Hors du temps

Ici, imaginez les situations les plus originales possibles ! Nouvelles attaques, nouveaux personnages, nouvelles stratégies... Soyez inventif !

Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 163

Inscription: 17 Avr 2013, 20:51

Localisation: Dans la Lune...

Message 09 Avr 2014, 15:35

Hors du temps

Après plusieurs mois à chercher désespérément de l'inspiration pour Espoir en vain, j'ai décidé de faire une pause (je n'abandonne jamais vraiment les fanfics, mais là je sèche) pour me concentrer sur une fic venant vraiment de moi, cette fois-ci, et - j'estime - avec une qualité meilleure que celle d'Espoir. Après, ce n'est pas à moi d'en juger :sm6: . Pour le rythme, je ne sais pas trop, je verrais au cours de la fic, pour les chapitres, ils feront environ 2500 mots, donc à peu près 4-5 pages OpenOffice (et oui, le titre est celui d'un film, mais je ne l'ai découvert qu'après avoir commencé et de toute façon, ça convient bien, donc je ne changerais pas) :


Hors du temps


Chapitre 1 : Oublier

Ils arrivèrent devant les hauts bâtiments du collège-lycée Kadic.
-C'est là ?, questionna la première des deux jeunes personnes.
La seconde ne prit même pas la peine de répondre et entra, suivie de son compagnon. Ils marchèrent au hasard dans la cour en observant les bâtiments jusqu'à apercevoir six adolescents.
De loin, on voyait trois garçons dont un blond qui portait des vêtements violets et une coupe pour le moins extravagante, un brun avec des habits de tons verts, un ténébreux avec des cheveux noirs de jais, et une fille avec des cheveux rose flashi et des vêtements du même goût. Ils s'approchèrent d'eux.
Le premier avait des cheveux blond et des yeux marrons, une veste rouge, noire et blanche accompagnée d'un jean bleu. Il avait des écouteurs dans les oreilles.. La seconde avait des cheveux blonds si clairs qu'ils étaient presque blancs, des yeux bleus, une veste blanche avec un T-shirt noir, et un jean de la même couleur. Ils portaient tous les deux des pendentifs argentés qui rappelaient celui avec lequel XANA les avait piégés le jour de la Saint-Valentin, deux ans plus tôt.
-Bonjour, salua la jeune fille. Vous savez où est l'administration ?
-Bien sûr, je peux même t'accompagner, si tu veux, minauda l'excentrique.
-Incorrigible, soupira le brun, puis, s'adressant aux deux nouveaux, vous entrez dans ce bâtiment et c'est à droite.
-Merci, répondit la jeune fille, au fait, je m'appelle Céleste.
-Divine, fit l'excentrique dans ses pensées.
-Non, Céleste !
Ulrich esquissa un sourire.
-Bien essayé, Odd ! Moi, c'est Ulrich.
Il fit les présentations du reste du groupe, puis Céleste présenta son camarade.
-Euh, jusqu'à preuve du contraire, il me semble que c'est un garçon, s'étonna Odd.
-Loup, fit ce dernier en retirant ses écouteurs, pas Lou ! Avec un "p" à la fin.
-Euh, jusqu'à preuve du contraire, il est humain, non ?
-Odd, par pitié, intervint Aelita.
-Oh, je déteste ce prénom..., se plaignit le visé.
-Bon, on doit y aller, on pourra peut-être étudier son cas une autre fois !, conclut Céleste en tirant Loup par le bras.
-Hé !
Céleste l'ignorant, il ne prit pas la peine de finir sa remarque et se laissa entraîner vers le bâtiment administratif.
-Pour un loup, il m'a pas l'air bien féroce, elle l'a dompté, ironisa Odd en souriant.
-Tu ne vas pas pouvoir t'empêcher de lancer des vannes sur son prénom, je suppose ?
Il fit semblant d'hésiter longuement.
-Faudrait me payer, lâcha-t-il.
Il arracha un sourire aux membres de la bande. Après un moment, ils décidèrent de bouger.
-Bon, vous venez ?
-Faire quoi ?
-Je sais pas... On a un aprèm' de libre, on pourrait aller en ville, proposa Aelita.
-Sans moi, plomba Ulrich.
-Pourquoi ?
-Je dois réviser.
-Hé ! Après Yumi et Jérémie, tu ne vas pas nous faire le même coup ?! On croirait entendre ton père !, s'emporta Odd.
Ulrich ne répondit pas et se dirigea vers les dortoirs.
-Lui, il va entendre parler de m|
-Non, Odd, le stoppa Aelita, laisse-le. Si c'est ce qu'il veut...
Il renonça à le suivre.
-Bon, on y va, en ville ?, demanda William.
Un ange passa.
-Désolé, je dois aller voir Jérémie.
-Hein ?!
-Je vais faire un tour dans le parc...
-Mais ?...
Ils le laissèrent seul. William se leva. Pourquoi était-il seul à nouveau ? Pourquoi le groupe se disloquait-il ? Était-ce XANA qui maintenait leur amitié ? Il ressassait ces questions depuis sa disparition. Une impression de flottement le prit. Il jeta un coup d'oeil autour de lui, mais chassa vite son accès de paranoïa.
-Je crois que je vais aller dans le parc, moi aussi, marmonna-t-il pour lui-même.
Une fois dans le calme de la forêt, les trois questions recommencèrent à le tarauder. Il envoya un message à Yumi. Elle lui répondit par la négative. Il alla donc s'asseoir dans un coin du parc. Là, personne ne le trouverait, il pourrait ruminer en paix comme il préférait le faire. Il s'assit tranquillement mais fut traversé une nouvelle fois par cette sensation de courant d'air. Il se leva immédiatement, sur le qui-vive, et resta un moment à regarder autour de lui en se convaincant qu'il était devenu parano. Il se rassit et put, cette fois, broyer du noir en silence.

.:.


-Désolée, William, murmura-t-elle tout bas en envoyant sa réponse. Mais rester avec vous...
«... ça me fait trop mal.» termina-t-elle dans sa tête. Elle croyait que ses amis l'aideraient à surmonter ses souvenirs amers de XANA, mais ils ne lui rappelaient que trop cette époque. Alors, elle avait pris la décision de ne plus les voir... même si cela impliquait quelques sacrifices personnels. Le visage d'Ulrich lui revint en mémoire. Non ! Pas lui ! Elle ne devait pas retourner vers eux, sinon elle souffrirait encore plus. De tout manière, c'était un hypocrite incapable d'avouer des sentiments dont il n'était même pas sûr !... Du moins, c'est ce dont elle essayait de se convaincre, mais n'y arrivait pas le moins du monde. Elle frappa la table pour chasser Ulrich de son esprit et se concentra sur ses révisions.

.:.


-Merci, au revoir !, salua Céleste.
-Au revoir, termina Mme Weber.
Ils sortirent du bureau et ne trouvèrent le bon bâtiment qu'après trois essais. Ils se dirigèrent vers les dortoirs puis se séparèrent à l'étage.
Céleste entra dans sa nouvelle chambre et commença à s'installer quand Aelita arriva dans son dos.
-Salut Aelita !, lâcha Céleste avant de se couvrir la bouche d'une main.
-Comment tu sais ça ?, s'étonna Aelita.
-Je... euh... je, c'est..., chercha-t-elle, Mme Weber qui me l'a dit !
Aelita fronça les sourcils sans commentaire.
-Tu veux que je t'aide?
-Ce ne serait pas de refus.
-...Dis, tu es la seule fille avec eux ?, relança Céleste après un silence.
-Non... enfin, presque. Il y avait Yumi, avant, mais depuis la rentrée, on ne se voit plus.
-Ah... et pourquoi ?
-Je ne sais pas. Je crois qu'elle veut se concentrer sur ses révisions.
Elles terminèrent de ranger les affaires de Céleste puis cette dernière descendit pour voir où en était Loup. En entrant dans sa chambre, elle vit William.
-Cool, vous vous connaissez déjà !
-Et toi, t'es tombée avec qui ?
-Aelita.
-Je plains la prochaine interne qui débarquera ici, insinua William.
-Pourquoi ?
-Parce que la seule chambre libre restante est celle de Sissi.
-La fille du proviseur ?, questionna Loup avant de se prendre un coup de coude de la part de Céleste.
-Comm|
-Non, non, c'est rien, s'étrangla Céleste, on...
-...l'a juste croisée dans les couloirs, ajouta Loup.
William les gratifia d'un regard suspicieux mais décida de passer l'éponge. Ils finirent d'installer Loup puis descendirent. En bas, ils trouvèrent Odd, Aelita et Jérémie.
-Tiens, Jérémie, c'est pas souvent que tu nous honores de ta présence, grinça William.
L'atmosphère sembla s'écraser sur les six adolescents. Aelita fit les présentations. Loup serra sa main et Jérémie sentit une vague d'énergie le traverser. Céleste envoya un regard glacial à Loup pendant que Jérémie s'interrogeait sur le phénomène. Il finit par se convaincre que c'était une illusion.
-Bon, faudrait pas manquer de leur présenter Rosa, non ?, se risqua innocemment Odd.
-C'est bon, on sait que t'as faim, soupira Aelita. Allez, venez !
Ils se rendirent donc au self. Une fois assis à table, ils commencèrent à parler des cours et à dresser le tableau des profs à Loup et Céleste. Odd, imitant Jim, projeta accidentellement son verre au sol. Ils furent pris d'une impression de flottement qui agaça William ; Loup reposa le verre sur la table qu'il venait de rattraper à quelques centimètres du sol, ce qui lui valut un nouveau coup de coude. Les Lyokoguerriers s'interrogèrent du regard pendant que Loup se plaignait. Ils finirent leur repas en silence puis montèrent dans leurs chambre. Loup et Céleste restèrent seuls.
-Qu'est-ce qui t'a pris ?! T'es pas bien ?!, s'emporta-t-elle.
-C'est bon, c'était un réflexe, et puis t'aurais fait pareil à ma place !, protesta-t-il.
-Non ! Je suis assez consciente de mon entourage pour contrôler une envie de traverser le temps, moi !
-Chut ! Mais ça va pas la tête ?! Imagine qu'on nous entende, raisonna Loup.
-Désolée... n'empêche, tu pourrais essayer de faire un peu plus attention aux autres au lieu de t'enfermer dans ta bulle. Tu vois ce que ça donne, après !
-OK, j'ai compris !
-Ne crois pas t'en ti|
-Je vais me doucher. Je ne suis pas sûr que tu aies envie de me suivre.
Elle fit une grimace dégoûtée puis abandonna, espérant seulement qu'il ne ferait pas encore des siennes.

.:.


Aelita se coucha face au plafond et se perdit dans la faible lumière de l'ampoule de sa chambre. Sa visite chez Jérémie s'était, comme d'habitude, mal passée. Elle avait, comme d'habitude, remit sur le tapis l'habituel sujet de leur amitié. Ils s'étaient, comme d'habitude, disputés. Et, pour la première fois, elle s'interrogeait sur la façon dont elle devait prendre les choses. Devait-elle laisser Jérémie à ses soi-disantes études et rester avec ses amis qui la comprenaientt, quitte à faire du mal à lui comme à elle, ou bien rester avec Jérémie et risquer de perdre Odd et William voire Ulrich, si elle ne l'avait pas déjà perdu. Sa vie lui parut être un puzzle. Un puzzle monté pièce par pièce pendant deux ans qu'elle aurait fracassé par terre en éteignant le Supercalculateur.

.:.


Ulrich ne parvenait pas à dormir. Même avec trois boules quiès enfoncées l'une sur l'autre dans les oreilles, même sans les ronflements d'Odd, l'image de Yumi lui apparaissait dès qu'il fermait les yeux. Il avait l'impression de se retenir à une branche, au-dessus du vide. Une branche ébréchée par un premier coup de marteau ayant résonné comme "Copains et puis c'est tout!", achevée par un second coup, un coup de vent, silencieux, passé derrière Yumi quand elle leur avait dit qu'ils se verraient moins souvent. Et maintenant, il tombait... tombait... et, comble du malheur, il avait le vertige.

.:.


Le lendemain, William dû déployer tous ses efforts pour tirer Loup du lit.
-T'es pire qu'Odd, toi !
-Nuance !!, s'exclama ce dernier en se levant d'un coup, au garde-à-vous, faisant sursauter William. Je me réveille difficilement, mais rapidement !
-Mouais, fit William peu convaincu.
Une fois en bas, ils rejoignirent les autres et virent Yumi.
-Salut Yumi, tu es sortie de ta tanière ?, blagua William.
-Très drôle, William.
Les amis firent les présentations puis Yumi partit en bredouillant une excuse incompréhensible. Ulrich soupira bruyamment.
-C'est qui ?, demanda Loup.
-Sa cop|
-Une amie..., coupa Ulrich.
Sans plus de parole, ils allèrent manger, sauf qu'Ulrich et Jérémie partirent entre temps. Ce fut au tour d'Aelita de soupirer.
-Mais c'est quoi, l'embrouille ?
-Ils disent vouloir réussir leur seconde... passe encore pour Ulrich et Yumi, mais Jérémie a 19 de moyenne, alors..., se désespéra Aelita.
-Pourquoi ils restent avec vous, alors ?
Un long silence s'en suivit, brisé par le son mat d'un coup de pied sous la table.
-Aïe, Céleste !
-Le..., commença-t-elle en s'approchant de son oreille, TACT !!!
Loup tomba de sa chaise sous le coup de l'étonnement. Tout le self éclata de rire.
-Je voulais dire, pourquoi ils vous ont lâché, comme ça ?
Personne ne répondit ni ne se donna la peine de le corriger. Lorsqu'ils sortirent, Céleste glissa un mot à Aelita et elles partirent plus loin.
-Qu'est-ce qu'elles ont ?
-Une envie de papoter entre filles, supposa Odd. Ça nous permettra de parler entre mecs.
-Si on omet ta voix de fillette, ça devrait aller, Odd, piqua William.
-Hé ! La tienne est tellement grave qu'on croirait que tu te dopes aux hormones !... Bref, Loup, combien t'as eu de copines ?
-Et c'est à moi qu'on parle de tact, soupira ce dernier.
-D'où tu viens ?, rectifia William.
-De loin, éluda-t-il.
-Mouais, ben c'est pas comme ça qu'on va mieux te connaître.

-Pourquoi Yumi s'est séparée de vous ?
-Je ne sais pas, mentit Aelita. Peut-être qu'elle en avait marre de sa relation par intermittences avec Ulrich.
-Elle sortait avec lui ?
-Pas officiellement...
-Bon, à toi, maintenant. Qui aimes-tu ?
-Jé... euh... je... euh... personne, rougit Aelita.
-J'ai touché un point sensible, je crois, triompha Céleste.
La sonnerie soulagea Aelita de la perspective d'un interrogatoire. Ils allèrent en cours d'histoire.
En plein cours, un élève lança un avion en papier depuis le fond de la classe. Loup, sans se retourner, saisit ses ciseaux et embrocha le projectile en plein vol, obtenant un énième coup de coude dans les côtes au passage.
Aelita commençait à se poser des questions. Qui étaient ces deux-là ? Ils n'avaient pas l'air faits pour s'entendre, et pourtant... Ils possédaient des dons étranges, aussi, elle en était convaincue. Elle allait devoir élucider ça. Mais pour l'heure, cours de volleyball.

Ils commencèrent une demi-heure après le début du cours, temps pris par l'éloge de Jim sur la noble discipline qu'était le volley.
-Odd, observe Céleste, chuchota Aelita.
-Pourquoi ça ?
-Je crois qu'elle et Loup ont des... dons.
-Tu deviens comme ton Jérémie, princesse... parano.
Elle rosit un peu puis se mit à espionner Loup le plus discrètement possible. Au bout d'un moment, elle remarqua qu'il rattrapait toutes les balles et savait vraisemblablement où elles allaient atterir. Peut-être jouait-il au volley ? Non. Il reprenait les balles, certes, mais ne les renvoyait dans le camp adverse que très aléatoirement. Elle commença à s'interroger sur ce don lorsque... elle prit un ballon sur la tempe et s'écroula.
-Aelita, ça va ?!, s'inquièta Jérémie.
-Oui... je... je crois que ça va...
Ils rougirent ensuite tous les deux en se rendant compte de la proximité de leurs visages.
-Et alors ?! On rêvasse ?, intervint Jim.
-Désolé, m'sieur, s'excusa Théo avec le ballon dans les mains, j'ai servi un peu trop fort...
-Bon, pas grave, à l'infirmerie, on ne sait jamais ! Et au pas de course !
Jérémie et Aelita le regardèrent bizarrement puis partirent à l'infirmerie.
-Jérémie, tu ne les trouves pas étranges, les nouveaux ?, s'enquit Aelita une fois loin du gymnase.
-Non... enfin, peut-être... je ne sais pas. C'est vrai que c'est pas commun de rattraper un verre qui tombe, mais c'est pas une raison...
-Ce n'est pas ce que je veux dire. Hier, je suis rentrée dans ma chamre et Céleste m'a reconnue sans me voir.
-Après XANA, on est tous un peu paranos, je crois.
-Qu'est-ce que vous avez tous avec la paranoïa ?
-On verra ça plus tard, Aelita.
Jérémie la laissa à l'infirmerie et repartit en songeant à la question de leur amitié, cette question qu'Aelita s'obstinait à poser. Sans XANA, il se sentait moins proche d'eux. Ils n'avaient presque rien en commun, sauf cette aventure, mais lui n'était jamais allé sur Lyoko. Et il s'éloignait des autres. De toute manière, toutes les bonnes choses ont une fin. «Mais pas les mauvaises...» lui souffla sa conscience avec ses agaçantes intonations angéliques. Il chassa cette idée de sa tête. Finalement, le "temps de XANA" avait peut-être eu quelques bon côtés...


Au fait... quand je saute une ligne, c'est qu'on change d'endroit mais pas de moment. Par contre, ceci est une ellipse :
.:.
Dernière édition par XANA's heir le 26 Avr 2014, 22:23, édité 3 fois.
Inspirations que vous pourriez aimer :
-Phaenomen d'Erik L'Homme
-Artemis Fowl d'Eoin Colfer
-CHERUB de Robert Muchamore
-Gone de Michael Grant
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 180

Inscription: 24 Déc 2012, 18:53

Localisation: Dans une tour, cherchant des idées pour écrire.

Message 09 Avr 2014, 19:43

Re: Hors du temps

Interessant...Au vu du titre, je dirais que Loup et Céleste sont des voyageurs du temps d'où leur pouvoirs de figer le temps ou un truc du genre....quoiqu'il en soit, c'est le genre d'histoire que j'aime... :D

Juste une chose: t'étais obligé d'empirer leur relations? Elle est déjà assez compliqué comme ça :P

Loup Céleste....On dirait que c'est tiré du jeu Okami :lol:
La passion et les rêves sont comme le temps: rien ne peut les arrêter.
Code Lyoko Reborn
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 163

Inscription: 17 Avr 2013, 20:51

Localisation: Dans la Lune...

Message 09 Avr 2014, 19:56

Re: Hors du temps

T'as en partie raison... j'en dis pas plus.
Pour la seconde question... on ne t'a jamais dit que j'étais un psychopathe en puissance ?! :sm27: :twisted:
Et la troisième : Loup et Céleste... je ne sais même pas de quoi tu parles, je ne connais pas ce jeu, "Okami" (loup en japonais) :roll: , c'est juste pour certains titres de chapitres et pour les blagues d'Odd en fait :lol:
Dernière édition par XANA's heir le 26 Avr 2014, 22:08, édité 1 fois.
Inspirations que vous pourriez aimer :
-Phaenomen d'Erik L'Homme
-Artemis Fowl d'Eoin Colfer
-CHERUB de Robert Muchamore
-Gone de Michael Grant
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 180

Inscription: 24 Déc 2012, 18:53

Localisation: Dans une tour, cherchant des idées pour écrire.

Message 09 Avr 2014, 22:10

Re: Hors du temps

Je t'ai vexé? excuse moi...je fais souvent cette bourde...Mes commentaire sont sans mauvaises pensés et tinté d'humour lol Je suis maladroit dans mes propos mais jamais méchant.

"Okami" est un jeu édité par capcom et semblable à un "Legend of Zelda": Objet, combat, donjon, etc...Quant au scénario, c'est la déesse du soleil qui se réincarne en loup(D'où le loup céleste) pour protéger le Japon des yokais tel que Yamato no Orochi(une sorte de serpent géant à huit tête)...Personnellement, j'ai aimé ce jeu: joli, belle musique, une bonne dose d'humour et une certaine originalité. Toutefois, le jeu est basé sur le Japon donc il faut avoir un minimum de culture sur le pays du soleil levant...

Et maintenant pour revenir dans le vif du sujet: c'est quand la suite? je suis impatient...
La passion et les rêves sont comme le temps: rien ne peut les arrêter.
Code Lyoko Reborn
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 163

Inscription: 17 Avr 2013, 20:51

Localisation: Dans la Lune...

Message 09 Avr 2014, 23:05

Re: Hors du temps

La suite ? la semaine prochaine, après mardi... ou plus tard :?

Ah et au fait, tu ne m'as pas du tout vexé c'est juste que je connaissais pas ce jeu. Je me coucherai moins bête... à moins que tu ne parles de la première réponse...? en tout cas je ne me sens pas plus vexé que d'habitude :sm6:
Inspirations que vous pourriez aimer :
-Phaenomen d'Erik L'Homme
-Artemis Fowl d'Eoin Colfer
-CHERUB de Robert Muchamore
-Gone de Michael Grant

Lyokophile à vie

Messages: 228

Inscription: 07 Nov 2009, 22:38

Message 10 Avr 2014, 18:01

Re: Hors du temps

Interessant, donc celeste et loup semblent avoir des pouvoirs.
Au fait est ce que Odd sera en couple avec une fille dans ta fic (ou il sera l'eternel célibataire)?
Sa serait bien qu'il se case (pas de sam ou sissi).
Hate de voir la suite
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 163

Inscription: 17 Avr 2013, 20:51

Localisation: Dans la Lune...

Message 11 Avr 2014, 18:51

Re: Hors du temps

Oh mais non, je déteste les âmes esseulées... donc normalement tout le monde sera casé, pas de célib-à-terre :sm6:
Inspirations que vous pourriez aimer :
-Phaenomen d'Erik L'Homme
-Artemis Fowl d'Eoin Colfer
-CHERUB de Robert Muchamore
-Gone de Michael Grant
Avatar de l’utilisateur

Lyokophile à vie

Messages: 242

Inscription: 02 Déc 2007, 12:58

Localisation: Rentré "au pays"

Message 16 Avr 2014, 00:48

Re: Hors du temps

En voila, une fic intéressante. Le style est sympa et l'intrigue maîtrisée. De plus, les fautes d'orthographe sont quasi inexistantes. (Je n'en ai trouvé qu'une seule : "Faudrait me payer, lâcha-t-il.")

Cependant, il y a quelques trucs qui m'intriguent dans cette histoire :
  • Je trouve Aélita est bien clairvoyante devant les détails subtils qui pourraient trahir les "pouvoirs" de Céleste, alors que Jérémie semble complètement aveugle devant l'énormité commise par Loup. Il se prend un coup de jus dans le bras et il trouve ça normal ! :shock:
  • Les amitiés qui se sont délitées peu à peu au point que les héros me donnent l'impression de rester entre eux juste pour la forme, pour ne pas être tous seuls dans la cour. Bizarre, tout ça. Il a dû se passer un truc entre eux que tu ne nous as pas encore raconté. (Enfin j'imagine)
  • Yumi qui fait bande à part ?! Ça me surprend un peu. Mais après tout, pourquoi pas ? Surtout que tu le dis toi-même : il n'y aura pas de "célib' à terre" dans cette fic. Alors, j'attends de voir ce que ça va donner.
  • Que peuvent bien cacher Loup et Céleste ?
  • Par contre : Odd qui fait des blagues toujours aussi foireuses :D Et toujours aussi dragueur!

Bref, je me demande bien ce que tout cela peut bien cacher.
Et donc, j'attends moi aussi la suite pour voir ce qui va arriver à nos héros préférés.
MES NOUVELLES FIC : Code Lyoko M.d.R. (Humour, quand tu nous tiens!) et Du cœur à l'ouvrage (Oh! Comme c'est mignon!)

VIENDEZ VOIR MES AUTRES FIC!!! Protocole Carthage (version 2), Je ne t'attends plus (terminée) et Sacré Jimbo! (one shot).

Non, je ne m'appelle pas Ann!!! Appelez-moi Vince. (Hé oui! Je suis un mec!!!)
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 163

Inscription: 17 Avr 2013, 20:51

Localisation: Dans la Lune...

Message 16 Avr 2014, 11:43

Re: Hors du temps

Ann O'Neemm, c'est parce que, c'est vrai, je ne l'ai pas expliqué dans ce chapitre, je ferai peut-être un édit un de ces jours pour corriger ça, je me suis basé sur le fait qu'Aelita est toujours inquiétée par XANA (comme dans CLE) et est attentive aux moindres phénomènes, alors que Jérémie est sûr de lui et de son virus (encore comme dans CLE) et ne veut pas admettre d'autres "trucs" paranormaux, c'est pour ça qu'il préfère ne pas faire attention.

En attendant la suite arrivera ce week-end.
Inspirations que vous pourriez aimer :
-Phaenomen d'Erik L'Homme
-Artemis Fowl d'Eoin Colfer
-CHERUB de Robert Muchamore
-Gone de Michael Grant
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 163

Inscription: 17 Avr 2013, 20:51

Localisation: Dans la Lune...

Message 18 Avr 2014, 16:55

Re: Hors du temps

Chapitre 2 : Recoller les morceaux...

En cours de maths, Loup se retrouva à côté d'Ulrich sur décision du professeur.
-Pourquoi tu ne restes pas avec tes amis ?, interrogea-t-il.
-C'est mon problème.
-Hé, pas la peine d'être agressif ! J'essaie de faire connaissance.
-Si tu veux tout savoir..., commença Ulrich, tu ne le sauras pas.
-Super... Je suppose que tu ne vas pas me dire non plus pourquoi tu restais avec eux avant ?
-Disons... qu'on avait un secret à garder.
-Le secret rapproche les gens, murmura Loup pour lui.
Ulrich le regarda bizarrement.
-Et Yumi ?
-Hein ?!, rougit-il.
-Odd m'a dit que vous sortiez presque ensemble.
-Lui, il ne perd rien pour attendre...
-Et c'est vrai ?
-Oui... enfin, presque. C'était un peu les montagnes russes, notre relation. Mais elle veut se concentrer sur ses révisions, maintenant. On ne se voit plus, s'attrista Ulrich en baissant les yeux.
-Tu es sûr qu'il n'y a pas autre chose ?
-Quand bien même il y aurait autre chose, ça ne te concerne pas.
Loup abandonna. Ils restèrent silencieux jusqu'à la fin du cours. Ulrich monta dans sa chambre et réfléchit pendant une demi-heure. Enfin, il se décida à envoyer un message à Yumi.

Est-ce qu'on peut se voir ?


Elle répondit par la négative. Il lui demanda pourquoi, mais cette fois, elle ne répondit pas. Il s'allongea sur son lit sans pouvoir chasser le visage de Yumi, comme d'habitude. Loup avait raison de poser ces questions, en fin de compte. Pourquoi s'était-elle éloignée d'eux ? Il ne croyait pas au prétexte des révisions. Même lorsqu'ils avaient l'occasion de se parler, elle trouvait une raison parfois invraisemblable pour s'éclipser.
Soudain, Kiwi se mit à aboyer. Ulrich se jeta quasiment dessus pour le faire taire, mais il s'obstinait à hurler à la mort. Puis, il se tut et commença à essayer de grimper sur l'armoire, sans succès, et tomba. À ce moment, Ulrich eut le sentiment que la gravité se suspendait. Un instant seulement... mais un instant de trop. Il perdit l'équilibre mais se releva à toute vitesse et se mit en position de combat. Mais Kiwi s'était calmé. Il n'y avait rien dans la pièce.

-Et comment est-ce|
Céleste s'arrêta net de parler et s'écroula en se tenant la tête.
-Céleste ! Ça va ?, s'inquièta Aelita.
-Je... oui... c'est rien... juste une migraine. Je crois que ça va aller, rassura-t-elle.
-Ça te prend souvent ?
-Quelquefois... et je ne sais pas pourquoi...
-Et donc, qu'est-ce que t'allait me demander ?
-Comment tu les avais rencontrés.
-Ah... hé bien..., balbutia Aelita, disons que... j'étais perdue, et qu'ils ont pris beaucoup de risques pour moi.
-Des risques ?, s'étonna Céleste.
-On peut le dire comme ça..., éluda Aelita.
«Si elle savait... mais, personne ne sait.»
-Bon, je dois aller voir Jérémie.
-Comme toujours. Je me demande ce qui te plaît tant dans le fait d'aller le voir, insinua Céleste avec un clin d'oeil.
Aelita rougit fortement puis partit sans plus de commentaires. Céleste se dirigea vers les dortoirs des filles.

Ulrich se détendit un peu. «Tu deviens parano, mon vieux.»
Un coup de vent sorti de nulle part fit voler sa veste. Il tourna sur lui-même à toute vitesse. Sa lampe tomba et se brisa par terre sans raison apparente. Il resta en alerte pendant une trentaine de secondes, mais préféra ne pas s'attarder là-dessus, croyant halluciner, et entreprit de ramasser les morceaux de verre.

Céleste descendit les escaliers. Elle croisa Odd et la migraine la reprit brutalement. Elle lui tomba dessus et ils manquèrent de basculer, mais Odd la rattrapa.
-Céleste ! Qu'est-ce qui t'arrive ?!
-Encore...
-Hein ?
Elle s'évanouit dans ses bras. Odd resta incrédule un moment puis la porta tant bien que mal jusqu'au rez-de-chaussée où se trouvait William.
-Tiens, tu tombes à pic ! Aide-moi à la porter.
-Qu'est-ce qui s'est passé ?
-Je sais pas. Elle est tombée dans les pommes sans raison.
William leva un sourcil mais l'aida à porter Céleste à l'infirmerie. Une fois là-bas, ils restèrent un moment vers son lit. Ce fut Odd qui brisa le silence.
-Tu sais... Je suis|
-Désolé ?, devina William. Ouais, je sais, tu me l'a dis des centaines de fois et je t'ai dit autant de fois que je t'avais pardonné.
-Oui, mais ça n'a pas remit les choses en place entre nous.
-... Écoute, Odd, c'est pas ta faute, t'étais juste énervé... un peu plus que d'habitude.
-Mais du coup, Ulrich ne veut plus te|
-Bon ! C'est du passé, Odd. Ça s'arrangera avec Ulrich, t'inquiète !, termina William.
Il remonta ensuite dans sa chambre.

-Loup, tu sais que|
-Céleste est tombée dans les pommes ? Ouais. Ça lui arrive souvent.
William lui jeta un regard consterné.
-Mais t'es devin ?
-Presque...
Il écarquilla encore plus les yeux puis secoua la tête.
-Mais nan ! J'rigole, je vous ai juste... vu la transporter à l'infirmerie, se rattrapa Loup.
William sortit ses affaires et commença à faire un devoir de dernière minute. Il ne put s'empêcher de jeter un coup d'oeil à l'ordinateur portable de Loup, alors que celui-ci était parti aux toilettes. Ce qu'il vit le surprit. Il regarda autour de lui et hésita un long moment puis, trop intrigué, saisit son portable et prit le document en photo. Après cela, pour ne pas regretter son geste, il se replongea dans son travail en prenant la décision de ne pas en parler à son camarade de chambre. "Je me demande ce qu'en pensera Jérémie", réfléchit-il une dernière fois.

Jérémie, justement, pensait aux deux intriguants nouveaux. Les paroles d'Aelita lui revenaient en mémoire. D'accord, il avait ressenti une sensation bizarre, mais pourquoi n'aurait-ce pas été un coup d'éléctricité statique ou bien un nerf tapé accidentellement. Et puis, Loup semblait assez blagueur pour lui faire le coup de la poignée de main électrique.
William entra en trombe dans la chambre. Jérémie, étonné, ferma précipitemment son ordinateur.
-William ?! Qu'est-ce que tu fais là ?
-Je crois..., commença-t-il essouflé, que j'ai un truc intéressant.
Il déposa son portable sur le bureau. Jérémie le regarda, intrigué, puis se pencha sur la photo.
-Ben... où t'as eu ça ?
-C'est ce qu'il y avait sur l'ordi de Loup...
-... Bon, je sais que c'est indiscret, mais il faudrait que tu récupères les fichiers sur une clé USB.
-Attend, t'es malade ! C'est complètement illé|
-Tu sais quoi, William ? Si tu fais ça, j'arrangerai le coup avec Ulrich.
William fronça les sourcils, pris dans un dilemme, mais accepta finalement et repartit. Jérémie se demanda alors s'il n'avait pas pris un trop grand engagement.

Aelita arriva dans sa chambre en repensant à Céleste avec inquiètude mais tout de même intriguée. Elle chercha sans succès des médicaments qui auraient pu expliquer une quelconque maladie. Alors, la porte frappa le mur sèchement, la faisant se retourner immédiatement. Il n'y avait rien dans l'encadrement, mais elle sentit pourtant un mouvement près d'elle. En même temps, un tournis la prit, et elle ferma les yeux pour rétablir son équilibre. Lorsqu'elle les rouvrit, elle trouva la chambre changée et mit un certain temps à comprendre qu'elle était "inversée". La photo à gauche du bureau était maintenant à droite. Elle commença à paniquer.
-Calme-toi... calme-toi ! C'est pas le moment de s'affoler !, se raisonna-t-elle alors que des coups retentissaient autour d'elle.
Malgré cela, elle s'avança vers le bureau sans tenir compte de l'agitation, étrangement calme, comme attirée par l'objet qu'elle venait de repérer sur celui-ci. Elle était sûre qu'il n'était pas là dans la chambre "originale". C'était une sorte de... boule indéfinissable qui flottait dans un cadre métallique. Elle s'approcha pour la saisir mais un coup de vent l'en empêcha. Elle distingua l'espace d'un instant la silhouette d'une main se posant sur l'appareil. Puis... la porte frappa le mur sèchement. Elle sortit de sa torpeur, se retourna mais ne vit rien. La porte était ouverte vers sa gauche à présent... elle constata que la chambre était redevenue normale. Elle tourna et retourna le problème dans tous les sens mais mit finalement ces évènements sur le compte d'un rêve ou d'une hallucination, elle quitta la chambre comme elle y était entrée : songeuse, tout en se promettant de tirer cette affaire au clair plus tard, convaincue malgré ce qu'elle avait conclu que ce rêve n'en était pas un.

William revint rapidement en maugréant qu'il pourrait être arrêté pour ce qu'il avait fait. Mais il était tout de même tiraillé par l'envie de voir le groupe se reformer, et déposa donc sa clé USB sur le bureau de Jérémie puis repartit à toute vitesse.
Jérémie observa le résultat. C'était des suites interminables de lettres : A, T, G et C. Pour lui, bien sûr, ça n'avait aucun secret. Des analyses ADN. Ça n'avait rien d'exceptionnel, mais elles n'avaient rien à faire dans les fichiers d'un lycéen normal. Sa méfiance habituelle, qu'il qualifiait de prudence, le décida à pousser plus loin l'étude des codes. Mais son ordinateur ne pourrait pas l'y aider.

.:.


Les héros ne virent pas Loup et Céleste durant l'après-midi, ni au dîner.
-Vous avez vu Loup et Céleste ?, s'enquit William.
-Non, c'est bizarre.
-En plus, Céleste n'est pas entrée dans la chambre de tout l'aprèm', ajouta Aelita.
-C'est normal, elle est tombée dans les pommes, et on l'a emmenée à l'infirmerie, avoua Odd.
-Il sont peut-être là-bas, alors.
-On ira voir après le repas.

Mais une fois là-bas, Yolande leur affirma que Céleste était partie manger vers 13h et n'était pas revenue. Ils ne les trouvèrent nulle part et décidèrent d'aller se coucher faute de piste.

.:.


Le réveil d'Ulrich sonna. Il tomba sur son lit et se releva précipitamment.
-Gu'est-ze gui ze pazze ?, marmonna Odd à moitié endormi.
Ulrich ne répondit pas et entreprit d'éteindre son réveil. Avant qu'il ne le touche, celui-ci tomba par terre. Il recula.
-Odd, il se passe des choses zarb'...
Mais Odd n'était plus sur son lit. Il se trouvait sur celui d'Ulrich.
-Odd, qu'est-ce que tu fous sur mon lit ?!
-Hein, quoi ?, réagit ce dernier après un temps.
Ulrich remarqua son réveil... à côté du lit d'Odd. Il s'approcha avec une extrême lenteur et ouvrit le tiroir sous ce qu'il pensait être son lit, et Kiwi en sortit.
-ODD, REVEILLE-TOI !!!, hurla-t-il.
-Quoi ?!, sursauta le concerné.
-Regarde où tu es...
Soudain, un air froid chatouilla la nuque d'Ulrich qui fit volte-face et vit le fenêtre ouverte. Il lui jeta un regard suspicieux, puis, se retournant, ne trouva pas Odd des yeux.
-Ben quoi ?, s'étonna ce dernier. Je suis sur mon lit, comme la plupart du temps, continua-t-il avec un sourire.
Et effectivement, Odd était à nouveau à sa droite. Ulrich se pinça l'arête du nez en fermant les yeux longuement puis décida de ne pas inquiéter son camarade de chambre.
-C'est rien..., déclara-t-il. Je suis juste mal réveillé...
Sur cette pseudo-explication, ils allèrent se doucher.

William se dirigea vers la porte de sa chambre avec ses affaires de toilettes, et se heurta contre le mur. Il recula en l'insultant, puis leva un sourcil. En effet, il se trouvait devant sa fenêtre alors qu'il croyait ouvrir la porte. Il secoua la tête et ouvrit la "vraie" porte... mais se rattrapa de justesse en se retrouvant au-dessus du vide de deux étages qui le séparait de la cour. Encore une fois, il recula et sentit un contact dans son dos. La porte s'ouvrit derrière lui et il s'étala dans le couloir, la fenêtre au fond de sa chambre, fermée, en face de lui. Les autres élèves le regardèrent de travers. Il n'en tint pas compte et continua vers les douches en scrutant les murs avec une insistance malsaine.

Yumi se réveilla avec une mal de crâne atroce. Dès qu'elle ouvrit les yeux, elle s'écrasa sur le sol un mètre plus bas. Elle se releva les yeus maitenant écarquillés, et, entendant un craquement, regarda au-dessus d'elle et vit son lit chuter du plafond. Elle roula pour l'éviter. À ce moment, tous les objets de sa chambre se fracassèrent par terre. Puis, elle s'écrasa à nouveau, sur le dos cette fois. En se le massant, elle découvrit sa chambre dans l'état habituel des choses. Elle l'observa pendant plusieurs minutes pour détecter la moindre anomalie, mais plus rien. Le sol était par terre, et le plafond au-dessus. Elle descendit alors pour se préparer en se convaincant qu'elle avait fait une – très – mauvaise chute.

Aelita ouvrit difficilement les yeux à cause du soudain afflu de lumière. Pourtant, se fenêtre était fermée. Elle jeta un oeil à son lit... les draps et l'oreiller étaient noirs. Son pyjama était, lui, bleu pâle. Inquiète, elle se frotta les yeux. En les rouvrant, elle ne vit rien, puis alluma la lumière. Elle songea un moment puis attribua ces couleurs étranges à son réveil brutal tout en les rangeant dans un coin de son esprit avec les évènements de la veille.

Jérémie émergea sur son bureau. Pas sur son clavier, sur son bureau. La première chose qu'il vit fut son ordinateur déposé par terre devant son armoire. La seconde fut son lit devant la porte. Et la troisième fut sa fenêtre dans le mur opposé à l'habituel. Il descendit et s'attarda sur l'étrange disposition des objets, pas assez éveillé pour réfléchir. Mais il fut pris d'un effroyable tournis et s'écroula. Tous les objets se mélangèrent dans sa vision. Lorsqu'il put voir clairement, sa chambre était revenue à la normale. Il mit ses lunettes et sortit perplexe.

.:.


Les cinq internes se retrouvèrent au petit-déjeuner. Ils s'interpellèrent tous en même temps dès qu'ils se virent.
-Woh ! On se calme, chacun son tour, intervint Jérémie. Aelita, vas-y.
-Ce matin, j'ai eu l'impression de voir en négatif un court moment, dit-elle.
-Moi, je me suis d'abord réveillé en tombant, narra Ulrich. Après, mon réveil est tombé tout seul, et Odd était sur mon lit alors que mon réveil était près du sien. En plus, Kiwi était sous MON lit ! Ensuite, la fenêtre s'est ouverte toute seule et tout était revenu à sa place.
-T'es sûr ?, douta Odd qui s'était perdu dans les explications de son camarade.
Les autres le regardaient d'un air perplexe.
-Puisque je vous le dis !
-Bon, on te croit, accorda William. De toute manière, il m'est arrivé la même chose : ma porte a changé de côté et je me suis retrouvé pendu au-dessus du vide en l'ouvrant.
-..., réfléchit Jérémie, moi, c'était n'importe quoi. Tous les objets étaient à l'endroit le moins probable. Après, j'ai eu un tournis pas possible et tout était redevenu normal.
À ce moment, alors que les héros se regardaient, stupéfaits, Yumi déboula dans le réfectoire et raconta sa propre anomalie. Puis, ils se regardèrent à peu près tous de travers. Odd crut que le sol allait s'ouvrir sous lui, mais rien ne se passa et son colocataire continua sur le même sujet en détournant ses yeux de ceux de William.
-Vous croyez que c'est lié à Lyoko ?, supposa Ulrich après un silence.
-À quoi d'autre ?, éluda Jérémie.
-D'ailleurs, Loup n'est pas revenu dormir, tant qu'on parle de problèmes.
-Céleste non plus, s'inquièta Aelita.
-C'est leur problème, après tout, hein ! Concentrons-nous sur les notres, d'abord, raisonna Odd.
Les autres le scrutèrent médusés.
-Ben quoi ? Qu'est-ce que vous pensez que j'ai fait ?, s'étonna le visé.
-Odd qui dit des trucs sensés..., soupira Yumi. Une anomalie de plus !
Les héros sourirent malgré leurs problèmes, sans tenir compte des protestations d'Odd. Ils décidèrent quand même de faire un tour à l'usine après les cours.

.:.


Un goût amer dans la bouche accompagné d'appréhension grandissante, ils rallumèrent le Supercalculateur dans un flamboiement de lumière. Ils remontèrent ensuite et patientèrent dans l'anxiété pendant que Jérémie lançait des analyses. Soudain, Odd fut violemment projeté à terre.
-Ulrich, c'est p|
Le concerné s'envola et retomba durement. Aelita, Yumi, et William se tournèrent, sentant des contacts ou entendant des pas proches. Ils ressentirent alors une sensation de flottement bien connue. L'espace d'un instant, ils crurent apercevoir l'air libre puis revinrent dans le pièce, alertes. Jérémie n'avait rien remarqué. Ils se regardèrent avec consternation mais ne voulurent pas l'informer pour ne pas le déconcentrer. Quelques minutes plus tard, il leur annonça qu'il n'y avait rien.
-On va quand même faire des analyses. Allez aux scanners, intima-t-il.
Ils s'exécutèrent et ressentirent tour à tour une impression oubliée.
-Rien non plus, déclara-t-il avec incompréhension.
-C'est vraiment louche.
-Je te le fais pas dire, rajouta Odd.
Ils éteignirent donc à nouveau la machine et repartirent, soulagés et dépités à la fois.

Ils franchirent le pont de l'usine. Les cheveux de Yumi volèrent. Elle se retourna et regarda sans la voir une silhouette lumineuse se détacher de l'ombre.
-Quelque chose, Yumi ?
-... Non, rien.
Inspirations que vous pourriez aimer :
-Phaenomen d'Erik L'Homme
-Artemis Fowl d'Eoin Colfer
-CHERUB de Robert Muchamore
-Gone de Michael Grant

Lyokophile à vie

Messages: 228

Inscription: 07 Nov 2009, 22:38

Message 20 Avr 2014, 01:34

Re: Hors du temps

Je me demande ce qui se passe avec toute ces bizarreries avec les LGs.
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 180

Inscription: 24 Déc 2012, 18:53

Localisation: Dans une tour, cherchant des idées pour écrire.

Message 20 Avr 2014, 19:29

Re: Hors du temps

Wow! Qu'est ce qui se passe? ils ont bu un coup de trop?
Voilà, la blague nul, c'est fait... :pale:

Non sérieusement: il se passe quoi? C'est quoi ces problèmes spatiaux qui frappe les lyoko-guerriers? Ils assistent a une fissure dans l'espace-temps? :thumbleft: La suite! La suite! La suite!.....Ah bah merci: Je redeviens un gamin de trois ans :P
La passion et les rêves sont comme le temps: rien ne peut les arrêter.
Code Lyoko Reborn
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 163

Inscription: 17 Avr 2013, 20:51

Localisation: Dans la Lune...

Message 26 Avr 2014, 22:03

Re: Hors du temps

Voilà le chap.3, assez court, désolé, mais il faut préserver le suspens :sm6: et plutôt centré sur Jérémie et Yumi, donc toon, tu vas être déçu, pas de bizarreries, pas d'explications, ce sera pour le suivant :? .

Ah, et pour la compréhension, les télomères sont des morceaux d'ADN qui se trouvent au bout de celui-ci et qui sont en quelque sorte des "fausses" gènes, qui ne servent à rien : quand les cellules se dédoublent (quand on grandit quoi), il y a toujours une perte, et ce sont ces télomères qui sont sacrifiés. :scratch:
En bref, sans télomères, on perd son code génétique et on décède. :silent:

Chapitre 3 : ... pour qu'ils se brisent mieux

Aelita rentra dans sa chambre.
-Salut, l'accueillit Céleste.
-Céleste ?! Où t'étais hier ?!
-Euh... ben..., hésita-t-elle. On... on a fait le mur.
-Hmm, fit Aelita peu convaincue.
Elle n'insista pas et sortit pour aller manger. Elle retrouva ses amis à leur table habituelle.
-Loup n'est pas là ?
-Il est revenu, mais il préfère rester dans la chambre, expliqua William.
-Et sinon, intervint Jérémie, personne n'a eu d'hallucinations ?
-Non, pas depuis ce midi.
-Moi non plus.
-... Aelita, ça va ?, demanda Jérémie.
-Je... non, rien.
-À quoi tu penses ?
-... Vous allez encore penser que je suis parano, mais je crois que... Loup et Céleste sont liés à nos visions...
-Encore des soupçons ?, s'étonna Odd. Qu'est-ce que t'as contre eux ?
-Rien, c'est juste que nos visions ont commencé lorsque Céleste s'est évanouie. Elles n'ont aucun lien avec le Supercalculateur, donc ce n'est pas Lyoko. Elles ont cessé lorsqu'ils sont réapparus, énuméra-t-elle. Et en plus, ils ont disparu sans que personne ne s'en rende compte.
-Qu'est-ce que tu veux dire ?, s'intrigua Yumi.
-Vous n'avez pas remarqué ? Aucun professeur ne leur a demandé de billet d'absence, aucune remarque de Jim, aucune convocation.
-Maintenant que tu le dis, c'est vrai que ça, c'est franchement bizarre, remarqua Odd.
-Bon, écoutez, commença Jérémie. Je sais bien qu'ils sont un peu "spéciaux", mais qu'est-ce qu'ils pourraient avoir à voir avec nos hallucinations ?
-Peut-être que ce sont eux qui nous ont poussé dans le labo, suggéra Odd. Si ça se trouve, ils sont invisibles !
-Dans le labo ?, s'étonna Jérémie.
-Odd...
-Oups ! Désolé...
-... En tout cas, il faudrait qu'on mène l'enquête. Ça devient inquiétant.
-OK. Aelita et William, planifia Jérémie, vous allez regarder si Céleste et Loup ont les cours d'hier dans leurs cahiers. Quant à moi, je vais aller voir dans les données du collèg|
-Illégalement, ne put s'empêcher de rappeler Odd.
-... Bref, je vais voir s'ils ils ont été notés absents. Ensuite, vous m'expliquerez ce qui s'est passé au labo, ajouta Jérémie avec plus d'insistance dans la voix.

.:.


Jérémie alluma son ordinateur et parcourut les fichiers d'absence. Il découvrit d'abord qu'Aelita avait raison et qu'aucun professeur ne les avait enregistrés absents. Ensuite, il trouva une information des plus louches : Loup et Céleste avaient gagné des points à l'évaluation orale en anglais, alors qu'ils n'étaient pas en cours. Il remonta ses lunettes en écarquillant les yeux. Aelita et William rentrèrent juste après dans la chambre.
-Alors ?, s'enquit Jérémie.
-Ils n'ont pas les cours, répondirent-ils en choeur.
Le petit génie fronça les sourcils et leur montra les dossiers du collège.
-Ils n'étaient pas absents ? Mais qu'est-ce que ça veut dire ?
-Vous voyez ?
-Attend. On sait qu'ils traînent dans des trucs pas nets, mais rien ne prouve que ce soit nos hallucinations, raisonna William.
-Hmm...
-Au fait, Jérémie, et les fichiers que je t'avais ramené ?, lui chuchota William sous le regard suspicieux d'Aelita qui ne pouvait entendre.
-Ah oui, mince ! J'irais demain à l'usine pour les analyser, répondit Jérémie à même volume.
-Tu as besoin du Supercalculateur ?!
-C'est... compliqué. Je t'expliquerai quand j'aurais quelque chose de concret.
-Bon... Bonne nuit, Jérémie.
-Ouais, à demain.

.:.


Ulrich arriva au réfectoire légèrement en retard, comme toutes les fois où il avait la patience d'attendre le réveil d'Odd.
-Salut.
-Salut !, répondirent les autres, déjà levés.
-Mais... euh...
-Ben quoi, Odd ? Ton cerveau a du mal à se mettre en marche ?, plaisanta Ulrich.
-Non, non, je me disais juste qu'il manquait un truc, là...
Les trois amis l'interrogèrent du regard.
-Au fait, Yumi n'est pas arrivé ?, questionna Ulrich.
Derrière lui, Odd se toucha le front en formant avec ses lèvres les mots : «Ah ! C'était ça qui manquait !», puis un coeur avec ses mains. Les autres pouffèrent de rire.
-Ben quoi ? C'est pas drôle !
-Désolé... Mais non, elle n'est pas là.
-C'est bizarre. D'habitude, à cette heure-ci...
-Oooh... On s'inquiète ?, dit Odd sur un ton exagérément appuyé.
-Odd !

Une fois sorti du self, Ulrich lui envoya un message sans réponse.
-Bon, vu qu'on a cours à neuf heures, je vais voir si elle n'est pas chez elle.
-C|
Ulrich coupa net Odd en lui plaquant la main sur la bouche.
-Tu dis quelque chose, je raconte à tout le monde le genre de fille que tu voudrais draguer en ce moment.
-Non, pitié ! Je me tais !
-C'est mieux..., dit-il en s'éloignant.
-De quoi il parlait ?
-Je... euh... je..., fit Odd en détournant le regard, s'intéressant soudain aux nuages, de rien de tout.
-Hmm...

Ulrich arriva devant la grande maison. Après avoir sonné plusieurs fois, il poussa le portail et entra. Il connaissait plus ou moins la maison depuis que XANA avait volé l'ADN de Yumi et qu'il avait dû récupérer sa robe. Il chercha partout mais ne trouva personne. Intrigué, il s'apprêtait à sortir quand il remarqua le portable de Yumi par terre. Il affichait encore un message. Un seul mot de la part d'Hiroki : «Accident». Il releva la tête et se précipita hors de la maison, en direction de l'hôpital.

.:.


Ulrich entra en courant dans le hall d'entrée. Il la balaya des yeux et aperçut Yumi dans la salle d'attente.
-Yumi !!, appela-t-il sans succès.
Il s'approcha d'elle et Hiroki, tous deux en pleurs.
-Qu'est-ce qui s'est passé ?... Yumi, répond.
-Mes *sanglot* parents... ils *sanglot* ils ont eu un... un accident !, cria-t-elle.
-Yumi, calme-toi... Comment vont-ils ?
Mais elle ne répondit pas. Ulrich envoya un message aux autres pour qu'ils le rejoignent et s'assit à côté d'elle et Yumi se blottit contre lui, toujours en pleurs. Il finit par passer un bras autour de ses épaules.

-Qu'est-ce qu'il y a, Aelita ?
-C'est, c'est... Yumi.
-Ben quoi, Yumi ? Elle est enc|
-Odd !
-Je me tais.
-Non... c'est..., continua Aelita les larmes aux yeux, ses parents sont à l'hôpital.
-Quoi ?!
-Non, c'est pas vrai ?
Aelita ne répondit pas. Les héros restèrent pétrifiés suite à la nouvelle, mais furent sortis de leur torpeur par William.
-Allez ! Il faut y aller !
Pas de réaction. Même pas un regard. Il serra les poings puis courut en direction de l'hôpital sans les attendre.

William arriva peu de temps avant les autres. Il demanda quelques détails à Ulrich mais rien de plus. Ils s'assirent tous à côté et tentèrent de réconforter Yumi. Jérémie profita de l'attente pour jeter un coup d'oeil aux analyses ADN, à défaut de pouvoir travailler sur le Supercalculateur.

ATTGCGGCA...

Tout avait l'air normal. À première vue et avec du matériel léger, du moins. Enfin... ce n'était pas le problème maintenant. Seulement, cela faisait déjà deux heures qu'ils étaient là au lieu d'aller en cours, et cela n'apporterait rien de rester en silence en attendant le verdict du médecin qui, Jérémie pensait – en bon pessimiste qu'il était – ne pourrait être que négatif. Il se leva donc ; ses amis ne le remarquèrent même pas, Ulrich réconfortant Yumi qui pleurait en silence, William qui se dévoilait attentionné et consolait Hiroki, Odd et Aelita qui dormaient... Jérémie contempla le visage d'ange de sa "princesse" un moment, l'esprit tourmenté par les mêmes questions rhétoriques que se posaient tous les amoureux, puis se força à détacher son regard d'elle et partit en direction de l'usine.

.:.


Il s'installa devant son ordinateur et lança une comparaison entre l'ADN des Lyokoguerriers, enregistré dans le Supercalculateur, et les codes de la clé USB, afin de détecter une anomalie. L'analyse ne dura pas longtemps. Jérémie fronça les sourcils. Il n'aimait pas ça. Cette sensation de mystère, l'impression que quelque chose lui échappait. Mais son expression sévère se changea bien vite en stupéfaction face au résultat. Les codes de la clé étaient beaucoup moins longs que les autres. Et pour cause, ils n'avaient pas de télomères. Il revérifia plusieurs fois, mais le rendu était toujours le même. Pas de télomères.
Intrigué, il inséra quand même un CD qu'il se remercia de n'avoir pas oublié dans le poste de contrôle. Il contenait un programme de modélisation, le même qu'il avait utilisé pour connaître la forme que prenaient les spectres de XANA. Sauf que depuis, il avait modifié son usage, qu'il pensait plus tard revendre à la police scientifique : il permettait maintenant de représenter approximativement un organisme à partir de son ADN. Il jeta un oeil au temps nécessaire à la projection... 17 heures et des poussières... et la modélisation commençait par le bas, donc impossible de voir la tête de l'inconnu à qui les gènes anormaux appartenaient. Il décida de retourner à l'hôpital.

Une fois dehors, la bruine commença à tomber. Jérémie sentit une colère incompréhensible monter en lui. De plus en plus forte, de plus en plus oppressante. Il regarda dans la grande rue et sa rage s'accentua. Il avait une envie irrépressible d'hurler sur tous les passants. Pourquoi ? Il n'en savait rien. Tous ces gens, âgés ou jeunes, parents ou enfants, pressés ou nonchalants, joyeux ou tristes, tous, il était en colère contre tous. Pourtant, ils n'avaient rien fait de mal.
...
"Rien fait de mal"... Voilà, c'était ça. Ça qu'il leur reprochait. Ils n'avaient rien fait de mal, mais avaient-ils fait quoi que ce soit de bien ? Non. Rien. Lui et ses amis s'étaient battus dans le secret, au péril de leur vie, pour sauver des gens qui ne les avaient pas remerciés, et qui – pour le peu qu'ils avaient tenté d'informer – avaient voulu les interner dans un asile, prévenir la police, le proviseur ou encore saboter ce qui leur permettait de survivre.
Certes, ils avaient eu la fierté d'avoir sauvé le monde, mais... Mais quoi, justement ? Encore une fois, il n'en savait rien. Ah, si ! Lui et sa méfi... prudence naturelle. À peine XANA était-il hors course que des soucis se profilaient au loin, avec ces sensations de mystère, ces codes étranges, ces hallucinations, cette paranoïa habituelle... Habituelle ? Oui, si habituelle depuis leur combat. D'ailleurs, XANA était-il vraiment hors course ? Il était revenu une fois déjà...
Jérémie secoua la tête puis la leva vers le ciel. Une ombre sembla passer devant les quelques rayons de soleil qui filtraient à travers les nuages. Il n'en tint pas compte et se concentra sur l'arc-en-ciel qui se dessinait au-dessus de l'usine.
Il tenta de se calmer en pensant aux choses positives que lui avait apporté cette histoire. Que lui avait-elle apporté, sinon de la tristesse, du regret, du risque... Tiens. Du risque, peut-être était-ce ça qui lui faisait regretter cette bataille ? Et puis... ah, oui ! C'est vrai. Des amis, des vrais. Ulrich, Odd, Yumi, William aussi. Même l'entêtement qu'avait montré Sissi à découvrir leur secret lui manquait, maintenant. Même Laura avait été une amie. Et puis... Aelita. Surtout Aelita. Seulement Aelita.
Il se remémora chaque trait, chaque détail de sa bien-aimée comme il l'avait vue tout-à-l'heure, à l'hôpital. Mais l'un d'eux le chiffonait. Il fouilla dans sa mémoire et se rappela une larme, au coin de son oeil, à laquelle il n'avait porté aucune attention peu avant. Et cela fit disparaître le peu de bonne humeur qu'il avait encore, cela accentua ses soupçons. Car, chaque fois qu'Aelita avait pleuré, la faute revenait à XANA. Et il le ressentait, au fond de lui, que c'était encore sa faute, que ce le serait toujours. Cette sensation désagréable d'acte manqué le torturait encore. Cette petite voix dans sa tête, qu'il se refusait à appeler conscience, lui répétait sans cesse que XANA était toujours là. Mais non ! Il avait vérifié tant de fois que XANA avait bien disparu que sa moyenne était passé en-dessous de 18 ce trimestre. Et pourtant, cette sensation de ne pas avoir fini le taraudait... oui, voilà, une sensation d'infini.
Il rigola doucement, d'un rire crispé, pour se rassurer. «Je ne suis pas doué pour les jeux de mots» fut sa dernière réflexion.
Il atteignit l'hôpital.

Il ne restait plus qu'Odd sur le banc d'attente.
-Où sont les autres ?, s'enquit Jérémie.
-En voyant que t'étais parti, ils m'ont demandé de rester ici pour te prévenir. Ils sont au commissariat pour régler l'accident, expliqua Odd.
-On y va ?

-Comment ça, pas retrouvées ?
-C'est un fait. Vos voitures n'ont pas été retrouvées.
Yumi et Hiroki se tenaient avec le conducteur, plâtré, qui avait subi l'accident lui aussi, en face d'un policier visiblement aussi perplexe qu'eux. La scène aurait très bien pu être joué au théâtre, et elle aurait amusé le public tout autant qu'une comédie.
-Vous voulez dire que vous avez perdu la trace de deux voitures de plus de 1500 kilos, accidentées, sur une autoroute creusée ?, s'étonna le conducteur qui ne croyait pas un mot du discours du policier.
-C'est bien cela, répondit-il gêné.
-Et peut-on savoir ce que vous comptez mettre dans votre dossier ? Que ses parents marchaient au beau milieu d'une autoroute et se sont faits renverser par un randonneur ?!, s'énerva William.
-On m'avait dit que la police était incompétente, mais là..., se plaignit le conducteur.
Le jeune agent se fit plus petit qu'Hiroki. Heureusement pour lui, le commissaire vint mettre un terme à cette discussion absurde et libéra les civils.

-Alors ?
-Vous ne nous croirez pas, annonça Ulrich.
Odd et Jérémie froncèrent les sourcils.
-Essaie toujours.
-Ils n'ont pas retrouvé les voitures.
-En effet, je ne vous crois pas.
-... Je suis sérieux, Odd. C'est ce qu'ils ont dit.
-Bon, intervint Jérémie. C'est louche, mais ce n'est pas le problème.
-Ouais, c'est bien connu, la police ne démèle que les problèmes qu'elle crée elle-même, blagua Odd.
-T'as quelque chose contre la police ?
-Ouais, c'est|
-Odd ! Le père de William est flic.
-Ah... ha ha... euh...
-C'est fini, vos âneries ?, reprocha Ulrich en fixant William.
William et Odd baissèrent la tête. Ils retournèrent à l'hôpital, Ulrich soutenant toujours Yumi, un peu moins gêné maintenant.
Inspirations que vous pourriez aimer :
-Phaenomen d'Erik L'Homme
-Artemis Fowl d'Eoin Colfer
-CHERUB de Robert Muchamore
-Gone de Michael Grant

Lyokophile à vie

Messages: 228

Inscription: 07 Nov 2009, 22:38

Message 27 Avr 2014, 02:18

Re: Hors du temps

Que ce passe t'il avec celeste et loup?
Pk Odd n'aime pas la police (il est pas délinquant)?
Aussi, je me demande si c'est par coïncidence que céleste s'est évanouit devant Odd ou c'est la présence d'Odd qui a déclenché la crise de celeste.
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 180

Inscription: 24 Déc 2012, 18:53

Localisation: Dans une tour, cherchant des idées pour écrire.

Message 27 Avr 2014, 13:11

Re: Hors du temps

petite théorie perso: La séquence ADN sans télomères n'appartiendrait pas à....Non, je vais me taire.... :P

Y a un détail qui me chiffonne: Pas de télomères? La/les personne(s) atteinte(s) a/ont soit un physique très vieux(genre garçon de 10 ans plus ridé qu'un pruneau), soit de multiple cancer....ce qui expliquerai certains malaises de personnage dans ta fic....Ou troisième théorie, moins réaliste, a/ont l'immortalité... :scratch:

J'avoue que les cliffhanger ça m'énerve même ça ne donne que plus envie de connaitre....que j'attend avec impatience. :thumbleft:
La passion et les rêves sont comme le temps: rien ne peut les arrêter.
Code Lyoko Reborn
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 163

Inscription: 17 Avr 2013, 20:51

Localisation: Dans la Lune...

Message 28 Avr 2014, 20:53

Re: Hors du temps

Thor94 => non non c'était juste pour la blague :D

toon => j'ai pas envie d'expliquer maintenant... :twisted:
Inspirations que vous pourriez aimer :
-Phaenomen d'Erik L'Homme
-Artemis Fowl d'Eoin Colfer
-CHERUB de Robert Muchamore
-Gone de Michael Grant
Avatar de l’utilisateur

Lyokophile à vie

Messages: 242

Inscription: 02 Déc 2007, 12:58

Localisation: Rentré "au pays"

Message 30 Avr 2014, 00:59

Re: Hors du temps

Hmmm... C'est bien mystérieux, tout ça.

Le passage avec William dans sa chambre est tellement rapide (dans le sens où l'action se déroule très vite) que j'ai dû le relire plusieurs fois pour bien le comprendre.

Céleste et Loup sont de plus en plus louches. J'aimerais bien savoir ce qu'ils cachent. M'avancerais-je un peu trop en disant qu'au moins l"un des deux a la capacité de manipuler l'espace à sa guise et que l'autre, au vu du titre de la fic, est capable de manipuler le temps ? Enfin, ça n'est qu'une supposition.

Et pour épaissir le mystère, les parents de Yumi qui ont accident de voiture sur l'autoroute, et dont les véhicules impliqués disparaissent... :scratch: Bizarre, tout ça.

Et pendant que j'y suis, Ulrich qui fait "chanter" Odd en le menaçant de dévoiler le genre de filles avec lequel le maigrichon a envie de sortir en ce moment + le fait que tu as dis qu'il n'y aurait pas de "célib' à terre" dans cette fic me font me demander si William ne va pas finir avec Céleste et Odd avec Loup... Après tout, le yaoi est très en vogue en ce moment! :lol:

Bref, j'attends de voir la suite pour voir comment ça va évoluer, et surtout découvrir ce que cachent les deux nouveaux venus.
MES NOUVELLES FIC : Code Lyoko M.d.R. (Humour, quand tu nous tiens!) et Du cœur à l'ouvrage (Oh! Comme c'est mignon!)

VIENDEZ VOIR MES AUTRES FIC!!! Protocole Carthage (version 2), Je ne t'attends plus (terminée) et Sacré Jimbo! (one shot).

Non, je ne m'appelle pas Ann!!! Appelez-moi Vince. (Hé oui! Je suis un mec!!!)
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 163

Inscription: 17 Avr 2013, 20:51

Localisation: Dans la Lune...

Message 30 Avr 2014, 02:34

Re: Hors du temps

Ben... pour le mystère, tu y es presque Ann O'Neemm :sm6: , et pour les couples... ben j'y avais pas pensé mais au vu de ce que j'ai prévu pour la suite, ça m'étonnerait que les couples que tu as mentionné apparaissent :scratch:

Et désolé pour les descriptions des effets secondaires de substances illicites anomalies mais c'est dur de décrire de façon compréhensible une situation censée n'avoir aucun sens :?
Inspirations que vous pourriez aimer :
-Phaenomen d'Erik L'Homme
-Artemis Fowl d'Eoin Colfer
-CHERUB de Robert Muchamore
-Gone de Michael Grant
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 163

Inscription: 17 Avr 2013, 20:51

Localisation: Dans la Lune...

Message 04 Mai 2014, 14:16

Re: Hors du temps

Chapitre 4 : Déjà-vu

-Si ça ne vous dérange pas, je préférerais rester un peu seule à l'hôpital.
-Tu es sûre ?, insista Ulrich.
-Laisse tomber, vieux. Allez, viens.
-Ne rentre pas trop tard...
-Oui, sourit Yumi.
Il était déjà 18 heures. La journée était passée vite. Son regard se perdit dans la foule qui s'amenuisait peu à peu, au fur et à mesure que l'heure tournait et que les gens partaient. Ne resta finalement que les passages des médecins dans la salle d'attente et les rares appels de patients provenant de l'accueil. Hiroki dormait sur un siège, épuisé par la journée.

-Yumi, l'interpella une voix féminine.
-... Céleste ?, reconnut-elle. Qu'est-ce que tu fais là ?
-Ben... je suis une amie, moi aussi, non ? Je m'inquiète pour toi.
-Merci. C'est sympa de ta part.
-Ça va ?
-Plus ou moins. C'est bizarre, maintenant, ça me fait l'effet d'un rêve, ce qui arrive. J'ai vraiment l'impression que c'est irréaliste.
-Irréaliste, oui..., murmura Céleste pour elle-même.
-Je croyais que c'était terminé, tous ces problèmes, et pourtant..., soupira Yumi.
-Tous ces problèmes ? De quoi tu parles ?
-Oh... je..., bégaya Yumi en se rendant compte qu'elle avait fait une bourde, c'est rien, c'est... du passé.
-Vous dites tous que "c'est du passé", et pourtant Aelita m'a dit que c'est grâce au passé que vous vous entendez si bien, s'intéressa Céleste. Qu'est-ce qui s'est passé à la fin ?
-Désolée... je peux pas t'en parler sans l'accord des autres, Céleste.
-Bon. Comme tu voudras.
-C'est étrange, quand même, ce rapport.
-Le rapport de la police ?
-Oui. Ils n'ont pas retrouvé les voitures.
-Oui, c'est vrai que c'est louche !, s'étonna Céleste... Attend..., où s'est déroulé l'accident ?!
-Sur l'A86, juste au Sud... il doit encore y avoir des équipes, ça ne fait pas si longtemps... Mais, pourquoi tu veux sav|
Son interlocutrice était déjà partie.

-Allo ? Allo ?
-Quoi ? Qui est|
-Loup, j'ai besoin de toi, vers l'A86, il s'est passé un truc louche !
-Louche ?
-Très louche !! Ramène-toi en vitesse ou tu le regretteras !
-OK-OK-pas-de-prob'-j'arrive *clic*.
Céleste soupira un grand coup puis se remit à courir. "Pitié, mon Dieu, faites qu'il apprenne la discrétion en arrivant !"

Jérémie se torturait les méninges depuis plus d'une heure sans succès. Pas de télomères. Aucun organisme normal ne pouvait vivre sans télomères...
William entra.
-Du nouveau ?
-Dans à peu près 15 heures, estima Jérémie.
-Et pour le rapport ? T'as trouvé quelque chose sur les voitures disparues ?
-Rien. C'est un mystère de plus, grogna Jérémie alors que la petite voix aux intonations d'ange revenait dans sa tête. Je crois que j'ai manqué un truc.
-Et ?
-Je veux dire... j'ai l'impression qu'il y a un lien entre tout ça.
-Encore ta paranoïa, Einstein, le prévint William. Aelita a fini par te convaincre.
-Ben, pour la calmer, tu voudrais pas me trouver autre chose sur l'ordi de Loup ?
-Pourquoi moi ?!
-Parce que tu es le seul colocataire de Loup disponible... Ah, non, le seul tout court, en fait, fit semblant d'oublier Jérémie.
-C'est bon, j'y vais...

.:.


William inséra une nouvelle fois sa clé dans l'ordinateur de Loup. Jérémie lui avait prêté un logiciel de craquage qui marchait à merveille. Il ne mit pas plus de cinq secondes à trouver le mot de passe. Il ouvrit ensuite les documents et s'étira un grand coup avant de se lancer : il allait devoir ouvrir tous les fichiers en moins d'une heure, et Loup semblait avoir la même fâcheuse habitude que Jérémie... Conserver tous ses fichiers, même obsolètes. William hésita un moment, puis fit craquer ses doigts « comme dans les films » pour reprendre contenance avant de se mettre au travail.

.:.


Elle atteignit épuisée le lieu de l'accident et se cacha pour éviter d'être repérée. Comme l'avait prévu Yumi, des équipes étaient encore là. Céleste constata qu'un périmètre de sécurité avait été établi autour de... de rien, en fait.
Bon. La voiture était-elle encore là ? "Pour ça, pas le choix...", se dit-elle en fermant les yeux. Elle se concentra du mieux qu'elle put mais sans succès et s'écroula par terre à cause de son effort inutile. Rien à faire. Loup était meilleur qu'elle pour ça. "Pfff... Tout ça à cause de la Br|"
Elle interrompit ses pensées en le voyant arriver et constatant que sa prière n'avait pas été exaucée. "Je savais que j'aurais dû croire en Dieu. Mais là, vu l'ampleur des dégâts, Il aurait pu réagir un peu. Enfin, c'est Loup, même Lui ne peut rien faire pour lui..."
Loup arriva en courant comme un dératé sans remarquer qu'il se trouvait exactement sur la déviation causée par l'accident. Une voiture lui fonça dessus. Céleste pria une nouvelle fois pour que les policiers ne remarquent pas ce qu'il comptait faire... ni le conducteur, d'ailleurs. Il traversa la voiture et réapparut près d'elle, en amont de la route.
-T'aurais pu faire attention, chuchota-t-elle sur un ton de réprimande.
-J'ai fait aussi vite que j'ai pu.
-"Vite" n'est pas antonyme de "discret", répliqua-t-elle exaspérée.
-Bon, où on en est ?... Attend, ne dis rien ! T'as pas réussi, c'est ça ?
-Arrête tes sarcasmes et dépêche !
-Oh, si on peut même plus rigoler...
Loup plissa le front et ferma les yeux. Son pendentif si mit à luir. Au bout de quelques secondes, il les rouvrit lumineux et scruta la zone.
-Alors ?, s'enquit Céleste.
-Apparemment, ce n'était qu'un accident : elles sont toujours là.
-Qu'est-ce qu'on fait ?
-Je sais pas. Je vois pas vraiment ce que ça peut faire...
-Ce que ça peut faire, moi non plus, mais ce que ça veut dire, c'est très clair, affirma-t-elle.
-S'ils sont là, on va devoir se dépêcher.
-Je te le fais pas dire... Bon, on peut déjà gagner du temps, je vais m'arranger pour faire disparaître tout ça.
-Mais ...?! Ça date d'il y a plus de 10 heures ! Tu vas|
-On n'a pas le choix. De toute façon, plus on attend, plus ce sera dur...
Elle réfléchit un moment puis tendit la main.
-Ton pendentif, demanda-t-elle finalement. J'en aurais besoin. Occupe-toi de Yumi.
-Il est déjà déchargé.
-Si tu ne t'étais pas jeté sur la route, aussi..., rappela-t-elle.
-'Toute façon, j'en aurais besoin pour Yumi, même s'il ne reste presque plus d'énergie.
Sans commentaire, Céleste se leva. Loup lui lança un regard entendu puis se remit à courir en direction de l'hôpital.

.:.


-Yumi ? Ça va ?
-Oh, Loup. Oui, oui, plus ou moins.
-Céleste m'a raconté pour l'accident. C'est vraiment bizarre, non ?
-Ouais...
-Comment ça s'est passé ?
Il s'imagina Céleste lui hurler "tact" dans les oreilles comme vingt fois par jour.
-Ben, j'étais pas là... Il n'y avait personne, donc pas de témoin non plus, et d'après l'autre conducteur, sobre, la voiture est apparue devant lui soudainement, narra Yumi.
-Mais... ça ne tient pas debout ?!
-Je sais, mais bon... pas de témoin, pas de témoignage..., se lamenta-t-elle.
Loup se tut un instant. "Faites que ça marche !"
-Tu sais, il n'y a peut-être même pas eu d'"accident".
-Hein ?
-Ben... moi je trouve ça bizarre.
-Pardon ?
"Allez, invente une histoire !" se commanda Loup pour stimuler son cerveau."Mon pendentif est à sec cette fois, alors va falloir m'améliorer."
-Peut-être que c'est un complot visant tes parents.
-Mais qu'est-ce que tu me racontes, là ?, s'étonna Yumi.
"Bon. C'est pas gagné." se découragea Loup. La sonnerie de son téléphone retentit.
-Allo ? Céleste ?
-C'est bon ?
-Je vais faire de mieux que je peux...
-C'est-à-dire moins bien que moi, rappela-t-elle.
-Haaa... T'occupe. Je vais me débrouiller. Dépêche-toi plutôt, j'ai pas envie de me retrouver seul pour la suite.
Elle raccrocha sans répondre. Loup se rassit doucement et attendit, inquiet. Ses cheveux voletèrent. "Bon. J'ai plus le temps pour les demi-mesures foireuses." se convainquit-il.
-Yumi ?
-Quoi ?
Il se concentra et le collier émit une faible lumière. Il inspira un grand coup.
-C'est un rêve, dit-il en insistant sur chaque syllabe.
-Hein ?
La lumière augmenta en intensité.
-Il n'y a pas eu d'accident, appuya-t-il très lentement.
Yumi ne répondit pas, et il se rassit avec soulagement et inquiétude à la fois. Quelques instants plus tard, sa veste flotta et la lumière s'intensifia dans la salle d'attente. Loup reçut un message à ce moment : "Dans ma chambre." Il se crispa soudainement. La lumière devint alors aveuglante et empli la salle.

.:.


Loup entrouvrit les yeux mais fut ébloui par l'afflu de lumière. Peu à peu, il s'habitua à la clarté ambiante et se rendit compte qu'il était sur son lit. Il mit dix secondes à se rappeler les évènements, puis sauta littéralement de son lit et se jeta hors de la chambre. Il dévala les escaliers quatre à quatre et déboula dans la chambre d'Aelita et Céleste. La réalité le frappa de plein fouet : il était à l'étage des filles, commetant une effraction doublée d'une scène très embarrassante, d'autant plus qu'il était en pyjama. Il détala encore plus vite qu'il était arrivé pour aller s'habiller et se doucher en se disant qu'Aelita saurait gérer ça toute seule... pour l'instant. Il fit donc tout son possible pour rester calme et descendit déjeuner avec William qui, heureusement, n'avait pas remarqué son manège.
Il jeta ensuite un oeil à son collier, devenu presque noir. "Sans énergie ni Céleste, je ne vois pas comment je me débrouillerais si je dois intervenir..." s'inquiéta-t-il.

.:.


-Salut !
Mais Loup fut le seul à les saluer. Et personne ne lui répondit.
-Ben, qu'est-ce qui se passe ?
Pas de réaction. Soudain, Aelita débarqua dans le self affolée.
-Les gars... Céleste est évanouie.
-Hein ?
-J'arrive pas à la réveiller, elle respire presque plus !
-... Bon, on va d'abord régler ça, proposa Jérémie.
-OK.

Après avoir essayé sans succès de réveiller Céleste, ils la transportèrent à l'infirmerie. Mais Yolande s'avéra incapable de la tirer de son coma et appela l'hôpital. Loup, inquiet au plus haut point, décida de l'accompagner. Les autres restèrent dans la cour.
-Bon, maintenant que Loup est parti..., qui a déclenché le retour vers le passé ?, aborda Jérémie.
-C'est pas toi ?
-Non.
Jérémie ouvrit son ordinateur et tenta plusieurs fois de détecter une activité du Supercalculateur.
-C'est... c'est du délire puissance dix !!
-Quoi, Jérémie ?
-Le dernier retour vers le passé date d'il y a cinq mois !
-Attend... Mais, c'était quand Sissi avait tout découvert, ça ?
-Oui... mais du coup, c'était quoi, ça ? Vous avez tous vu la lumière, je ne suis pas fou ?!
-Oui, Jérémie, on sait tous que... Oh mince !, s'exclama Ulrich. Les parents de Yumi !
Ils décidèrent de remettre cette énigme à plus tard et appelèrent Yumi.
-Allo ?! Yumi ?
-Jérémie ? Qu'est-ce qui s'est passé ? Pourquoi est-ce|
-Tes parents vont bien ?, intervint Ulrich à l'autre bout du fil.
-Oui. C'est vous qui avez...
-Non, justement ! On n'y avait même pas pensé.
-Mais...
-Yumi, le Supercalculateur n'a lancé aucun retour vers le passé depuis la dernière fois, affirma Jérémie.
-Vous croyez que c'est Tyron ? Ou quelqu'un d'autre ?
-On a détruit le Supercalculateur de Tyron... et quelqu'un d'autre, ça je ne sais pas, mais qui d'autre aurait découvert le retour vers le passé ?
-... Je vous rejoins, on élucidera ça plus tard.
-OK, mais rejoins-nous à l'usine *clic*.
-Pourquoi l'usine ?, s'étonna Odd.
-J'ai un truc à vérifier, éluda Jérémie en regardant William.
Ils se dirigèrent donc vers le parc. En marchant, Ulrich sentit des courants d'air passer près de lui. Il se tourna pour scruter la forêt mais ne vit rien, à part Odd qui s'agitait lui aussi. Soudain, il trébucha et tomba au sol.
-Ulrich, qu'est-ce que tu fais ?! Le chemin est là !
Il ouvrit de grands yeux. Il venait de trébucher sur une racine alors qu'il s'était éloigné du groupe qu'il croyait suivre. Il revint vers la bande sous les moqueries d'Odd, qui avançait que ce n'était pas lui le plus mal réveillé, finalement. Sans réagir, il enfonça ses mains dans ses poches et continua d'avancer quand Jérémie se baissa inexpliquablement pour ramasser une pierre plate par terre. Aelita le rappela à l'ordre alors qu'Odd se marrait toujours plus.
"Mais...? C'est bien la plaque d'égoûts, pourtant, non ?" songea-t-il. Il cligna des yeux et les rouvrit sur un galet au milieu du chemin.
-Mon pauvre Jérémie, je t'avais bien dit que les nuits sur ton ordi, c'était pas bon pour les neurones !, se moqua Odd.
Il se releva en se grattant la tête pensif, puis reprit la marche. Quelques secondes plus tard, Odd, toujours les larmes aux yeux, se paya une branche bien visible et s'étala par terre.
-Tu veux mes lunettes, Odd le Magnifique ?, se vengea Jérémie.
Odd afficha une tête d'ahuri qui fit pouffer tous les autres.
-Qu'est-ce qui vous arrive, aujourd'hui, les gars ?
Les concernés se regardèrent sans comprendre ce qui se passait. Soudain, Aelita tomba en criant.
-Aelita, ça va ?!, s'inquiéta Jérémie.
-Oui, c'est...
Elle se rendit compte qu'elle était tombée dans le passage vers l'usine, alors que William venait d'ouvrir la plaque.
Après l'incident, l'avalanche de commentaires d'Odd et la cascade de répliques d'Ulrich et Aelita, ils parvinrent sans plus de désagrément – à part William qui essaya de faire du skate avec une branche morte trouvée près de sa planche – à l'usine, où Yumi les attendait depuis un moment.
Ils descendirent et Jérémie alluma le moniteur central. Il perdit l'équilibre en voyant le résultat de la modélisation.



Encore assez court, mais il faut préserver le suspens après tout :sm6:
Inspirations que vous pourriez aimer :
-Phaenomen d'Erik L'Homme
-Artemis Fowl d'Eoin Colfer
-CHERUB de Robert Muchamore
-Gone de Michael Grant

Lyokophile à vie

Messages: 228

Inscription: 07 Nov 2009, 22:38

Message 04 Mai 2014, 18:05

Re: Hors du temps

Donc loup et céleste n'ont pas de pouvoir mais une sorte de mini RVLP portable. Ou l'ont ils trouvé? Si tu me sort que 2 gamins ont pu le construire eux meme je te croirais pas.
En tout cas, les 2 sont mal barré, yumi ayant vu loup, elle pourra raconter qui a fait le coup.
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 163

Inscription: 17 Avr 2013, 20:51

Localisation: Dans la Lune...

Message 17 Mai 2014, 15:46

Re: Hors du temps

Bon, cette fois j'ai mis deux semaines parce que c'est plus les vac'. Les passages en anglais (très courts) sont en italique - pourquoi parle-t-il anglais ? parce que c'est comique, voyons ! Enfin... dans ce chapitre, il y a les dernières "bizarreries" un peu dures à comprendre à la première lecture (j'allais pas en mettre tout le long de la fic', non plus !).



Chapitre 5 : Limite floue

À l'écran s'affichait la silhouette de Loup.
-Jérémie... t'es sûr que ton truc marche ?, s'enquit William.
Il ne répondit pas, Aelita s'en chargea pour lui avec un regard réprobateur qui voulait clairement dire "comment veux-tu qu'il se soit trompé ?!".
-Tu peux nous expliquer ce qu'il y a de si choquant dans le fait de voir Loup, demanda Odd qui, comme les autres, n'était pas au courant.
-En simple, je suppose ?, soupira Jérémie en reprenant contenance.
-Ouais.
-... Loup n'est pas humain, révéla-t-il.
-Quoi ?!?, s'écrièrent-ils tous.
-Selon ces analyses, il devrait être mort depuis belle lurette.
-Personnellement, je le trouve énergique pour un revenant...
-Odd, on n'est pas dans "Horreur aux urgences" !
-Mais... qui c'est, alors ?, s'inquiéta Yumi. Une créature de XANA ?
-Impossible ! Ça fait six mois que je ratisse le réseau en permanence sans trouver trace de la moindre anomalie ! En plus, lorsqu'on l'a détruit, il n'avait même pas récupéré toute sa puissance...
-Un robot ?, tenta Odd.
-Un robot doté d'un code génétique, ça s'appelle un être vivant, se désespéra Aelita. Tu suis, parfois, en SVT ?
-À mes heures perdues...
-En même temps, c'est soit l'une des deux propositions, soit je me suis trompé et on est bien dans "Horreur aux urgences", trancha Ulrich.
-Bon. On mettra ça au clair quand on l'aura en face de nous.
-Et le retour vers le passé ? On était là pour ça, au départ.
-J'ai rien trouvé, se désola Jérémie. Le dernier retour enregistré dans le Supercalculateur date d'il y a cinq mois, c'est tout.
-Donc, ça vient forcément d'un autre Supercalculateur.
-On peut peut-être réduire les recherches aux anciens collègues de mon père..., proposa Aelita.
-Pourquoi ça ?
-Ben, si on garde des souvenirs après ce retour, ça peut vouloir dire qu'il est configuré de la même façon que sur ce Supercalculateur-là.
-T'as pas tort. Mais ça ne nous avance pas à grand chose non plus, sachant que la seule personne qui semblait connaître ton père et avait un Supercalculateur similaire au nôtre, c'est Tyron. Et lui non plus n'a pas laissé la moindre trace sur le réseau.
-Donc finalement, on a aucun moyen de résoudre ce mystère, conclut William.
-Non... concentrons-nous sur ceux qu'on peut élucider d'abord. Loup doit être à l'hôpital en ce moment.
-On a le temps ?
-Ouais, il est que cinq heures.
Ils remontèrent donc dans le monte-charge et sortirent de l'usine. À ce moment, ils furent tous aveuglés par le soleil, un peu trop pour plusieurs. Ils rouvrirent les yeux devant le collège.
-Hein... que ?!, s'affola Jérémie.
-C'était encore un retour vers le passé ?
-Ben... non. Il est toujours cinq heures..., vérifia William.
-C'est trop gros pour être une hallucination, là.
-Ma résistance aux phénomènes paranormaux s'était renforcé avec XANA, mais là, je veux même plus chercher à comprendre, abandonna Odd.
Jérémie réfléchit quelques instants.
-Bon, encore une anomalie sur la liste.
-Une de plus, une de moins, au point où on en est...
-On change rien, allons déjà voir à l'hôpital. Au moins, on aura gagné du temps.

.:.


Ils arrivèrent à l'hôpital, et demandèrent à l'accueil la chambre de leur amie. Mais apparemment, elle n'était pas dans l'hôpital. Ils cherchèrent un moment mais ne trouvèrent pas Loup. William remarqua alors une des horloges.
-Euh..., pourquoi cette horloge indique huit heures ?
-Elle est cassée, c'est tout.
-Mais... mon portable affiche pareil, affirma Odd.
-Moi aussi, ajouta Yumi.
-Je sens que ça va vite m'énerver, ces c*nneries !
-Calme-toi, Jérémie...
-Que je me calme ?! L'heure et l'endroit où on se trouvent changent toutes les cinq minutes, et vous voulez que je me calme ?, s'empourpra-t-il.
-On ne crie pas !, leur reprocha une infirmière.
Jérémie se retourna pour lui dire le fond de sa pensée, mais il ne vit que le mur du labo. Il retira ses lunettes et les nettoya avant de les remettre et de cligner des yeux de surprise. Il se retourna à nouveau. Aelita et Yumi étaient avec lui, mais l'infirmière, l'hôpital, Ulrich, Odd et William avaient disparu. Il ne prit même pas la peine de s'énerver, cette fois, et soupira juste.
-Qu'est-ce qui|
-J'en sais rien, coupa Jérémie.
-Où sont les|
-J'en sais rien !, s'exaspéra-t-il.
-Jérémie !
Il s'assit au poste de commande sans répliquer et commença à taper frénétiquement sur son clavier.
-Qu'est-ce que tu fais ?
-J'en ai marre de tous ces problèmes louches, je vais passer le réseau au peigne fin jusqu'à ce que je repère le signal d'un Supercalculateur !
-Mais tu ne sais même pas quel signal chercher ! Un Supercalculateur qui peut nous faire changer d'endroit et nous séparer des autres ne sera forcément pas de la même conception que celui-là, le raisonna Aelita.
Il soupira une nouvelle fois.
-Déjà, on a retrouvé la bonne heure, il est cinq heures deux, tenta de rassurer Yumi.
-OK. Qu'est-ce qu'on fait, du coup ?
-Moi, je vais rester ici pour chercher ce qui cloche. Aelita, prend mon ordinateur et va montrer la modélisation à Loup pour tirer ça au clair. Yumi, va trouver les autres.
-Et pourquoi on ferait comme ça ?
-Si t'es pas contente, t'avais qu'à être là au lieu de nous lâcher, Yumi !
-Jérémie !, protesta Aelita.
-Ben quoi ? C'est la vérité, nan ?
Elle ne trouva rien à redire, et regarda juste Yumi en s'excusant tout bas de son comportement. Yumi esquissa un sourire à l'attention d'Aelita puis partit.
-... Désolé, Aelita, lâcha Jérémie après un long silence. Je sais que j'aurais pas dû m'énerver comme ça.
-Tu aurais pu garder ça pour toi, reprocha-t-elle. Ce n'est pas à moi que tu dois des excuses, en plus, Yumi s'en veut déjà beaucoup depuis qu'elle est revenue vers nous, alors évite d'enfoncer le clou.
Elle prit l'ordinateur et quitta la pièce, laissant seul un Jérémie penaud.

Pendant un moment, William, Odd et Ulrich, qui étaient étalés par terre, cherchèrent sans bouger un sens à ce qui venait de se passer. Ulrich s'était payé un objet non-identifié, William avait trébuché sur... quelque chose et Odd sur lui. En ouvrant les yeux, ils découvrirent que les objets en question étaient des branches et qu'ils n'étaient pas couché dans le couloir de l'hôpital, mais dans le parc. Odd brisa le silence.
-Euh...
Pas très pertinemment.
-T'avais raison, Odd. Vaut mieux pas chercher à comprendre, se résigna Ulrich.
-Bon, résumons, il est huit heures du mat', on|
-Objection. On est repassé à cinq heures, rectifia William.
Odd se frappa le front.
-Bon, on va pas poireauter longtemps ici. S'il est à nouveau cinq heures, Loup doit être à l'hôpital, donc allons le chercher avant que ça dérape complètement.
-On devrait retrouver les autres d'abord. C'est pas parce qu'on verra Loup que ces bizarreries s'arrêteront.
-Si t'es pas content, t'as qu'à partir tout seul, William, fit Ulrich en insistant bien sur l'avant-dernier mot. Ça nous fera des vacances.
-Tu crois vraiment que c'est le moment de se disputer, là ?
-Qu'est-ce que tu vas faire ? Me frapper ? C'est vrai que t'as l'habi|
-Suffit !, s'exclama Odd avec un sérieux qui ne lui seyait pas du tout. William a raison.
-Tu prends sa défense, maintenant ?
Odd saisit Ulrich par le bras et le tira en faisant signe à William de le suivre.
-Un de ces jours, faudra qu'on parle, tous les trois, mais là, c'est pas le plus urgent !
Son ton autoritaire mit fin à la discussion et ils se dirigèrent vers l'usine.

.:.


-Allo ?
-Qui c'est ?
-Loup.
-Ah, content de t'entendre, ça fait longtemps qu'on a pas eu de tes nouvelles !
-Je suis pas là pour parler chiffons, on a un problème.
-C'est bizarre, mais cette phrase est très récurrente avec toi et Céleste.
-Plus tard, les reproches. Céleste a|
-Je m'en suis rendu compte. Nan mais vous êtes pas bien ?!
-J'ai dit "plus tard", grimaça Loup en écartant son oreille du téléphone. C'est pas le plus grave. Céleste est évanouie et mon pendentif est déchargé.
-Mon petit doigt me dit que ça non plus, c'était pas le plus grave.
-... Elle n'a plus le sien depuis le retour. Et je sais pas où elle est depuis le retour qu'il vient d'y avoir.
-Je me disais aussi... c'est bizarre de se téléporter et de traverser le temps aléatoirement.
-Je ne vois pas qui aurait pu lui voler à part...
-N'en dit pas plus. Je vais essayer de t'envoyer des renforts, arrange-toi pour limiter les dégâts.
-Je pense savoir où ils sont. Je te recontacte dès que j'ai du nouveau, termina Loup.
-Mais... reste prudent, recommanda son interlocuteur.
Mais Loup avait déjà raccroché.

-Yumi ?
-Oh, vous êtes là ! Vous allez bien ?
-... Attend voir. Deux bras, deux jambes, et la têt|
-Tu l'as déjà faite, celle-là, Odd, soupira Ulrich.
-Où sont Jérémie et Aelita ?
-Aelita est allée chercher Loup et Céleste et Jérémie... est au labo.
-Qu'est-ce qu'on fait du coup ?
-Il vaudrait mieux qu'on évite de se séparer encore, allons retrouver Jérémie.
-Euh... sans façon. Je vais aller aider Aelita, refusa Yumi en s'éclipsant.
-Qu'est-ce qu'elle a ?, s'étonna Ulrich.
Odd ouvrit la bouche mais n'eut pas le temps de formuler sa pensée.
-Si t'as quelque chose à dire, c'est le moment de te taire, Odd, devança Ulrich. Bon, vous venez ?

.:.


-Hello, Jack ! Du nouveau ?
-On a quelques problèmes.
-On a toujours des problèmes, le real problème, c'est de savoir combien on en a.
Le dénommé Jack soupira. Ça n'allait pas être facile.
-Bon. Loup|
-Which one ?
-D'après toi ? Comment voudrais-tu que je sache où est l'autre ?
Son vis-à-vis ne répondit pas et attendit la suite.
-Loup n'a plus d'énergie, le pendentif de Céleste a été volé et je ne la localise plus.
-Well. Tu t'es mis dans de beaux draps, Jack.
-Et je crois que Loup va se jeter dans la gueule du loup...
-Il y a lot of wolves dans ton problème. Et on a personne, il va devoir se débrouiller seul.
Une lumière jaillit subitement du centre de la salle. Deux silhouettes se redressèrent sous les yeux des deux hommes.
-On balance, j'ai du renfort. Un problème en moins.
-Ou en plus, marmonna Jack en s'approchant des deux personnes en mauvaise état, puis, plus haut : Loup, Céleste, ça va ?
-Plus ou moins, répondit la jeune fille.
-Alors ?!, s'empressa l'autre scientifique. Informations ?
-Ouais, jette un oeil à ça, Shaw, dit le garçon en tendant un petit appareil que Shaw alluma.
-Oh... c'est..., balbutia-t-il.
-Incredible, isn't it ?, se moqua le garçon que Jack avait appelé Loup en imitant l'accent anglais de l'informaticien.
-Tu m'ôtes les mots de la bouche, Loup.

Loup atteignit la grande demeure abandonnée. Il observa son pendentif qu'une vague de lumière traversa et reporta son regard sur l'Ermitage. Il poussa le portail le plus lentement possible et pénétra dans la maison. Il se plaqua contre le mur dès qu'il perçut des voix à l'étage. S'approchant prudemment, il parvint à comprendre la conversation.
-Qu'est-ce qu'on va en faire ?, demanda la première voix.
-Il est très instable, remarqua l'autre.
C'étaient deux hommes, à en juger par le timbre. Restait à savoir qui ils étaient. Il se pencha pour guetter la pièce, mais le mur lui cachait les deux individus.
-On pourrait s'en servir pour repartir.
-Tu vas bien ?! Ce truc a déclenché un retour de plus de neuf heures, et tu voudrais l'utiliser ?!
Donc, ils parlaient bien du pendentif de Céleste.
-Alors, on pourrait les menacer avec ?
-... Pas mal. Mais il faut déjà une source pour le contrôler.
-Eh bien, on n'a plus qu'à|
Ils furent coupés par le bruit de la porte qui s'ouvrait. Loup reconnut Aelita. "Elle a dû me voir dans le parc." songea Loup en redescendant lentement les escaliers.
Il capta quelques bribes de conversations, puis la fenêtre qui s'ouvrit. Affolé, il dévala les marches qui restaient et passa en trombe devant Aelita qui n'eut même pas le temps de l'interpeller. Il déboula dans le jardin et ne vit personne, trop étonné pour entendre se fermer la porte qui menait vers les égouts. "Une source ? Il y a une source dans les environs ? Où veulent-ils en trouver une ?" Mais il eut beau tourner et retourner le question, il ne savait pas où elle pouvait se situer. Aelita surgit derrière lui.
-Qu'est-ce que tu faisais ici ?, interrogea-t-elle avec une lourde suspicion dans la voix.
-Oh, rien du tout, je... je me suis perdu et... j'ai vu le bâtiment alors..., bégaya-t-il maladroitement.
Aelita jaugea son excuse pendant quelques secondes puis sortit l'ordinateur de son sac.
-Peu importe. Est-ce que tu peux expliquer ça ?!, continua-t-elle en brandissant la modélisation devant ses yeux. Toi qui es si doué pour les excuses bidon.
-Euh... je..., fit-il paralysé.
"Comment a-t-elle su ça ? Comment a-t-elle obtenu les codes ? ... Comment me sortir de là ? Réfléchis... Réfléchis. Réfléchis !" se stimula Loup.
-Jérémie ?!, lâcha-t-il en regardant derrière Aelita.
Celle-ci se retourna par réflexe, et Loup avait déjà passé le portail. Elle se frappa mentalement puis composa le numéro de Jérémie tout en se mettant à courir. Mais, bien que les années de combat contre XANA l'aient entraînée, elle ne parvint pas à rattraper Loup.
-Allo ? Jérémie ?
-Ouais, Aelita ? Où t'es ?
-Vers l'Ermitage, j'ai trouvé Loup, il dit s'être perdu, mais je commence à l'habituer à ses explications foireuses.
-Faut dire qu'en traînant avec Odd..., se moqua Jérémie, attirant une remarque du concerné à l'autre bout du fil.
-Il s'est barré quand je lui ai montré l'analyse.
-OK, on arrive. Avec de la chance, on tombera sur lui.
-À tout de suite, termina Aelita.

.:.


-Vous allez mieux ?, s'enquit Jack.
-Ouais, on est des durs, assura celle qu'il appelait Céleste.
-Parle pour toi !, répliqua son compagnon.
-Alors vous allez pouvoir repartir to take away the problems !, annonça Shaw.
-C'est bizarre, Shaw, mais quand tu parles de problèmes au pluriel, j'ai toujours le sentiment que mon miroir va devenir obsolète.
-Bien deviné.
-Donc, où est-ce qu'on va ?
-Chez ce cher Waldo. Loup a perdu Céleste et son énergie. D'ailleurs, il ne sait même pas qu'il y a une source pas loin de lui.
-Je pensais qu'on pourrait les laisser se débrouiller un peu plus longtemps, ça va leur faire un choc.
-Oui, enfin, pour ça, il faudrait déjà que tu retrouves Céleste, Céleste.
-Oh, je sens venir la migraine, avec tous ces names, se plaignit Shaw.
-OK, envoie-nous là-bas, on avisera.
-Sir, yes sir !, acquiesça l'informaticien. But... si vous pouviez éviter de vous "voir dans le miroir", leur recommanda-t-il en promenant frénétiquement ses doigts sur son clavier.
À nouveau, la salle s'illumina et Loup et Céleste «bis» disparurent sous l'œil anxieux de Jack et Shaw.
Inspirations que vous pourriez aimer :
-Phaenomen d'Erik L'Homme
-Artemis Fowl d'Eoin Colfer
-CHERUB de Robert Muchamore
-Gone de Michael Grant

Lyokophile à vie

Messages: 228

Inscription: 07 Nov 2009, 22:38

Message 18 Mai 2014, 16:12

Re: Hors du temps

Je comprend pas grand chose c'est la bordel.
Loup serait un projet génétique?
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 163

Inscription: 17 Avr 2013, 20:51

Localisation: Dans la Lune...

Message 18 Mai 2014, 22:53

Re: Hors du temps

Pas grand chose dans le sens "le texte est pas clair" :scratch: ou pas grand chose dans le sens "je ne sais pas ce qui va se passer" :?: parce que dans le premier cas faudrait que je corrige, et dans le deuxième je peux pas faire plus :?
Inspirations que vous pourriez aimer :
-Phaenomen d'Erik L'Homme
-Artemis Fowl d'Eoin Colfer
-CHERUB de Robert Muchamore
-Gone de Michael Grant
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 180

Inscription: 24 Déc 2012, 18:53

Localisation: Dans une tour, cherchant des idées pour écrire.

Message 19 Mai 2014, 09:21

Re: Hors du temps

O.K. je suis sur: fissure de l'espace-temps....Je sais, je suis pénible mais là j'en suis sur... :P

L'histoire est pleine d'intrigue, ça vaut le coup. Pas de faute d'orthographe(d'un coté, je remarque pas trop)...mais faut avouer que ces problèmes spatio-temporelle rende l'intrigue un peu compliqué et pratiquement...comment dire sans être vulgaire? What the....!? :?:
franchement j'ai qu'une envie: la suite...
La passion et les rêves sont comme le temps: rien ne peut les arrêter.
Code Lyoko Reborn
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur

Jeune Lyokophile

Messages: 163

Inscription: 17 Avr 2013, 20:51

Localisation: Dans la Lune...

Message 19 Mai 2014, 18:51

Re: Hors du temps

ouais mais comme je l'ai (sûrement ?_?) dit avant, c'était (peut-être ?_?) le dernier chapitre avec des trucs non-sens, après ce sera toujours (un peu ?_?) wtf mais compréhensible :sm6:
Inspirations que vous pourriez aimer :
-Phaenomen d'Erik L'Homme
-Artemis Fowl d'Eoin Colfer
-CHERUB de Robert Muchamore
-Gone de Michael Grant
Suivante

Retourner vers Le top du top en matière d'action

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by STSoftware.
Traduction par phpBB-fr.com