ? Enfin, ça n'est qu'une supposition.

Et pour épaissir le mystère, les parents de Yumi qui ont accident de voiture sur l'autoroute, et dont les véhicules impliqués disparaissent... :scratch: Bizarre, tout ça.

Et pendant que j'y suis, Ulrich qui fait "chanter" Odd en le menaçant de dévoiler le genre de filles avec lequel le maigrichon a envie de sortir en ce moment + le fait que tu as dis qu'il n'y aurait pas de "célib' à terre" dans cette fic me font me demander si William ne va pas finir avec Céleste et Odd avec Loup... Après tout, le yaoi est très en vogue en ce moment! :lol:

Bref, j'attends de voir la suite pour voir comment ça va évoluer, et surtout découvrir ce que cachent les deux nouveaux venus.

Haut

Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by STSoftware.
Traduction par phpBB-fr.com