Je ne t'attends plus

Imaginez vous-même l'évolution des relations entre les personnages ! Amour ? Amitié ? À vous de décider !

Comment avez-vous trouvé ma précédente fic? (Protocole Carthage)

Le sondage s’est terminé le 09 Aoû 2008, 19:41

Géniale!!! T'es un dieu, mec!!!
12
67%
Bien.
5
28%
Boff! Y a mieux! Mais y pire aussi...
0
Aucun vote
Pas terrible...
1
6%
C'est quoi cette merde???
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 18
Avatar de l’utilisateur

Lyokophile à vie

Messages: 242

Inscription: 02 Déc 2007, 12:58

Localisation: Rentré "au pays"

Message 30 Nov 2008, 20:33

Coucou! Me revoilà avec une suite un peu plus courte que celle d'hier.
J'espère de tout cœur qu'elle vous plaira autant que la précédente.

Ulrich je te kiff a écrit:C'est......... Sissi??

:shock: Odd sous le charme de Sissi??? T'as fumé quoi, toi?? Non, franchement, faut pas déconner, là!

Pour ceux qui n'ont pas deviné, il s'agit de la seule et unique fille dont notre cher maigrichon a dit qu'elle était géniale! (et peut-être même qu'elle n'était pas comme les autres, mais ça, j'en suis moins sûr...).
C'est plus clair, là? Non? Bon, ben dans ce cas, je me dois de vous le dire, c'est [spoil]écris dans la suite!![/spoil]!!!

Bonne lecture!

-------------------


« Bonjour, Odd. Ça faisait longtemps!
- Salut, Sam! »

Il était toujours autant sous le charme de la belle métisse. À tel point qu'il ne savait plus trop quoi lui répondre. Il était tout fébrile rien qu'à l'idée qu'elle se tenait juste en face de lui. Son cœur battait la chamade. Il ressentait une impression étrange, comme un mélange de joie de la retrouver, même de façon aussi impromptue, d'intimidation et d'admiration, car Sam lui avait toujours fait cet effet quand ils étaient tous les deux ensemble. Et Lénaïg dans tout ça? Il n'en avait plus que faire. Le seul véritable amour de sa vie était là devant lui et, cette fois, il n'était pas décidé à la laisser s'en aller comme ça. De son coté, Sam était exactement dans le même état. Ulrich et Lénaïg, tous les deux stupéfaits par leur découverte, se mirent un peu à l'écart des deux amoureux transis.

« Dis donc! Depuis quand tu connais Sam, toi? » demanda Ulrich, encore abasourdi.
- « Ben c'est plutôt à vous deux que je devrais poser la question!
- Odd et moi, on la connait depuis le collège. Ça devait être en quatrième ou en troisième, je ne me rappelle plus trop bien. Elle était dans un autre collège que nous mais Odd a quand même réussi à sortir avec elle. Jusqu'à ce qu'elle déménage pour partir dans le Sud. Et toi, comment tu l'as connue?
- Ben moi, faut croire que c'était juste après vous, quand j'étais en internat à côté de Marseille.
- Ha, oui! Je me rappelle! C'était en plein dans ta période "True Rebelz de la mort qui tue"!!!
- Mouais bon... Mais toi, c'était combien de temps avant ta période "Ouin! Je suis désespéré! L'amour de ma vie, le seul, l'unique, vient de me plaquer pour un super blaireau qui a tout de moins que moi!"
- Heu... Sans vouloir te vexer, je crois que t'es sorti avec très récemment le super blaireau en question...
- Quoi?! Tu veux dire que c'était...
- Ton "Willou chéri d'amour"!
- Nan! Tu déconnes, là!
- Pas le moins du monde!
- Alors ça! Je ne lui pardonnerais jamais!
- Heu... On t'a jamais dit que t'étais un peu bizarre dans ton genre, toi??
- Comment ça?
- Ça s'est passé avant que tu le connaisse, tu sais?
- M'en fout! Faut pas faire chier les membres de ma famille! C'est tout! La prochaine fois que je le vois, ça va barder! Et il va s'en souvenir longtemps!
- Je peux t'aider pour ça, si tu veux!!
- Si tu compte faire comme ce matin, il ne vaux mieux pas! Je préfère largement ma méthode à la tienne! Certes, c'est moins expéditif mais on s'en souvient très longtemps!
- Comme tu veux! Mais si t'as besoin d'aide, n'hésite pas! »

Puis le beau brun et sa cousine se retournèrent vers Odd et Sam. Sur le coup, ils furent surpris par la tournure que les événements avaient pris entre eux alors qu'ils ne les avaient laissés tous les deux que quelques instants.

« Miam miam! De la soupe de langues! » lança Lénaïg sur un ton moqueur.
- « Dis, Odd! Tu pourrais quand même laisser Sam respirer un peu!! » renchérit Ulrich, toujours aussi épaté par la rapidité de son ami dans ce domaine.
- « Faudrait peut-être penser à arrêter sinon vous n'aurez plus faim ce midi!! »

Mais les deux tourtereaux ne l'entendaient pas de cette oreille et, entre deux tours de langues, Odd fit un signe aux deux autres afin qu'ils se taisent, sans pour autant cesser d'embrasser sa dulcinée. Le genre de signes qu'on fait quand on fait quand on est enfant et qui signifie "ferme donc ta boite à camembert!". (Hou là!! Où ai-je donc été chercher ce vieux relent de puérilité, moi???). Cela eut pour effet de faire éclater de rire Lénaïg et son cousin. Puis Sam et Odd se décollèrent l'un de l'autre. Puis Odd posa son front contre celui de Sam. Ils se regardaient amoureusement dans les yeux avec un petit sourire aux lèvres car la situation les avaient eux aussi quelque peu amusés.

« Bon alors? On se la visite, cette tour Eiffel, oui ou non? » questionna Ulrich.
- Plutôt deux fois qu'une! » répondit Odd heureux comme jamais.

Et ce fut ainsi qu'ils se dirigèrent vers l'un des guichets pour prendre leurs tickets d'entrée. Une fois cette formalité accomplie, ils prirent tous les quatre l'ascenseur pour se rendre directement au troisième étage de l'édifice d'acier. Arrivés à destination, ils se laissèrent aller à admirer la vue splendide qui s'offrait à eux. Lénaïg était subjuguée par tous ces monuments qu'elle pouvait apercevoir de plus ou moins loin. Elle n'en avait jamais vu de pareille. L'Arc de Triomphe, le Sacré Cœur, Notre-Dame, l'Obélisque de la Concorde, le Louvre, la Tour Montparnasse, le Panthéon, et tant d'autres dont elle ne soupçonnait même pas l'existence. Odd et Sam étaient comme scotchés l'un à l'autre, regardant dans la même direction. Ulrich les observait tous les deux. Il était heureux pour son ami mais éprouvait aussi une certaine mélancolie. Il ressentait même une espèce de vide à ses côtés, comme s'il s'agissait de l'absence de celle qu'il avait tant aimé auparavant.

Le temps passa quelque peu. Le quatuor poursuivit sa tournée des monuments de Paris par l'Arc de triomphe. Vers midi et demi, ils en ressortirent et entamèrent la descente des Champs Élysées. Ils s'arrêtèrent aux environs du milieu de l'avenue pour rentrer dans un restaurant afin d'y déjeuner. Celui-ce se déroula dans la joie et la bonne humeur. Après une bonne heure à table, au moment de reprendre la visite, Ulrich demanda:

« Bon, alors, on continue avec quoi comme monument, maintenant?
- Et si on se faisait les quais de Seine et ensuite Notre-Dame. Ça serait bien, vu qu'on est dans la bonne direction. Non? » proposa Odd.

Les trois autres acquiescèrent et tous les trois se mirent en route. Odd et Sam étaient toujours aussi inséparables. Lénaïg, elle, avait des étoiles plein les yeux tant elle était émerveillée par la beauté des monuments auprès desquels elle passait à proximité. Les Petit et Grand Palais, les divers ponts, l'Obélisque de la Concorde, le jardin des Tuileries, le Louvre, son Carrousel et sa pyramide de verre. Et, sur l'autre rive, le musée d'Orsay, le palais de l'Assemblée Nationale (Je ne me rappelle plus de son nom...), et par dessus les toits, le sommet de la tour Eiffel et le dôme des Invalides. Vers quinze heures trente, ils arrivèrent enfin au pied de Notre-Dame.

« Ça vous dit de monter jusqu'en haut? » proposa Odd.
- « Y a un ascenseur, au moins? » lui demanda Lénaïg.
- « Ben, non, pas trop! Les ascenseurs, c'était pas trop leur trip, aux bâtisseurs de cathédrales, tu sais!
- Bon ben dans ce cas, ça sera sans moi! » répondit la jeune femme. « C'est pas que je m'ennuie, bien au contraire, mais je crois que j'ai besoin d'une pause parce que je commence à avoir mal aux jambes!
- T'as raison! » poursuivit son cousin. « Ça sera déjà pas mal si on visite le rez-de-chaussée! »

Ils s'y engouffrèrent tous les quatre et en ressortirent une vingtaine de minutes plus tard. Lénaïg avait toujours autant d'étoiles dans les yeux malgré une douleur aux jambes qui devenait de moins en moins supportable. Puis Odd proposa à ses amis de faire une petite pause dans un petit bar de sa connaissance sur une petite place dans le quartier latin tout proche (de l'autre côté de la Seine). Le petit groupe s'y rendit en moins de cinq minutes et Lénaïg put rapidement y soulager sa douleur. Ils s'installèrent en terrasse pour profiter des premiers beaux jours (je ne sais plus si je l'ai mentionné quelque part auparavant, mais ça se passe entre la fin mars et le début mai). Un des serveurs prit leur commande puis revint quelques minutes plus tard pour les servir. La discussion allait bon train dans le petit groupe. Au bout d'un moment, Lénaïg s'éclipsa pour satisfaire à un besoin urgent à l'intérieur du petit bar tandis que les trois autres étaient restés attablés. Et très vite, Odd voulut également sortir de table accompagné de Sam avec comme mauvais prétexte celui d'aller payer immédiatement la note.

« Ça fait à peine quelques heures qu'ils se sont retrouvés qu'ils sont déjà inséparables, ces deux-là! » pensa le beau brun.

Mais au moment ou Odd s'était levé pour partir, Ulrich remarqua que son ami venait de faire un clin d'oeil à quelqu'un qui se trouvait derrière lui. Il se retourna pour voir de qui il s'agissait. Quelle ne fut pas sa surprise quand il vit qui c'était. Elle se tenait là, à quelques mètres derrière lui, immobile. Comme si elle craignait sa réaction. Et lui, il était comme figé, ne sachant pas comment réagir face à elle. Puis il eut comme un éclair de lucidité dans ce vide si profond qui avait pris place dans son esprit. C'était cela que Odd avait manigancé et pour lequel, d'après son ami, il l'aurait remercié plus tard. Elle décida de s'approcher de lui, voyant qu'il ne bougeait plus, ne s'attendant pas à la voir ici.

« Salut, Ulrich. » fit-elle timidement.

À suivre...


Là, normalement, vous devriez vous dire [spoil]"Enfin!! C'est pas trop tôt!!"[/spoil].
Et moi, je vous dis... [spoil]exactement la même chose parce que, honnêtement, moi-même je ne savais pas quand faire que ça arrive!!![/spoil]

En y réfléchissant, cette fic est plutôt dense en événements sur un aussi court laps de temps, vous ne trouvez pas?
MES NOUVELLES FIC : Code Lyoko M.d.R. (Humour, quand tu nous tiens!) et Du cœur à l'ouvrage (Oh! Comme c'est mignon!)

VIENDEZ VOIR MES AUTRES FIC!!! Protocole Carthage (version 2), Je ne t'attends plus (terminée) et Sacré Jimbo! (one shot).

Non, je ne m'appelle pas Ann!!! Appelez-moi Vince. (Hé oui! Je suis un mec!!!)
Avatar de l’utilisateur

Chevaucheur de Mantas

Messages: 1642

Inscription: 03 Nov 2007, 19:00

Localisation: En train de manger des pommes

Message 30 Nov 2008, 21:19

sam... mais bien sur ! pourquoi j'ai pas trouvé ??? :banghead: sinon à la fin c'est yumi of course ! vivement la suite !
ImageImageImageImageImage

Message 01 Déc 2008, 19:49

Ouais j'ai fumé dla moquette, tu savait pas que c'était super :twisted: xD nan blague a part j'aurait du me douter que c'était Sam... mais j'y ai pas penser xD
Bon sinon c'est le palais bourbon le nom ^^ bref super suite comme d'hab' et Odd.... on le changera pas xD
Vivement la suite =)

( C'est Ulrich je te kiff qui ecrit xD j'arrive plus a m'enregistrer T__T )
Avatar de l’utilisateur

Stade de Lyokophilisation

Messages: 145

Inscription: 07 Avr 2008, 17:36

Localisation: chez moi

Message 01 Déc 2008, 23:02

Kikou
Pourquoi n'ai-je pas penser à Sam Franchement enfin le plan de ODD à marcher j'ai hâte pouvoir lire le passage du FACE - FACE de Ulrich et Yumi que tu va nous écrire.
Pourvu que dans la semaine tu puisse nous mettre la suite.
* * { M E R C I de lire mes fanfics } * *
~ mettez des comms, ça me fait plaisir ~

Image

- mes fanfics:
L'amour est-il si compliqué?
Bonheur ou Malheur
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 150

Inscription: 18 Avr 2008, 19:38

Localisation: Made in Marseille

Message 02 Déc 2008, 15:56

Coucou !!! J'étais trop contente quand j'ai vu une suite ici ! ^^
Alors comme ça c'était Sam ?... J'aurais jamais trouvé, mais maintenant ça semble si évident ! ^^"
Odd et cette dernière ont l'air "d'apprécier" cette rencontre non-prévue 8)
Et pis encore UN mot pour définir cette suite... ENFIN !!!!!!!!!!!! C'est pas trop tôt !!! Alors récapitulons : Yumi, Ulrich, Paris, la Tour Eiffel... Je crois qu'il y a tout ce qu'il faut pour leur permettre de passer une bonne soirée !!! :D Allez Ulrich ! Prend donc exemple sur Odd !
Par contre, Yumi doit toujours se sentir super mal. Espérons que le courant passe bien entre ces deux-là !
Donc, très très très belle suite !!! J'attends leur face à face avec beaucoup beaucoup beaucoup d'impatience !!!
Une fic, c'est comme XANA : on bosse dessus comme un malade pour l'achever !

Lyokophile à vie

Messages: 236

Inscription: 10 Nov 2007, 22:31

Localisation: Quelque part dans la France

Message 06 Déc 2008, 14:32

Me revoila de retour :D :D
sa fait 1semaine que j'arrivait pas a me connecter mais c'st bon je suis re l et j'ai re lu ce que t'a ecrit !!
donc :
Ouais j'ai fumé dla moquette, tu savait pas que c'était super xD nan blague a part j'aurait du me douter que c'était Sam... mais j'y ai pas penser xD
Bon sinon c'est le palais bourbon le nom ^^ bref super suite comme d'hab' et Odd.... on le changera pas xD
Vivement la suite =)


Et je rajoute que c'est magnifique ^^
Avatar de l’utilisateur

Lyokophile à vie

Messages: 242

Inscription: 02 Déc 2007, 12:58

Localisation: Rentré "au pays"

Message 11 Déc 2008, 00:39

Oyez, oyez, bonnes gens! Voici la suite!

Avec au menu: de la castagne, de l'humour et tout plein de morceaux de Willou volants dedans! Si si! J'vous jure!! Vous allez vous régaler!!

Je n'en dit pas plus! Bonne lecture! ;)

--------------------------------


« Salut, Ulrich. » fit-elle timidement.

Lui ne savait pas quoi répondre. Il la regardait alors qu'il était pétrifié, incapable de faire le moindre mouvement tant il était surpris de la voir se tenir là. Il ne pouvait non plus ne serait-ce que bredouiller un seul mot. Chaque fois qu'il la voyait, c'était la même chose. Il avait l'esprit totalement vidé de la moindre pensée, du moindre soucis ou tracas, combien même cela lui avait pris la tête avant qu'elle ne se présente devant lui. Cette fois, il se ressaisit assez vite. Il n'avait plus envie de fuir face à elle, se remémorant ce que Odd lui avait dit la veille. Seule sa timidité naturelle le retenait encore sur sa chaise au lieu d'aller vers elle. Il ne savait pas trop quoi faire. Il ressentait un mélange de joie et d'appréhension. Elle n'était plus qu'à deux ou trois mètres de lui quand, brusquement, il sentit des bras se poser sur ses épaules pour lui serrer tendrement le coup. Puis une douce voix féminine se fit entendre dans le creux de son oreille droite. Il se tourna, l'air surpris, vers la demoiselle qui lui avait susurré quelques mots à l'oreille. Il se retourna vers la belle nipponne qui était venue à sa rencontre. Des larmes avaient perlé dans ses beaux yeux couleur onyx. Il les avait remarqué mais à peine eut-il le temps de se défaire de la douce étreinte de sa cousine pour se lever et aller à sa rencontre qu'elle déclara, toute perturbée qu'elle était par cette image de lui avec une autre:

« Je suis désolée, j'aurais pas dû... »

Puis elle fit demi tour avant de s'éloigner en courant. Pour seule réaction, Ulrich, qui se tenait enfin debout, ne prononça que ces quelques mots:

« Non, Yumi! Attends! C'est pas ce que tu crois! »

Il la regarda s'éloigner sans bouger, comme s'il était resté impuissant face à la tournure des événements. Odd, qui surveillait de temps en temps du coin de l'oeil le déroulement de la rencontre, remarqua la présence auprès d'Ulrich de quelqu'un qui n'aurait en aucun cas dû se trouver à cet endroit à cet instant aussi crucial pour ce couple qui ne l'avait jamais vraiment été. Il s'était précipité vers eux afin d'éviter le drame mais en vain. Yumi venait tout juste de tourner les talons lorsqu'il arriva derrière son ami. Il remarqua qu'Ulrich n'allait rien tenter de plus pour la retenir.

« Mais qu'est-ce que t'attends?! Rattrape-la!! Elle n'attend que ça!! Fonce sinon tu vas la perdre pour de bon!! » lui dit-il.

Ulrich ne se fit pas prier. Il prit aussitôt la direction qu'avait empruntée Yumi. Il traversa la place où se trouvait le café en diagonale avant de s'enfoncer dans une petite rue étroite mais très fréquentée. Il ne l'apercevait pas tant le flot des passants était dense. Il bousculait sans ménagement quelques uns d'entre eux mais il n'avait que faire des réactions que son passage suscitait. Il n'avait qu'une seule idée en tête, la retrouver coûte que coûte et tout lui dire. Vraiment tout. Aussi bien le quiproquo de la situation que ce qu'il avait sur le cœur depuis toutes ces années. Ce qu'il ignorait, c'est qu'elle était à peine à une vingtaine de mètres devant lui. Mais il ne pouvait pas l'apercevoir tant la petite rue était bondée de monde. Et elle, dans sa tête, elle était désespérée.

« Je suis vraiment trop conne! » pensait-elle. « J'aurais dû m'en douter! Odd m'avait pourtant prévenu! C'est ça qu'il a voulu dire quand il a dit qu'il ne fallait pas que je m'attende à ce que ça ne reparte pas comme avant! Pourquoi je me suis fait des films aussi idiots?? Mais qu'est-ce que j'avais dans la tête pour oser espérer que ça redémarre entre nous?? Quelle idiote, quelle idiote quelle idiote!! Fallait bien que je m'y attende! »

Elle avait beau les sécher, ses yeux étaient toujours inondés par ces larmes qui ne voulaient cesser de couler et de se déverser le long de ses joues. Dans sa course, elle ferma les yeux à peine quelques fractions de secondes lorsqu'elle heurta quelqu'un. Elle s'accrocha à ses bras afin de ne pas tomber à la renverse.

« Yumi?? C'est toi?? Ça alors!! Ça fait un bail qu'on s'est pas vu! » lui dit l'homme avec lequel elle venait d'entrer en collision.

Yumi le dévisagea et le reconnut aussitôt. Lui aussi était là, dans le même quartier qu'elle et Ulrich. Mais par quel heureux hasard était-il là? (Par celui de l'auteur, évidemment!!!). Après tout elle s'en fichait. Ce dont elle avait besoin dans l'immédiat, c'était de l'épaule de quelqu'un qui avait été un ami il y a bien longtemps. L'homme remarqua l'état dans lequel elle se trouvait.

« Qu'est-ce qui t'arrive? Pourquoi tu pleures, Yumi?
- Ho, si tu savais! » lui dit-elle en posant sa tête contre le torse de l'homme.

Elle continuait à pleurer à chaudes larmes. Elle avait besoin d'évacuer toute sa peine et sa douleur. À quelques mètres de là, à la faveur d'une percée dans la foule des badauds, Ulrich l'aperçut enfin. Mais ce qu'il vit le fit s'arrêter tout net. C'était la scène qu'il avait toujours redouté de voir. Elle dans ses bras à lui! Il n'en fallait pas plus pour qu'il enrager en un quart de tour.

« C'est pas vrai!! Encore toi!! Cette fois, ça va pas se passer comme ça!! » pensa-t-il.

Il avait pris le temps d'analyser les informations que son meilleur ami avait donné au sujet de la femme de sa vie. Et il savait que cette fois elle ne risquait pas de tomber dans les bras de son rival. Il était bien déterminé à ce que cela ne se passe pas, une fois de plus, comme s'il n'avait rien tenté pour que cela marche entre eux deux.

« Ulrich! Ulrich!! » entendit-il derrière lui.

Il se retourna et vit sa cousine toute essoufflée arriver à sa hauteur.

« Excuse-moi, Ulrich! Je ne savais pas que c'était elle! Je vraiment désolée! Odd ne m'avais pas mise au courant! Si j'avais su, je n'aurai rien fait » lui dit-elle.

Il se retourna pour jeter un coup d'oeil en direction de celle qu'il avait attendu toutes ces années. Il était dans un état de rage tel qu'il commença à enlever sa veste.

« Hé! Mais qu'est-ce que tu fais?? » lui demanda Lénaïg, étonnée par le comportement de son cousin.
- « T'inquiète pas! Tiens moi ça deux secondes s'il te plait! » lui répondit-il en lui tendant sa veste.
- « Hé! Mais où tu vas?? »

À peine avait-elle fini de prononcer ces mots qu'Ulrich avait déjà retroussé les manches de sa chemise et était parti en direction de Yumi et de l'homme qui l'étreignait. Lénaïg écarquilla en voyant le couple vers lequel se dirigeait son cousin. Elle comprit aussitôt la raison pour laquelle ce dernier semblait agir anormalement. Une fraction de seconde plus tard, Ulrich sépara énergiquement le couple en criant à l'homme:

« Toujours prêt à me pourrir la vie, toi!! Hein?! Ça commence à bien faire!! Le petite leçon de ce matin t'as pas suffit, apparemment!! Je m'en vais te faire passer l'envie de recommencer, moi!! Tu t'en souviendras longtemps, tu vas voir!! »

En disant cela, Ulrich en profitait pour lui administrer quelques soins buccodentaires à sa façon, faisant ainsi voler quelques plombages accompagnés de leur support. À tout cela, il adjoignit quelques soins d'ordre esthétique au faciès de celui qui fut un temps son rival, lui refaisant ainsi le nez ainsi qu'une magnifique coloration rouge à l'oeil gauche accompagnée d'un renflement cutané au même endroit. (En clair: dents qui volent, nez cassé et oeil au beurre noir). Il avait fait tout cela sans que son adversaire ne prenne le temps ni la peine de réagir. Mais alors qu'il était en pleine séance de chirurgie esthétique, Ulrich sentit une main retenir la sienne.

« Ulrich! C'est bon! Arrête! Je crois qu'il a eu son compte pour aujourd'hui! »

C'était Odd qui venait de lui dire cela. Lui et Sam l'avaient également suivi, au cas où il lui viendrait à l'idée de faire une grosse bêtise. Et ils avaient bien eu raison. Sam, quant à elle, maintenait Yumi un peu à l'écart, ainsi que Lénaïg. Une fois que Ulrich fut calmé par son ami, Lénaïg ne résista pas un instant et se précipita vers celui qui avait reçu les coups de son cousin.

« Willou!! Mon Willou!! Ça va? Tu souffres pas trop? » lui dit-elle, en lui caressant son visage légèrement boursoufflé.

Mais William ne put donner une réponse cohérente et sensée car il était à demi inconscient tant Ulrich avait mis du cœur à l'ouvrage dans cette altercation.

« Dis donc, cousin! T'aurais pu y aller mollo, quand même! Tu me l'as pas mal amoché, là! » déclara Lénaïg en constatant l'étendue des dégâts.

Alors que Lénaïg n'avait même pas fini de prononcer ces quelques paroles, Yumi n'en revenait pas des premiers mots qu'elle venait d'entendre. Elle resta figée devant Sam, la regardant dans les yeux.

« C'est... C'est... Sa cousine??? » lui dit-elle, abasourdie par la nouvelle.
- « T'as tout compris! » répondit Sam.
- « Mais quelle idiote!! J'aurais dû m'en douter!! C'est évident qu'ils se ressemblent, tous les deux! Je suis vraiment trop bête!!
- Mais non! Dis pas ça! Ça peut arriver à tout le monde de louper des choses aussi évidentes soient-elles sous le coup de l'émotion! »

Pendant que la belle métisse réconfortait la belle nipponne, la discussion entre les deux Stern continuait son cours.

« La prochaine fois, tu fais gaffe de pas trop l'amocher!
- M'en fout! Il a eu que ce qu'il mérite! Et encore, j'ai pas vérifié si le compte y était!
- Ouais mais là... Il louche comme un gros teubé! T'as vu l'air débile qu'il a, maintenant?!
- Ho, si c'est que ça, faut pas t'inquiéter! Il a toujours eu cet air là! C'est un peu comme une seconde nature chez lui!
- Qu'est-ce que je vais en faire, moi, maintenant? Déjà que c'était un vrai paillasson, avant! Alors maintenant...
- T'as qu'à le donner à Émmaüs! Ils pourront peut-être le recycler en balayettes à chiottes! Les poils de Dumbar sont recommandés par tous les spécialistes, tu sais! C'est très efficace pour décoller les "traces de pneus" les plus récalcitrantes sans rayer la cuvette, paraît-il!!
- Bon, ça va! Il en a eu assez, là, tu crois pas?! Je sais que tu ne peux pas le voir en peinture et que je le ménage pas en ce moment mais j'y tiens un peu, quand même, à mon Willou!
- Ouais, ben avec lui, un peu, c'est déjà beaucoup trop! Tu lui donne la main et il te prend le bras!
- Bon? C'est bon? T'es calmé, là, Ulrich? » interrompit Odd en desserrant ses mains qui retenaient les poings de son ami.
- « Ouais. C'est bon. Tu peux me lâcher. » fit l'intéressé qui avait visiblement fini de déverser son flot de haine et de rancœur envers William dans ces derniers mots.

À l'instant même où Odd avait totalement libéré Ulrich, William, qui était affalé sur le sol, en plein milieu de la ruelle avec Lénaïg à ses côtés, revenait à lui.

« Négna? Ch'est koi? » demanda-t-il (dents + nez pétés, faut pas s'attendre à des miracles!!!)
- « Gné?? Qu'est-ce que tu dis??
- Gneu ke gueumangais gnuste ch-i ch'était bien koi.
- Ben bien sûr que c'est moi, banane!! Qui veux-tu que ce soit d'autre?? Et puis, sois gentil, mon Willou. Articule quand tu pètes!
- Ha, ma Négna! Ch-i ku ch-avais comme gneu ch-uis heureux que ku ch-ois nà, à côké gueu moi! Mromets-moi qu'on ch-era kougnours ench-emble kout nes gueux, koi et moi, et que gnamais rien ne nous ch-émarera!
- Hou là! Minute, mon gars! T'as oublié quelque chose, là! De un, c'est pas parce que je prends soin de toi que tout repart comme avant! Et de deux, qu'est-ce que tu faisait avec cette fille dans tes bras?? Hein?? » rétorqua Lénaïg en montrant Yumi du doigt par dessus son épaule gauche.

William, qui avait la tête posée sur les genoux de Lénaïg, se redressa pour voir de qui elle parlait et vit la belle japonaise, qui avait l'ait vraiment mal à l'aise face à toute cette situation bien étrange dans laquelle elle avait entrainé tout le monde bien malgré elle.

« Gn'ai rien fait, moi!!
- Menteur! Je t'ai vu!!
- Ch'est mas moi! Gneu ke le gnure! Ch'est enne qui ch'est gneukée ch-ur moi!
- C'est ça! Continue à me prendre pour une conne, je te dirais rien!! Et puis, arrête de me postillonner dessus! C'est dégueulasse!!
- Mais ch'est na vériké!! K'as qu'a gueumanguer à Gnumi! Enne ke ne guira!
- Je vais me gêner, tiens! Et puis d'abord, qu'est-ce que tu faisais dans le quartier, d'abord?? Hein??Tu me suivais, c'est ça??
- Mais non, gneu ke ch-uivais mas! Gn'étais venu mour mrengre un kruc mour toi! » dit-il en fouillant dans une de ses poches.

Puis William se mit à genoux devant Lénaïg qui s'était relevée. Il sortit de sa poche un étui qu'il ouvrit aussitôt, laissant ainsi apparaître une belle bague en or avec un énorme diamant dessus. Lénaïg écarquilla les yeux.

« Mais qu'est-ce qu'il est en train de me faire, là » se demanda-t-elle, toute paniquée.

Puis, continuant sur sa lancée, William lui fit une déclaration:

« Négna, gneu k'aime à na fonie. Veux-ku m'émouser? »

Lénaïg était toute déboussolée. Elle n'en revenait pas de ce qu'elle venait d'entendre. Ulrich et Odd non plus. Ils se regardaient, tous deux aussi abasourdis l'un que l'autre.

« Dis donc! Tu l'as sacrément poqué, là, le Willou!! » dit Odd avec une pointe d'ironie.
- « Ouais! Finalement, je crois qu'il a eu sa dose... Maintenant, y a plus qu'à l'interner! » rétorqua Ulrich.

Pendant ce temps, Lénaïg avait repris ses esprits.

« Non mais attends! T'as rien compris, là, Willou! » déclara-t-elle. « Je t'ai déjà dit cent fois que j'avais besoin d'air! Tu m'étouffes! T'es pire qu'une sangsue! T'es toujours collé à moi! Un vrai petit toutou! Tu m'empêche de respirer! Tu peux comprendre ça, non?! J'ai besoin de prendre du recul sur notre relation, et c'est pour ça que je me suis éloigné de toi! Mais toi, comme d'habitude, t'as pas pu t'empêcher de venir me scotcher! T'es soulant, à la fin!! »

Odd contemplait le drôle de spectacle qui s'offrait à lui. Tout cela le faisait doucement sourire.

« Quel duo détonnant, ces deux là! J'aimerais pas me retrouver entre les deux! » fit-il en tournant la tête vers Ulrich. « Hé! Mais Ulrich! Où tu vas??
- J'ai besoin d'être seul un moment... »répondit le beau brun qui avait commencé à tourner les talons quelques secondes auparavant, le pas lent mais assuré.

Il avait énormément honte de ce qu'il venait d'infliger à William. Il n'avait pas pu se maitriser. C'était plus fort que lui. Chaque fois qu'il voyait William à proximité de Yumi, il démarrait au quart de tour. Mais là, il avait bien vu qu'il n'avait rien à craindre de sa part. Il était littéralement dingue de sa cousine et Yumi était allée vers lui en le voyant assis à la terrasse du café. Il n'osait plus regarder Yumi dans les yeux après ce qu'il venait de faire. Et après ce qu'elle venait de voir, voudrait-elle encore aller vers lui, comme elle venait de le le faire? La déclaration que William venait de faire à Lénaïg avait également fait remonter en lui quelques souvenirs douloureux accompagnés de leur lot de regrets.

Yumi, quant à elle, ne savait pas trop quoi faire. Et une fois de plus, elle le regardait s'éloigner. Elle n'avait qu'une seule crainte, c'était que finalement il ne veuille plus la revoir après ce qui venait de se passer. Elle était toujours dans les bras de Sam, qui l'avait quelque peu réconfortée.

« Yumi! » fit Odd, discrètement.

Elle tourna la tête vers lui et vit qu'il lui faisait signe d'aller rattraper Ulrich. Elle hésita un instant.

« Non! Cette fois-ci, je dois y aller! Je ne le laisserais pas s'en aller sans lui dire! » pensa-t-elle.

Puis elle s'extirpa des bras de Sam, qui ne s'y opposa pas, et courut derrière Ulrich pour le rattraper, alors que celui-ci était déjà à une dizaine de mètres.

« Ulrich!... Ulrich! Attends! » dit-elle d'un ton inquiet.

À suivre...


Alors? Ça vous a plu? D'ailleurs, qu'est-ce qui vous a plu dedans?
MES NOUVELLES FIC : Code Lyoko M.d.R. (Humour, quand tu nous tiens!) et Du cœur à l'ouvrage (Oh! Comme c'est mignon!)

VIENDEZ VOIR MES AUTRES FIC!!! Protocole Carthage (version 2), Je ne t'attends plus (terminée) et Sacré Jimbo! (one shot).

Non, je ne m'appelle pas Ann!!! Appelez-moi Vince. (Hé oui! Je suis un mec!!!)

Lyokophile à vie

Messages: 236

Inscription: 10 Nov 2007, 22:31

Localisation: Quelque part dans la France

Message 11 Déc 2008, 07:57

Méééééeuuuuuuh T____T t'es vraiment sadique toi ! :p
P**** Ulrich t'es trop con mon vieux mais tu m'a bien fait rire : j'adore quand Wiillou il parle avec les dents et le nez cassé xD il doit aoir pas belle guele xD
Bon jme vais ailleur faire autre chose car là sa me deprime vraiment de pas avoir la suite xD xP
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 150

Inscription: 18 Avr 2008, 19:38

Localisation: Made in Marseille

Message 11 Déc 2008, 22:12

GE-NI-ALE !!! Cette suite était génialement géniale ! ^^
Je me suis régalée ! Bon je suis un peu mécontente du fait que la confrontation Yumi/Ulrich soit repoussée :| ... Mais j'ai adoré ! Quand même Ulrich !!! D'accord tu détestes William (et moi aussi d'ailleurs 8) ), mais de là à le tabasser comme une grosse brute, et sans raison valable, en plus ! J'ai éclaté de rire quand William a demandé à Lénaïg de l'épouser !!! XD C'était trop fort !!!
Donc, comme tu l'auras compris j'ai adoré cette suite ; et j'attends la confrontation de Yumi et d'Ulrich avec (ENCORE UNE FOIS) beaucoup d'impatience !
Bonne chance !!!
Une fic, c'est comme XANA : on bosse dessus comme un malade pour l'achever !
Avatar de l’utilisateur

Stade de Lyokophilisation

Messages: 145

Inscription: 07 Avr 2008, 17:36

Localisation: chez moi

Message 12 Déc 2008, 23:38

non de dieux sa fait un by que je tes + mis de comm.
enfin on peu voir nos amoureux favori :) :)
depuis le temps que Ulrich rêver de mettre une bonne correction à William voilà de fait,il est bien amocher en tout cas d'aprés la description que tu nous à faite.
J'adore autant ta fic,qu'es-ce-ue Yumi va bien pouvoir dire à Ulrich quand t-elle va le ratrapper?On le sera dans ta prochaine suite! :p
Ulrich est rester pétrifier sur place quand il à vu Yumi le pauvre quand même et sa a fait pleurer notre chére Yumi enfin se que j'essaye de te dire ces que tu décris bien les sentiment des fois ses tellement émouvent que je pleure devant mon ordi ses pour dire.
à trés bientôt pour ta prochaine suite!
* * { M E R C I de lire mes fanfics } * *
~ mettez des comms, ça me fait plaisir ~

Image

- mes fanfics:
L'amour est-il si compliqué?
Bonheur ou Malheur
Avatar de l’utilisateur

Initié

Messages: 287

Inscription: 25 Juin 2006, 21:13

Localisation: [-¤ Scie Pie & sous Ter ¤-] & in my Dreams [~Nigtmare]...

Message 20 Déc 2008, 02:54

Franchement, j'ai beaucoup aimé ta fic!
Même si il y a quelques petit bémols, j'adore l'histoire. Toujours pleins de rebondissements...
Je n'ai qu'une chose à dire, vivement la suite! :)
[tu m'as remise au goûts des fan-fic de CL! xD]
☜♡☞ "Il y a un adage qui dit qu'on fait toujours du mal à ce qu'on aime. Mais il oublie de dire qu'on aime ce qui nous font du mal."
Avatar de l’utilisateur

Lyokophile à vie

Messages: 242

Inscription: 02 Déc 2007, 12:58

Localisation: Rentré "au pays"

Message 26 Déc 2008, 16:14

Noyeux Joël à toutes et à tous! Voici mon petit cadeau pour vous, un petit peu en retard il est vrai. Mais j'espère que vous apprécierez car voici le moment que vous attendiez tous: la confrontation entre Yumi et Ulrich!

Je n'en dis pas plus! Bonne lecture!

-----------------------


« Ulrich!... Ulrich! Attends! » dit-elle d'un ton inquiet.

Lui ne l'avait pas entendu, tout perdu dans ses pensées qu'il était. Quelques secondes après qu'elle ait dit cela, elle l'avait déjà rattrapé et se tenait derrière lui. Elle posa sa main sur son bras droit comme pour tenter de le retenir, ce qui eut pour effet de tirer brusquement Ulrich de ses pensées.

« Ulrich... » dit-elle timidement.

Lorsqu'il reconnut sa voix, il se figea. Il ne savait plus quoi faire. Il se sentait terriblement honteux de la réaction si incongrue qu'il avait eue lorsqu'il l'avait aperçue dans les bras de William. Il ne se sentait pas le courage de se retourner vers elle afin d'affronter son regard. Il s'interrogeait aussi. Pourquoi l'avait-elle suivi pour le rattraper, lui qui s'était montré si pitoyable quelques instants plus tôt? Trouvait-elle qu'il en vaille encore le coup? Ou bien allait-elle lui faire une scène à propos de sa jalousie maladive comme autrefois?

« Laisse-moi, s'il te plait, Yumi. » déclara-t-il d'un ton las.

Yumi s'attendait à ce qu'il se retourne vers elle dans les secondes qui suivaient mais il n'avait pas l'air disposé à le faire. Elle se demandait pourquoi. Était-il possible qu'il lui en veuille autant, même après toutes ces années? Voulait-il ne plus jamais avoir à lui parler ni la revoir? L'avait-elle perdu à tout jamais? Elle ressentit alors un profond sentiment d'abandon et de mal-être, comme si, d'un coup, elle s'était sentie seule au monde. Cela lui fit revenir les larmes aux yeux, mais elle s'efforça de les retenir. Ce sentiment d'extrême solitude qui lui serrait le cœur, elle comprit que lui aussi l'avait certainement éprouvé durant tout ce temps qu'il avait passé à espérer ne serait-ce que la revoir une seule fois sans qu'elle ne l'aperçoive. Cependant, depuis la dernière fois, il semblait commencer à se libérer de ses souffrances. Et maintenant, serait-ce son tour à elle de subir tout cela comme lui l'avait fait auparavant?

« Excuse-moi... Je suis vraiment un imbécile, j'aurais pas dû... Je ne te mérite pas... » dit-il.

Yumi fut surprise par ce qu'elle venait d'entendre. Et le ton qu'Ulrich avait employé lui donna l'impression qu'il avait perdu tout espoir d'une quelconque relation entre eux. Elle pensait que c'était normal, après tout, car c'était elle qui était à l'origine de cette situation.

« Non... Ne dis pas ça! Tu sais que c'est faux... » dit-elle. « C'est moi qui ne te mérite pas. Je ne suis pas digne de toi. Si tu savais comme je m'en veux de t'avoir tant fait souffrir. Je m'en veux d'avoir été aussi égoïste envers toi. J'ai été trop impatiente. Quand je t'ai dit que je n'attendais plus rien de toi, je n'ai pas pensé un seul instant à la force des sentiments que tu éprouvais pour moi. Bien sûr, je savais que tu allais souffrir. Mais je me suis dit que tu t'en remettrais assez vite. Je me suis comportée comme une idiote. Avec le temps, j'ai fini par oublier tout ça. Et puis, un jour, je me suis rendue compte que je m'étais menti à moi-même. J'avais toujours des sentiments pour toi. Et j'ai pris conscience de toutes mes erreurs et de ce que je t'avais fait subir bien malgré moi. »

Alors qu'elle avait dit cela, Yumi avait cessé de retenir ses larmes qui glissaient maintenant le long de ses joues.

« Je m'en veux tellement d'avoir tout gâché entre nous. Tout est de ma faute. Je suis lamentable. Oh, Ulrich, je suis désolée de t'avoir tant fait souffrir. Si tu savais comme je m'en veux. Pardonne-moi, je t'en prie. Même s'il n'y a plus aucun espoir entre nous... Je t'en supplie, pardonne-moi... »

Alors qu'elle implorait son pardon, Yumi s'était collée contre le dos d'Ulrich en l'étreignant doucement. Avant ses déclarations, il ne savait déjà plus quoi faire ni comment réagir. Mais à cet instant précis, il était totalement perdu. Comment devait-il se comporter avec elle, la fille qui était à l'origine de toutes les douleurs de son âme mais envers qui il éprouvait toujours quelque chose? Et surtout que lui dire? De plus, Yumi avait abordé un sujet qui ne lui avait à aucun moment effleuré l'esprit. Si jamais ils se revoyaient un jour dans d'autres circonstances, quelles seraient les chances pour qu'il se passe quoi que ce soit entre eux? Sûrement très proches du zéro le plus rond. Et puis pouvait-il lui pardonner aussi facilement toute la souffrance qu'elle lui avait infligé bien malgré elle, comme elle semblait le prétendre? En avait-il seulement la force, lui qui avait été blessé au plus profond de son être par celle qui occupait alors la moindre de ses pensées? Les sentiments qu'il éprouvait à l'égard de la belle japonaise étaient-ils toujours les mêmes ou bien n'étaient-ils devenus qu'un ramassis de regrets et de souvenirs de sentiments?

Derrière eux, Odd et Sam les regardaient à distance. Ils n'avaient pas bougé, restant là au cas où il aurait fallu en ramasser l'un d'eux à la petite cuillère. Odd murmura:

« Allez, Ulrich! Fais pas ton cœur de pierre! C'est maintenant ou jamais! Allez!... »

Mais ce que ni Yumi ni les deux autres restés en retrait ne voyaient, c'étaient les larmes qu'Ulrich avaient laissé échapper de ses yeux et courir le long de ses joues. À cet instant précis, il était partagé entre l'envie de la serrer dans ses bras et de l'embrasser, et celle bien moins louable de lui vomir à la figure toute sa rancœur et sa douleur. Il n'avait toujours pas bougé d'un poil.

« Tu sais... » lui dit-il. « Ce jour-là, ça a été pour moi comme le début d'un hiver sans fin. Le soleil a disparu peu à peu dans ma vie, laissant place à une nuit froide et interminable. Et depuis, c'est comme s'il ne s'est jamais vraiment levé les jours suivants. Heureusement que les autres étaient là pour moi. Ils ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour que j'aille mieux. Mais malgré cela, je n'arrivais pas à m'en remettre. Plus tard, j'ai tout fait pour t'oublier. J'ai coupé les ponts avec tout le monde, je me suis comporté comme un salaud de la pire espèce, j'ai enchaîné les aventures avec des filles sans éprouver un quelconque sentiment pour chacune d'elles, mais en vain. Tu étais toujours là dans mon cœur. Après quelques années de cette attitude honteuse, j'ai compris que jamais je n'y parviendrais tant je t'avais dans la peau. Alors j'ai commencé à vivre comme coupé du monde, ne vivant plus que pour mon travail. J'avais l'impression que je n'étais fait pour l'amour et le bonheur. Et petit à petit, ça allait de plus en plus mal. Jusqu'à ce que je tombe sur toi et Odd par hasard. Quand je t'ai vue, je n'ai pas su quoi faire et j'ai commencé à paniquer. C'est pour ça que je me suis enfui. »

Puis il sécha ses larmes avant de se retourner vers elle. Il remarqua qu'elle aussi avait les yeux remplis de larmes. Il les lui sécha alors délicatement. Ils se regardaient tous les deux dans les yeux même si chacun avait du mal à soutenir son regard vers l'autre tant ils étaient gênés.

« Je voulais que tu saches. » poursuivit-il. « Je te trouve toujours aussi belle. Honnêtement, je ne sais pas si ça pourra marcher un jour entre nous deux. Avec le temps, je me suis rendu compte qu'au fond je ne connaissais pas grand chose de toi. Tout cela même si on a passé beaucoup de temps toi et moi. Et puis, depuis ce temps, tu as sûrement changé. Et moi aussi. En fait, j'ai l'impression que nous sommes devenus deux parfaits étrangers l'un pour l'autre, et aussi que j'ai été amoureux de ce qui semble n'avoir été qu'un fantôme. Je ne sais plus vraiment où j'en suis. J'ai besoin de temps pour faire le point tout seul sur tout ce qui vient de se passer. J'en ai besoin. »

Yumi le regarda d'un air inquiet alors qu'il était sur le point de s'en aller une fois de plus.

« Et... Est-ce qu'on pourra se revoir un jour? » lui demanda-t-elle timidement.
- « J'en sais rien, Yumi. J'en sais rien... » répondit-il.

Puis Ulrich tourna les talons et s'éloigna de la belle japonaise qui le regardait partir une fois de plus sans pouvoir faire quoi que ce soit. Derrière eux, Odd et Sam observaient toujours la scène.

« Aïe aïe aïe! Je crois que ça s'est barré en c... Heu! Sucette!! » déclara Odd.

Puis lui et Sam rejoignirent Yumi pour lui demander si tout allait bien. Elle se jeta alors dans les bras de Odd en sanglotant.

« Mais qu'est-ce que j'ai fait!! Je suis vraiment trop conne!! » déclara-t-elle.
- « Arrête, Yumi. Tu te fais du mal pour rien, là. » lui dit Odd.

À suivre...

Alors? Très déçus ou bien pleinement satisfaits?
Et qu'est-ce que vous avez aimé ou bien détesté?
Faites-le moi savoir, siouplé! Mirki d'avance!
MES NOUVELLES FIC : Code Lyoko M.d.R. (Humour, quand tu nous tiens!) et Du cœur à l'ouvrage (Oh! Comme c'est mignon!)

VIENDEZ VOIR MES AUTRES FIC!!! Protocole Carthage (version 2), Je ne t'attends plus (terminée) et Sacré Jimbo! (one shot).

Non, je ne m'appelle pas Ann!!! Appelez-moi Vince. (Hé oui! Je suis un mec!!!)
Avatar de l’utilisateur

Initié

Messages: 287

Inscription: 25 Juin 2006, 21:13

Localisation: [-¤ Scie Pie & sous Ter ¤-] & in my Dreams [~Nigtmare]...

Message 26 Déc 2008, 23:08

Hm, trop petit! o_o
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 150

Inscription: 18 Avr 2008, 19:38

Localisation: Made in Marseille

Message 28 Déc 2008, 17:34

OUAH !!! :shock:
Quelle confrontation ! (il était temps ;) ). Pour ma part, je ne suis absolument pas déçue, bien au contraire : j'ai trouvé cette confrontation Yumi/Ulrich EXTREMEMENT réaliste et très respectueuse de l'ambiance de l'ensemble de la fic. En effet, un happy end aurait peut-être fait tâche (peut-être, je ne sais pas vraiment). En tout cas la réaction d'Ulrich était parfaitement justifiée et bien dosée : le déchirement entre amour et rencoeur était parfaitement introduit, et pleinement explicité. Cependant, Yumi se sent, maintenant, encore plus coupable qu'avant, et profondément desesperée (un desespoir que, j'espère, tu expliciteras dans ta prochaine suite). Les paroles qu'elle a dites à Ulrich étaient magnifiquement sincères et très appropriées à ses profonds sentiments, et la déclaration d'Ulrich était superbe aussi. Ce douloureux (mais très beau) moment était, en plus, MAGNIFIQUEMENT bien écrit ! Ca se lisait facilement, sans exagération, et juste ce qu'il fallait d'émotions ! C'ETAIT VRAIMENT TRES BEAU !!!!
Alors, pour conclure ce (très long ^^" ) comm', je te dis tout simplement BRAVO ! Et que j'ai hâte de lire les conséquences directes de cette confrontation majestueuse sur nos personnages préférés (nottament sur Yumi). Voilà !
Bonne chance et à très bientôt pour la suite, j'espère ! ;)
Une fic, c'est comme XANA : on bosse dessus comme un malade pour l'achever !
Avatar de l’utilisateur

Initié

Messages: 287

Inscription: 25 Juin 2006, 21:13

Localisation: [-¤ Scie Pie & sous Ter ¤-] & in my Dreams [~Nigtmare]...

Message 28 Déc 2008, 22:16

almelyoko a écrit:OUAH !!! :shock:
Quelle confrontation ! (il était temps ;) ). Pour ma part, je ne suis absolument pas déçue, bien au contraire : j'ai trouvé cette confrontation Yumi/Ulrich EXTREMEMENT réaliste et très respectueuse de l'ambiance de l'ensemble de la fic. En effet, un happy end aurait peut-être fait tâche (peut-être, je ne sais pas vraiment). En tout cas la réaction d'Ulrich était parfaitement justifiée et bien dosée : le déchirement entre amour et rencoeur était parfaitement introduit, et pleinement explicité. Cependant, Yumi se sent, maintenant, encore plus coupable qu'avant, et profondément desesperée (un desespoir que, j'espère, tu expliciteras dans ta prochaine suite). Les paroles qu'elle a dites à Ulrich étaient magnifiquement sincères et très appropriées à ses profonds sentiments, et la déclaration d'Ulrich était superbe aussi. Ce douloureux (mais très beau) moment était, en plus, MAGNIFIQUEMENT bien écrit ! Ca se lisait facilement, sans exagération, et juste ce qu'il fallait d'émotions ! C'ETAIT VRAIMENT TRES BEAU !!!!
Alors, pour conclure ce (très long ^^" ) comm', je te dis tout simplement BRAVO ! Et que j'ai hâte de lire les conséquences directes de cette confrontation majestueuse sur nos personnages préférés (nottament sur Yumi). Voilà !
Bonne chance et à très bientôt pour la suite, j'espère ! ;)



"un happy end aurait peut-être fait tâche" pas faux, mais pas tout à fait vrai nan plus. Car, "happy" ne se suit pas forcément de "end", et puis, si on sait bien si prendre, les scènes "happy" ne font pas tâches :)

Et, parce qu'il faut bien que je donne mon avis aussi... je trouve que tu respect parfaitement bien les personnalités des personnages de la série en elle-même! C'est un très bon attout, car oui, j'ai lu beaucoup de fic qui les changeaient..
Et, je vais sans doute me répéter, mais, j'attends la suite avec beaucoup d'impatience! ;)
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 150

Inscription: 18 Avr 2008, 19:38

Localisation: Made in Marseille

Message 28 Déc 2008, 23:26

Reira :"un happy end aurait peut-être fait tâche" pas faux, mais pas tout à fait vrai nan plus. Car, "happy" ne se suit pas forcément de "end", et puis, si on sait bien si prendre, les scènes "happy" ne font pas tâches :)

Oui c'est ce que je pense aussi, c'est bien pourquoi j'ai modéré mon propos avec un "peut-être". Et pis je suis sûre que si Ann O'Neemm avait fait un "happy end" ou un "happy" tout court, ce serait bien passé aussi ;) !
Par ailleurs, je le redis : SUPERBE SUITE !!!
Une fic, c'est comme XANA : on bosse dessus comme un malade pour l'achever !
Avatar de l’utilisateur

Initié

Messages: 287

Inscription: 25 Juin 2006, 21:13

Localisation: [-¤ Scie Pie & sous Ter ¤-] & in my Dreams [~Nigtmare]...

Message 29 Déc 2008, 02:57

ouai, j'avais vu le "peut-être", mais en faite, j'avais tout bêtement envie de me la ramener. Voilà :)
Avatar de l’utilisateur

Lyokophile à vie

Messages: 242

Inscription: 02 Déc 2007, 12:58

Localisation: Rentré "au pays"

Message 07 Jan 2009, 20:32

Bonjour tout le monde!

J'ai une bien mauvaise nouvelle à vous annoncer! Mon PC (sur lequel j'avais écrit toutes mes notes et tous mes brouillons concernant cette fic) ne démarre plus car, apparemment, la carte graphique est morte (paix à son âme...)

Résultat: je ne pourrais pas vous écrire de suite avant au moins 2 semaines, le temps de le faire réparer (oui, je sais! ça va être long! Surtout que j'avais commencé une autre fic à l'humour parfois bien puérile et que j'avais bien avancé dedans...)


Reira a écrit:je trouve que tu respect parfaitement bien les personnalités des personnages de la série en elle-même!


Ça me semble plutôt normal, car si on se met à changer leurs caractères respectifs, autant changer totalement les personnages et en créer des nouveaux de A à Z, et l'histoire avec... Mais à ce moment-là, ce n'est plus de la fanfic... Et donc, quel en est l'intérêt???


Almelyoko a écrit:j'ai trouvé cette confrontation [...] très respectueuse de l'ambiance de l'ensemble de la fic. En effet, un happy end aurait peut-être fait tâche (peut-être, je ne sais pas vraiment)


Je confirme. Ça serait carrément mal venu si ça se finissait bien à ce moment précis de la fic. Laissons-leur donc encore un peu de temps à ces jeunes, et mon petit doigt me dit que ça devrait se finir mieux que ça! Quoique... Mais je n'en dis pas plus!

En attendant que mon PC revienne, j'espère que vous serez bien sages ;)

@+ tout le monde!
MES NOUVELLES FIC : Code Lyoko M.d.R. (Humour, quand tu nous tiens!) et Du cœur à l'ouvrage (Oh! Comme c'est mignon!)

VIENDEZ VOIR MES AUTRES FIC!!! Protocole Carthage (version 2), Je ne t'attends plus (terminée) et Sacré Jimbo! (one shot).

Non, je ne m'appelle pas Ann!!! Appelez-moi Vince. (Hé oui! Je suis un mec!!!)
Avatar de l’utilisateur

Stade de Lyokophilisation

Messages: 145

Inscription: 07 Avr 2008, 17:36

Localisation: chez moi

Message 14 Jan 2009, 12:00

désolé pour le retard manque de temps,j'attend ta suite avec impatience.
tu va quand même les réconcilier ellez Ulrich va revenir sur ces paroles enfin bonne chances
* * { M E R C I de lire mes fanfics } * *
~ mettez des comms, ça me fait plaisir ~

Image

- mes fanfics:
L'amour est-il si compliqué?
Bonheur ou Malheur

Message 01 Fév 2009, 19:29

Bijour tout le monde! Ça fait longtemps que j'ai pas posté de suite!
À vrai dire, c'est pas la faute à mon PC qui était en panne (il est revenu assez vite (une semaine)) mais à l'inspiration qui me faisait légèrement défaut depuis.

Cependant, tout ceci fait désormais partie du passé car voici la suite, dans laquelle il semblerait bien que [spoil] vous feriez bien de la lire!!! [/spoil] Si si, j'vous jure!!

Voici donc la suite tant attendue! Bonne lecture!

------------------------


Le soir même, Lénaïg avait attendu quelques longues heures avant que son cousin revienne à son véhicule pour rentrer tandis que Sam et Odd avaient raccompagné Yumi chez elle en la réconfortant alors qu'elle était toujours en larmes. Lorsqu'il apparut au coin de la rue dans laquelle il avait garé sa voiture, Ulrich était encore quelque peu perdu dans ses pensées. Sa confrontation avec Yumi avait fait en lui comme l'effet d'un électrochoc. Comme si, depuis tout ce temps, il y avait quelque chose en lui qui venait tout à coup de se débloquer après avoir longtemps été refoulée au plus profond de lui-même. Il commençait à prendre conscience de certaines choses sur lui-même mais également sur Yumi et la relation qu'ils avaient entretenu avant ce jour maudit depuis lequel il avait sombré dans son état dépressif.

Alors qu'il s'approchait de sa voiture, Lénaïg n'avait de cesse d'éviter de le dévisager, afin qu'il ne se sente pas gêné ni même jugé. Jamais elle n'aurait cru en le voyant qu'il pouvait être dans un tel état de malêtre et de souffrance. Quand il fut à proximité de son véhicule, il se sentit gêné par l'attitude qu'il avait eue quelques heures plus tôt envers Yumi mais également William.

« On rentre. » dit-il à sa cousine sur un ton monotone, en évitant de croiser son regard.

Il déverrouilla les portes de la voiture et tous deux prirent place à bord avant de partir quelques instants plus tard. Pendant le trajet, un silence de plomb retentissait dans l'habitacle et aucun d'eux n'était décidé à le briser. Quand la voiture s'immobilisa enfin devant la grande demeure d'Ulrich, Lénaïg se décida à prononcer quelques mots:

« Tu sais, Ulrich, tu peux te confier à moi si tu veux. Comme quand on était petits. Tu te rappelle?
- C'est bien loin, tout ça. » répondit-il sur un ton nostalgique. « Tu m'excuseras mais j'ai pas trop envie d'en parler. Enfin... Pas tout de suite... »

Quelques semaines s'écoulèrent depuis cet événement. Lénaïg était restée deux semaines chez son cousin avant de rentrer chez elle. Elle n'avait pas cherché à revoir William depuis, et lui n'avait pas réussi à la retrouver, ne sachant pas où elle se trouvait pendant ce temps-là. Tout les autres avaient gardé le contact sauf Yumi et Ulrich, bien évidemment. Plus le temps passait et plus Yumi était persuadée que celui qu'elle aimait ne voulait plus la revoir, tandis que celui-ci avait juste besoin de faire un break pour faire le tri dans ses idées et tenter d'y voir plus clair.

Nous étions maintenant aux environ de la mi-juillet. C'était un samedi matin. Le soleil était déjà haut dans le ciel bleu azur parsemé de quelques rares petits nuages blancs qui semblaient s'y être égarés. Ulrich se prélassait sur la terrasse, confortablement assis dans une chaise longue. Dans sa tête, tout était déjà beaucoup plus clair. Du moins, c'était ce qu'il lui semblait. Bien sûr, certains souvenirs ressurgissaient de temps en temps dans son esprit, mais tout cela lui était incomparablement moins douloureux qu'auparavant. Quelques interrogations subsistaient tout de même en lui. Comment allait-il le lui dire? Et comment allait-il réagir en la revoyant? Réussirait-il à affronter son regard? Ou bien la fuirait-il à nouveau sans raison valable comme la première fois qu'il l'avait revue?

La seule chose qui lui paraissait certaine, c'était que leur relation ne serait plus du tout comme avant. Et comme il le lui avait déjà dit, ils avaient évolué tous les deux chacun de leur côté. Ils n'étaient plus comme avant. Et la complicité qu'ils avaient avant avait disparue depuis fort longtemps. Tout avait bien changé entre eux.

Soudain, quelque chose vint le perturber dans ses pensées. Il ouvrit les yeux et vit que c'était son portable, posé devant lui sur la table de jardin en fer forgé, qui vibrait. Il le prit, regarda qui cherchait à le joindre puis décrocha.

« Allô? » dit-il
- « Salut, vieux frère! C'est moi! Ça va? » répondit son interlocuteur.
- « Qui ça, "moi"?
- Ben... C'est moi!
- Ça me dit toujours pas qui c'est, ça, "moi"!
- Enfin, Ulrich! C'est moi! Odd! Tu m'as pas reconnu?
- Bien sûr que si, je t'avais reconnu! Mais c'est pas une façon de se présenter de dire "c'est moi" au téléphone!
- Ha bon? Tu trouves?
- Ben oui! Mais je suppose que tu ne m'appelle pas pour ça!
- Ha oui! Avec tout ça, j'ai failli oublier! Sam et moi, on organise un petit barbecue entre ami dans ma maison de vacances au bord de la mer, le weekend prochain. Ça te dirait de venir?
- Pourquoi pas! J'ai rien de prévu le weekend prochain. Mais elle est où ta maison?
- En Bretagne, au bord du Golfe du Morbihan!
- Hé ben! Tu t'embêtes pas, toi! Chez les Della Robia aussi, y a des sous à dépenser!
- Somme toute, ça reste très modeste comparé à chez toi!
- Hum... Je crois que j'aurais mieux fait de me taire! Ça fait un peu loin pour u barbecue, tout de même!
- T'inquiète! On fait ça sur deux jours et y a de la place pour loger tout le monde pendant le weekend!
- Mouais, j'hésite un peu parce que le lundi suivant, j'ai une journée bien chargée...
- T'en fais pas! Tu serais rentré chez toi pour le dîner!
- Très drôle! Au fait, y aura qui à ton barbeuc'?
- Y aura Aélita, Jérémie et leurs petits monstres. Y aura aussi ta cousine et, éventuellement, son Willou d'amour!
- Heu... Non! Ça, ça m'étonnerait, vu ce qu'elle m'a dit hier soir au téléphone...
- Ha! O.K.! C'est noté!
- Sinon, y aura qui d'autre?
- Y aura p't'être aussi mes sœurs Pauline et Adèle avec leurs copains, mais c'est pas sûr. Et une ou deux autres personnes qui m'ont pas encore donné une réponse définitive, mais c'est sans importance. Alors? Tu viens ou pas?
- Mouais, j'hésite...
- Allez! Fais un effort! En plus, ça fait super longtemps qu'on s'est pas vus!
- Je sais pas...
- Allez, quoi! Si tu viens pas, j'en connait qui vont être vachement déçus!
- Faut que j'y réfléchisse...
- Au nom de notre amitié!
- Bon... O.K. ... Va pour le barbeuc'!
- Génial! On va bien s'amuser, j'te le promets!
- Tiens! Pourquoi je le regrette déjà? Ha oui, c'est vrai! C'est parce qu'à chaque fois que tu disais ça quand on était à Kadic, je le regrettais toujours après!
- Merci! Ça fait plaisir! Alors je note que tu ne viens pas!
- Mais non! Je déconnais!
- Moi aussi!
- Elles sont pas drôles, tes blagues, Odd!
- Parle pour toi, mon cher! »

La conversation se poursuivit ainsi pendant plusieurs longues minutes. Puis, avant de raccrocher, Ulrich voulut demander à Odd:

« Au fait, est-ce que... Enfin... Est-ce qu'il y aura... »

Ayant remarqué le ton hésitant employé pour son ami, Odd l'interrompit dans sa phrase:

« Oui! Elle sera là! Et c'est pas une raison pour te débiner à la dernière minute! Et puis je te l'ai déjà dit. Tu ne pourras pas passer toute ta vie à la fuir ou à l'éviter! En plus, ça ne te mènera nulle part. Alors t'as intérêt à venir sinon tu vas entendre parler du pays! »

Ulrich resta silencieux quelques instants. Il savait que Odd avait raison mais en lui résonnaient toujours les mêmes craintes irraisonnées quant au moment où il la reverrait. Puis, très vite, Odd relança la conversation. Après quelques minutes, les deux comparses se saluèrent. Ulrich fit passer son bonjour à Sam et tous deux raccrochèrent.

Le samedi suivant, Ulrich arriva à la résidence estivale de Odd et Sam vers dix heures et demi. Il avait pris le train très tôt et avait fait le trajet depuis la gare en taxi. La maison se trouvait à l'extrémité d'une toute petite route. Elle était construite légèrement en retrait d'un minuscule hameau posé au bord du littoral. Visiblement, le chemin qu'Ulrich avait emprunté pour y parvenir l'avait fait arriver par l'arrière de la maison. Le jardin était délimité par un muret en granite surmonté par un grillage et derrière lequel était plantée un haie en guise de brise-vue. On ne pouvait pas voir grand chose de la propriété depuis le chemin, à moins de se pencher fortement par dessus le portillon. Il se présenta au portillon du jardin et actionna le bouton de la sonnette qui se trouvait à proximité. Attendant que le maître des lieux ne vienne le chercher, il jeta brièvement un coup d'oeil à la bâtisse. Les murs de la maison étaient tout en granite et le toit recouvert de chaume. Les volets en bois et les menuiseries des fenêtres étaient peints dans un bleu clair, comme toutes les maisons anciennes qu'il avait pu voir sur le littoral pendant son trajet. La maison semblait spacieuse. Elle était bordée de deux grand pins maritimes. Très vite, la porte donnant accès à l'arrière de la maison s'ouvrit en laissant apparaître Odd qui semblait plus en forme que jamais.

« Ha! Enfin! Te voilà! » dit-il joyeusement. « On n'attendait plus que toi! Tous les autres sont arrivés hier soir!
- Peut-être! Mais moi, j'ai un travail, moi! Un vrai! Et je peux pas partir comme ça quand je veux en laissant tout en plan! Contrairement à certains! Hein! » rétorqua Ulrich, ironiquement.

Odd arriva très vite au niveau du portillon et l'ouvrit. Les deux hommes se saluèrent chaleureusement. Odd prit les quelques effets qu'Ulrich avait pris avec lui et tous deux se dirigèrent vers l'intérieur de la demeure. Quand ils furent rentrés, Ulrich fut émerveillé par le style de la décoration, mélange d'ancien et de moderne. Odd lui fit une visite complète des lieux, qui se termina par la chambre où il allait passer la nuit. Celle-ci était située à l'étage. La décoration était sobre. Les murs étaient peints dans un ton ocre assez clair et les poutres apparentes étaient recouvertes d'un vernis foncé. Un grand lit occupait l'espace, accompagné par une grande armoire normande (oui, en Bretagne aussi, on en a, des armoires normandes!) accolée au mur opposé au lit. Ulrich y déposa ses affaires en vitesse sans prendre le temps de les défaire, Odd l'ayant pressé quelque peu. Il n'avait pas remarqué que quelqu'un y avait déjà rangé ses affaires. À vrai dire, la seule chose qu'il avait eu le temps de remarquer, c'était un léger parfum qui flottait dans l'air. Il lui paraissait doux et envoutant. Ce parfum, il l'avait déjà senti auparavant mais il ne savait plus où ni quand. Pourtant, il lui semblait si familier. N'arrivant plus à s'en rappeler, il décida de ne plus y prêter attention.

Quelques instants plus tard, les deux hommes arrivèrent dans la grande cuisine où s'affairaient Sam, Aélita et Lénaïg pour préparer les entrées.

« Regardez qui je vous ramène! » dit Odd, tout sourire, en s'approchant des trois cuisinières.

Toutes les trois cessèrent leurs activités pour venir dire bonjour au beau brun fraichement arrivé. Ils commencèrent tous les quatre à discuter. Odd s'inquiéta de l'absence des autres invités. Sam lui répondit qu'ils étaient partis se promener avec les enfants car ces derniers n'arrivaient pas à tenir en place en attendant le repas. Lénaïg, voyant l'heure tourner, invita ses deux amies à retourner aux fourneaux, prétextant que le repas ne serait jamais prêt s'ils continuaient à discuter ainsi. Sam et Aélita acquiescèrent et les trois jeunes femmes s'en retournèrent à leur activité précédente, tandis que les deux hommes sortirent de la pièce. Ils traversèrent rapidement le salon et passèrent par la baie vitrée largement ouverte pour se rendre sur la terrasse.

Celle-ci paraissait immense. Le sol était recouvert de dalles de grès ocre. Au milieu de la terrasse trônaient deux grandes tables d'extérieur accolées pour accueillir une quinzaine de personnes, entourées d'autant de chaises. Le tout était surplombé par les branchages d'un pin parasol qui ombrageait le tout. Le jardin était très grand et en légère pente. La haie qu'Ulrich avait vue de l'autre côté de la maison en faisait tout le tour et clôturait entièrement le jardin. Dans le fond, un autre portillon permettait d'en sortir. Le paysage était magnifique. Un bras de mer assez large venait de l'ouest et passait à environ une centaine de mètres au sud du jardin. Au delà de la haie s'étendait une petite étendue de dunes recouvertes d'herbes sauvages traversée par un petit sentier partant du portillon et se terminant sur une plage bordée à chaque extrémité par quelques rochers. Au milieu du bras de mer, un petit îlot faisait face à la maison. Sur celui-ci, on pouvait y voir quelques personnes s'y affairer, la marée basse l'ayant rendu accessible à pied sec.

« Tiens! Ils sont là-bas » déclara Odd en montrant du doigt les personnes sur l'îlot. « Allez, viens avec moi, je vais te présenter à mes sœurs.
- Ha? Lesquelles? » rétorqua Ulrich.
- « Adèle et Louise. Heu... Non, Pauline! Si c'est pas malheureux! Depuis le temps, je me trompe encore dans les prénoms! »

Puis les deux hommes se mirent en marche vers la plage pour rejoindre le petit groupe. Après cinq minutes de marche puis avoir retiré leurs chaussures afin d'éviter de les remplir de sable, Ulrich et Odd arrivèrent à destination. Ils y retrouvèrent dans un premier temps Jérémie et ses enfants. Ulrich et le petit génie de la bande étaient visiblement contents de se retrouver. Puis ils furent rejoints Par Adèle et son fiancé. Très vite, ce fut au tout de Pauline de les retrouver, qualifiant au passage Odd de petite crotte. Ce dernier fit les présentations en bonne et due forme. Tous commencèrent à bavarder. Malgré la joie des retrouvailles avec Odd et Jérémie, Ulrich semblait quelque eu déçu. En effet, il ne semblait y avoir pas l'ombre d'une japonaise à l'horizon.

Puis quelque chose vint le troubler. Un très léger parfum semblait flotter dans l'air iodé. Il lui semblait que c'était le même qu'il avait cru reconnaître auparavant dans la chambre. Deux fois dans la même journée et à deux endroits différents, il ne pouvait s'agir d'une coïncidence. Ce fut à ce moment qu'il entendit une voix douce mais hésitante derrière lui.

« Salut, Ulrich... »

Il se retourna. Elle se tenait là, juste derrière lui. Visiblement, elle était tout troublée. Lui aussi le fut un court instant. Mais, très vite il la dévisagea et fut à nouveau séduit par sa beauté. Il ne savait pas trop quoi dire ni que faire. À vrai dire, lui aussi été tout troublé.

« Salut, Yumi. » répondit-il.

Odd et Jérémie observaient la scène du coin de l'oeil et chacun d'eux craignait que cela ne tourne encore mal, comme la dernière fois que Ulrich et Yumi s'étaient vus.

À suivre...


Alors? Ça vous a plu? (Si oui, en quoi? Si non, pourquoi?)
J'espère que l'inspiration ne me fera plus défaut pour que je finisse d'écrire cette fic au plus vite et que vous n'attendiez pas trop entre deux suites!
Avatar de l’utilisateur

Lyokophile à vie

Messages: 242

Inscription: 02 Déc 2007, 12:58

Localisation: Rentré "au pays"

Message 01 Fév 2009, 19:32

Oups! C'était moi au dessus! Pourtant je m'était bien connecté au site avec mon pseudo...

Visiblement, ma connexion internet a quelques (gros) ratés! Je sais pas ce qu'il y a aujourd'hui mais ça n'arrête pas de couper! C'est super ch***t!!!
MES NOUVELLES FIC : Code Lyoko M.d.R. (Humour, quand tu nous tiens!) et Du cœur à l'ouvrage (Oh! Comme c'est mignon!)

VIENDEZ VOIR MES AUTRES FIC!!! Protocole Carthage (version 2), Je ne t'attends plus (terminée) et Sacré Jimbo! (one shot).

Non, je ne m'appelle pas Ann!!! Appelez-moi Vince. (Hé oui! Je suis un mec!!!)
Avatar de l’utilisateur

Chevaucheur de Mantas

Messages: 1642

Inscription: 03 Nov 2007, 19:00

Localisation: En train de manger des pommes

Message 01 Fév 2009, 19:59

grrrrrrrrrrrrr ! quand vas tu arrété d'être sadique ????? je veux la suite !
ImageImageImageImageImage

Message 03 Fév 2009, 13:06

trop bien VIVE LA SUITE :D :D :D
Avatar de l’utilisateur

Stade de Lyokophilisation

Messages: 145

Inscription: 07 Avr 2008, 17:36

Localisation: chez moi

Message 05 Fév 2009, 01:31

Ah enfin une suite heureusement je je jeté un petit cou d'oeil!

alors toujours aussi superbe, laisse moi deviner Odd c débrouiller pour que lLrich et Yumi se retrouvent dans la même chambre.

j'espére que sa va s"arranger entre eux

Ont se retrouve pour la suite!!
* * { M E R C I de lire mes fanfics } * *
~ mettez des comms, ça me fait plaisir ~

Image

- mes fanfics:
L'amour est-il si compliqué?
Bonheur ou Malheur
Avatar de l’utilisateur

Tueur de Blocks

Messages: 479

Inscription: 12 Juin 2006, 13:09

Localisation: Marseille

Message 05 Fév 2009, 22:35

Très bonne suite, même si tu fais encore planner le suspense (grrrr c'est pas gentil XD) ! C'est toujours aussi bien écrit, les descriptions mettent bien dans l'ambiance... bref, continue comme ça !

Vivement la suite qu'on puisse enfin lire la tant attendue confrontation entre Yumi et Ulrich ! :p
Partitions des musiques de Code Lyoko :
Un monde sans danger : Sur codelyoko.net ou bien ici
S'envoler (générique de fin des saisons 2 et 3) : Sur codelyoko.net ou bien ici

Projet en cours : "Code Lyoko : Le résumé idiot"
Progression : En stand by pour l'instant
PrécédenteSuivante

Retourner vers Romance

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by STSoftware.
Traduction par phpBB-fr.com